En résidence à la Villa

J’ai la chance d’avoir été conviée à loger à la Villa Réflexive pour le mois d’octobre : regardez, c’est ici.

Ensuite, je reprendrai  l’écriture sur ce carnet. Il a servi l’année dernière à impulser mon travail pour rédiger un Mémoire de Master 2 sur l’enseignement des Langues et Cultures de l’Antiquité via le numérique. J’ai eu beaucoup de mal à tout gérer mais j’ai malgré tout pu dresser une liste de lectures fort intéressantes (il m’en reste à lire), réfléchir à un plan, découvrir des personnes et des travaux, comprendre ce que sont les Digital humanities. Cette année de « redoublement » s’annonce plus posée et mieux organisée, je commence à voir où je vais et pourquoi.

Mais la vraie découverte fut ce plaisir d’écrire particulier, entre l’écriture créative et l’écriture parfois asséchante de l’exercice normé (écriture qui, il est vrai, est passée par une mauvaise période de doute, mais on se remet). Il m’est encore difficile de m’autoriser à écrire sur Hypothèses. Mais l’opportunité qui me fut offerte est si belle que je ne peux pas laisser cela retomber. Alors on continue.

JiTP : de l’interactivité technico-pédagogique sous forme de journal collaboratif

A l’instar de Xavier de LaPorte (dans son excellente émission Place de la Toile et sur son non moins excellent site InternetActu), j’entame une série « Découvertes-Lecture de la semaine, ou du jour », c’est selon, nous verrons où nous irons. 

Grâce à un tweet de @DHNow publié ce jour

j’ai découvert le site JiTP the Journal of interactive technology & Pedagogy, promoting open scholarly discourse around critical and creative uses of technology in teaching, learning and research (ici) :

JiTP

 Site qui présente par sa forme (journal collaboratif, chacun est appelé à proposer ses expériences pédago-techniques) et son fond (description des projets eux-mêmes) un double intérêt.

Je ne suis pas bilingue, loin s’en faut, si bien que j’ai d’abord été sensible aux images et à la typographie, qui m’ont tout de suite plu. Les images d’abord :

– le crâne « logo » qui n’est pas sans rappeler l’étude d’un crâne humain de Leonard de Vinci. Le lien entre l’auteur du tweet DHNow et le site est immédiatement évident : des humanités multiples mais qui constituent (ou tendent à le faire) un même crâne, c’est-à-dire l’intellectuel, le  culturel et le sensible tout ensemble (en finir avec cette dichotomie manuel/intellectuel !).

Leonard de Vinci, étude d’un crâne humain, Wikimedia commons

– les captures d’écran d’objets : tablette, smartphones, de sites et d’application de géolocalisation (qui me font penser aux travaux de Cécile Portier dans son projet « Traques traces, tous taggés, tous localisés » – ici). Le lien entre culture et technologie dans un cadre pédagogique m’intéresse de suite puisque c’est sur quoi je tâche de travailler. L’article, assez long, fournit une description détaillée du projet et une réflexion sur lui, notamment sur la plus-value pour les étudiants :  la motivation et le plaisir semblent donc moteurs des apprentissages qui se sont appuyés sur une co-construction d’objets culturels nouveaux, qui mêlent technologie avancée et littérature, ceci dans un cadre local. On peut ainsi tirer l’exemple jusqu’à nous et reconnaitre nos problématiques dans le 2nd degré en France : histoire des arts par la dimension locale et culturelle du projet, humanités numériques dans ce travail technico-littéraire, qu’on peut dès lors désigner de numérique.

– les images qui montrent les élèves/étudiants au travail, et les graphiques qui témoignent de leur implication dans le projet. Le projet a donc associé à la fois différents champs (littérature et conception technologique d’une application pour iPhone/iPad) et différents acteurs : professeurs et étudiants. 

Le projet en question a eu lieu dans l’université de l’IOWA dont on remarque rapidement la mention UNESCO. Une rapide recherche me fait découvrir sur le site de l’UNESCO le « réseau des villes créatives » (ici et pour la liste des villes créatives reconnues) où l’on voit que cette ville est un véritable terreau d’auteurs : 

« Depuis 1955, les diplômés et le corps enseignant de l’université de l’Iowa ont gagné plus de 25 prix Pulitzer de la littérature. La ville d’Iowa a accueilli nombre d’auteurs célébres, dont Flannery O’Connor, Wallace Stegner et Kurt Vonnegut Jr. Le mondialement connu Iowa Writer’s Workshop fut le premier programme de Master des Beaux Arts en écriture créative. De nos jours, la culture littéraire de la ville continue de prospérer : les bibliothèques municipales ont plus de membres que la ville ne compte d’habitants. »

 Les objets utilisés n’ont donc pas été pur amusement et déviation de l’attention pour que les étudiants ne se rendent pas compte de l’effort à produire. Non, les objets ont eu une dimension culturelle et ont permis une étude et une écriture impossibles sans eux. Et c’est bien à cela qu’il faut tendre dans le déploiement des usages des TICE, et du numérique. Fonder la nécessité de l’objet dans sa dimension irremplaçable. Il s’est en effet agi de développer des outils pour produire des textes d’un nouveau genre, numériques. 

L’article du JiTP est intéressant dans la démarche et le point de vue, celui des Digital humanities, qu’il adopte :

– part d’investissement des étudiants dans le projet

– collaboration

– regroupement de champs et compétences différents.

Tout l’article est particulièrement intéressant, donc, car il présente une argumentation informée dont nous avons nous aussi besoin ici pour (continuer à) faire prendre conscience de l’intérêt de ce genre de pédagogie « interactive » et « participatoire ». 

