Correspondances

CRL n°2 : Lecture appliquée de Milad Doueihi,  Pour un humanisme numérique (Septembre 2011).

Je relève p. 22 une expression dont je m’empare aussitôt : « pratiques lettrées et populaires émergentes » car elle met des mots sur ma pratique de cours depuis quelques semaines. 

Qu’y a-t-il de différent ? 

– un Tableau Interactif tactile : en début de séance, on ouvre le blog de la classe qui sert de classeur, on part de ce qui a été fait pour continuer le travail. En cours de séance, le Tableau sert de bibliothèque virtuelle : on y revient si besoin (sites, blogs,…). En seconde partie de séance, les groupes se rassemblent et on établit ensemble la trace à prendre qui constituera le « cours », c’est-à-dire le contenu à retenir. Le tableau est tactile : on trace le voyage de de Gaulle de Paris à Moscou (Mémoires de guerre, III, 2), on souligne les éléments remarquables du portrait de Staline, on déplace les termes d’une phrase pour en constater l’architecture.

– l’éclatement de la classe en 4 ou 5 groupes de travail, les groupes étant munis d’un ordinateur relié pour deux d’entre eux à un vidéo-projecteur, ce qui donne trois écrans (l’idée m’a été soufflée par un collègue auquel je suis très reconnaissante : ainsi les élèves travaillent en groupe en voyant ce qui se construit tout en ayant dans les mains les objets dont ils ont besoin pour construire ce mur virtuel). Soit les groupes se divisent de nouveau pour se répartir les tâches, soit ils construisent ensemble un document de travail (recherche de citations, commentaires) qui répond aux pistes de travail données. Certains élèves utilisent également leur smartphone pour aller sur Internet (sur Wikipédia surtout).

– Aujourd’hui j’ai créé un compte utilisateur sur le blog pour que les élèves puissent eux aussi « remplir » le classeur virtuel qu’est le blog.

Retour à ma lecture.

L’auteur explique l’expression de son titre et je l’applique à ma classe. Le mot classe ne convient plus puisqu’il porte l’image d’ordre au moment où au contraire les élèves s’éparpillent dans la salle, et s’éparpillent dans leurs documents de travail : le livre de de Gaulle, le Web via l’ordinateur ou le smartphone, des livres parascolaires. Je laisse traîner des dictionnaires papier qui ne sont pas utilisés, les élèves cherchent sur internet la signification de tel mot. Les doigts ne feuillettent plus que l’ouvrage de de Gaulle.

Je passe de groupe en groupe, je m’asseois à côté d’eux, j’écoute ce qu’ils ont à me dire.

Alors, ces « pratiques lettrées », qu’ont-elles de différent ?

* Les élèves ne prennent plus sous la dictée mes paroles d’évangile mais se servent de ce que je peux dire pour écrire leurs notes de travail.

* Les élèves se font confiance et me demandent de « vérifier » ce qu’ils font. Mon autorité est toujours là mais se manifeste différemment. Je ne suis plus la bouche d’ombre mais le tuteur.

* En démultipliant les supports, j’ai démultiplié les pratiques et démarches intellectuelles. C’est une « culture numérique » que nous construisons, faite de fragmentation, d’échanges, d’allers et retours vers des lieux (blogs, sites, twitter- je signale au passage cet article que j’ai trouvé aujourd’hui et qui date de 2009-, livre, copie), de déplacements des corps qui se rapprochent pour coopérer, se parler : la voix est permise.

Les outils, les corps, et la culture se répondent.  

Et bien sûr, signaler le podcast de l’émission Place de la Toile de Xavier de la Porte avec Milad Doueihi.

Comment faire travailler les élèves sans les torturer ?

Le titre joue sur les mots mais pour certains de mes élèves, dès qu’il s’agit de « passer à l’oral » ou de « rendre compte par écrit » d’une activité, c’est souvent une torture parfois humiliante. Tâcher de ne pas les soumettre à la question mais de (pro)poser les questions de maïeutique pédagogique.

Je vais donc leur proposer d’utiliser deux trois outils pour qu’ils travaillent sans s’en rendre compte, qu’ils se rendent compte après coup des compétences qu’ils sont en train de travailler.

 La science, J. Blanchard, Hôtel de Ville de Paris, Wikimedia

Mes élèves de BTS doivent apporter à la prochaine séance une photo d’un sportif ou d’un entraîneur de leur choix et expliquer pourquoi ils ont sélectionné cette photo et comment ils la lisent, quel sens ils lui donnent. Je compte les faire défiler au TNI, rassembler leurs photos tout en prenant des notes/faisant prendre des notes sur l’ordinateur : s’afficheront donc les notes prises en même temps que l’élève parlera : le danger étant de mobiliser la classe sur le texte et non sur l’élève. Mais on peut aussi envisager que tout le monde regarde le texte, l’élève orateur compris qui surveillera la façon dont son discours passera, ce qui constituera un entraînement à l’oral = comment suis-je compris ? Ensuite, nous rassemblerons photos et commentaires (dans un diapo par copier-coller), et tâcherons de les confronter pour commencer à assimiler la méthode de la synthèse (construction d’un tableau sous traitement de texte avec utilisation du copier-coller). Les élèves auront à écrire (sur leur propre feuille) une conclusion sur la problématique qui aura émergé d’après leur choix de photos (la question générale étant : Le sport, miroir de notre société ?).

Quant aux latinistes, je vais placer un élève devant le texte latin déjà traduit, j’aurai mis dans une « boîte à mots » (une fonction du logiciel du TNI) les différents éléments de la phrase qu’il devra mettre dans l’ordre en les regroupant comme à l’oral, ceci sous le regard vigilant des autres.

Et mes élèves de Terminale L écouteront trois exposés de dix minutes qui se feront, m’ont dit les élèves chargés de ces travaux, sous forme de diaporama. Que faire des autres, que leur faire faire ? Très souvent, ne sachant pas prendre de notes assez vite, ils demandent à la personne qui passe de répéter au point que parfois celle-ci se retrouve à dicter. Comme les exposés porteront sur la viole de gambe, les vanités et Orphée (nous sommes en train de travailler sur Tous les matins du monde), je pense que je demanderai d’écouter et de regarder, sans prendre de notes, puis nous choisirons collectivement une ou deux diapos par exposé que nous commenterons (moi à l’ordinateur ou un(e) élève si j’en repère un(e) qui sait taper vite) à l’aide de ce qui aura été retenu de l’exposé.

Mes objectifs devraient être atteints :

– prendre plaisir à se cultiver et à réfléchir

– faire travailler l’oral et la prise de notes

– faire travailler le plus possible d’élèves