De la transmission des textes : de l’Antiquité à nos jours, comment donner à connaitre les oeuvres littéraires ? (1)

Notes de lecture (première partie)

  • Jean Irigoin, Le livre grec des origines à la Renaissance, BnF, 2001
  • L. D. Reynolds et N. G. Wilson, D’Homère à Érasme, la transmission des classiques grecs et latins, Éditions du CNRS, 1984 
  • Carnet d’A. Berra, « Philologie à venir », consulté le 20 février 2012 (ici)

Premières notes prises (à l’ordinateur)  sur le livre de J. Irigoin :


 

Introduction : histoire du livre, histoire littéraire et histoire se confondent.

Chapitre 1 : Athènes et la Grèce archaïque et classique

L’étude de la transmission des textes suppose une attention portée à :

–       l’oralité

–       l’écriture (alphabets et mise en page)

–       les supports

L’oralité :

Même fixée par écrit, la littérature reste orale, elle est destinée à être lue (les textes de philosophes lus leur permettent d’attirer de nouveaux auditeurs), représentée (sous  Lycurgue (?) les comédiens n’avaient pas le droit de déroger au texte écrit).

L’écriture :

Inventions pour fixer les oeuvres

Les alphabets : des signes pour prendre des notes

Mise en page : stichoi

Les supports :

Tablettes de cire (précisément, tablettes de bois en diptyque, recouvertes d’une couche de cire), ces tablettes pouvaient « servir de brouillon pour une oeuvre littéraire, mais ne permettai(ent) pas de transcrire l’oeuvre entière à l’intention d’un lecteur. » (p. 12)

Papyrus en papyrus/en cuir

Deux acteurs dans la transmission : la librairie et la bibliothèque.

Chapitre 2 : Alexandrie et le monde hellénistique (mort d’Alexandre à la bataille d’Actium)

Vers 295, fondation du Mousaion (bibliothèque dédiée aux Muses), Musée, sur les conseils d’un disciple d’Aristote, Démétrios. On copie les originaux et on renvoie les copies. Travail de classement et d’édition par comparaison des rouleaux reçus. 120 rouleaux recensent toute la production grecque poétique (archaïque et classique), environ 50 ans pour établir les textes. La répartition en « livres » se fait en fonction de la capacité d’un rouleau de papyrus, les oeuvres ne sont donc pas réparties selon des critères formels, mais plutôt thématiques. Enfin, explication de ces oeuvres jusque pendant la période byzantine.

Différence majeure : textes et commentaires sont sur des rouleaux différents ce qui permet deux niveaux de lecture (suivie ou attentive). Problème pour le lecteur : lire un rouleau exige les deux mains, comment faire pour lire ensemble texte et commentaire ?

Aristophane de Byzance crée l’esprit rude (aspiration) et doux d’après la lettre éta coupée en deux ; les accents pour indiquer que la voix monte ou/puis descend) ; les signes bref et long pour les voyelles.

L’écriture évolue dans le courant du IIIème s. av J.-C. par le passage de la pierre au rouleau, où l’on cherche à écrire en économisant les gestes à faire à l’aide du calame > les lettres tendent à se rapprocher de trois formes élémentaires, le cercle, le triangle et le carré ; l’écriture devient plus rapide.

Pour un texte théâtral, les répliques sont indiquées à l’aide d’un trait appelé paragraphos.

Apollonios de Rhodes (bibliothécaire du Musée) écrit un poème épique divisé en quatre parties, correspondant à la longueur d’un papyrus, soit plus de 1200 vers (contre 600 à 800 pour un chant d’Homère).

Conservation des livres ?

Couchés sur des rayonnages, dans des boîtes cylindriques ou triangulaires (quatre, trois, deux puis un rouleaux, d’où le goût des historiens pour les décades). Procédé pratique car les boites entassées tête bêche ne perdent pas de place.

Biblio :

Exposition BnF : l’aventure des écritures http://classes.bnf.fr/ecritures/

 La coupe de  Douris : 

http://www3.ac-clermont.fr/pedago/lettres/grec/manuel/sequence1/coupe.htm