« The “City of Lit” system framework consists of a web-based content editing interface, a development database containing in-progress content, a collection of websites that host full-length original content for a selection of authors, and a production database of public content which serves the mobile app. Authorized scholars and researchers can contribute to the collection from remote locations, using the web interface (figure 2) to enter data into the development database. Within the interface, students can view each other’s work-in-progress alongside the content of contributing scholars. Students and scholars, then, operate on equal and open terms within the project. Once material is approved by the editorial staff, data is reviewed and copied to the production database. »

Recently, scholars have begun to explore specific ways that mobile technology can serve as a platform for this participatory, problem-based pedagogy. David J. Radosevich and Patricia Kahn have showed the impact of using tablet technology and recording software to increase student engagement in their learning process.

 

Enfin, la somme de liens me renvoie encore et encore vers de nouvelles découvertes, de nouveaux documents. Work-in-progress à partir d’un premier work-in-progress. Du tweet jusqu’aux articles, c’est toute la beauté du Web qui se déploie dans ses dimensions culturelle (littérature et « humanités numériques ») et citoyenne (partage et liberté). Comme le web et la littérature numérique, ce travail de découverte n’est ni linéaire ni fini. C’est là ce qui fonde sa beauté. 

De la transmission des textes : de l’Antiquité à nos jours, comment donner à connaitre les oeuvres littéraires ? (1)

Notes de lecture (première partie)

  • Jean Irigoin, Le livre grec des origines à la Renaissance, BnF, 2001
  • L. D. Reynolds et N. G. Wilson, D’Homère à Érasme, la transmission des classiques grecs et latins, Éditions du CNRS, 1984 
  • Carnet d’A. Berra, « Philologie à venir », consulté le 20 février 2012 (ici)

Premières notes prises (à l’ordinateur)  sur le livre de J. Irigoin :


 

Introduction : histoire du livre, histoire littéraire et histoire se confondent.

Chapitre 1 : Athènes et la Grèce archaïque et classique

L’étude de la transmission des textes suppose une attention portée à :

–       l’oralité

–       l’écriture (alphabets et mise en page)

–       les supports

L’oralité :

Même fixée par écrit, la littérature reste orale, elle est destinée à être lue (les textes de philosophes lus leur permettent d’attirer de nouveaux auditeurs), représentée (sous  Lycurgue (?) les comédiens n’avaient pas le droit de déroger au texte écrit).

L’écriture :

Inventions pour fixer les oeuvres

Les alphabets : des signes pour prendre des notes

Mise en page : stichoi

Les supports :

Tablettes de cire (précisément, tablettes de bois en diptyque, recouvertes d’une couche de cire), ces tablettes pouvaient « servir de brouillon pour une oeuvre littéraire, mais ne permettai(ent) pas de transcrire l’oeuvre entière à l’intention d’un lecteur. » (p. 12)

Papyrus en papyrus/en cuir

Deux acteurs dans la transmission : la librairie et la bibliothèque.

Chapitre 2 : Alexandrie et le monde hellénistique (mort d’Alexandre à la bataille d’Actium)

Vers 295, fondation du Mousaion (bibliothèque dédiée aux Muses), Musée, sur les conseils d’un disciple d’Aristote, Démétrios. On copie les originaux et on renvoie les copies. Travail de classement et d’édition par comparaison des rouleaux reçus. 120 rouleaux recensent toute la production grecque poétique (archaïque et classique), environ 50 ans pour établir les textes. La répartition en « livres » se fait en fonction de la capacité d’un rouleau de papyrus, les oeuvres ne sont donc pas réparties selon des critères formels, mais plutôt thématiques. Enfin, explication de ces oeuvres jusque pendant la période byzantine.

Différence majeure : textes et commentaires sont sur des rouleaux différents ce qui permet deux niveaux de lecture (suivie ou attentive). Problème pour le lecteur : lire un rouleau exige les deux mains, comment faire pour lire ensemble texte et commentaire ?

Aristophane de Byzance crée l’esprit rude (aspiration) et doux d’après la lettre éta coupée en deux ; les accents pour indiquer que la voix monte ou/puis descend) ; les signes bref et long pour les voyelles.

L’écriture évolue dans le courant du IIIème s. av J.-C. par le passage de la pierre au rouleau, où l’on cherche à écrire en économisant les gestes à faire à l’aide du calame > les lettres tendent à se rapprocher de trois formes élémentaires, le cercle, le triangle et le carré ; l’écriture devient plus rapide.

Pour un texte théâtral, les répliques sont indiquées à l’aide d’un trait appelé paragraphos.

Apollonios de Rhodes (bibliothécaire du Musée) écrit un poème épique divisé en quatre parties, correspondant à la longueur d’un papyrus, soit plus de 1200 vers (contre 600 à 800 pour un chant d’Homère).

Conservation des livres ?

Couchés sur des rayonnages, dans des boîtes cylindriques ou triangulaires (quatre, trois, deux puis un rouleaux, d’où le goût des historiens pour les décades). Procédé pratique car les boites entassées tête bêche ne perdent pas de place.

Biblio :

Exposition BnF : l’aventure des écritures http://classes.bnf.fr/ecritures/

 La coupe de  Douris : 

http://www3.ac-clermont.fr/pedago/lettres/grec/manuel/sequence1/coupe.htm

Numérique, usages et élèves : qui éduque qui ?

J’évoque ici deux nouveautés dans ma vie de professeure : 

1. Une tablette en latin

Un de mes élèves a le bras en écharpe et s’est donc fait offrir une tablette pour prendre ses cours en notes.   D’autre part, nous travaillons avec le groupe sur le texte projeté au TNI que nous annotons via le logiciel du TNI. Les fonctionnalités utilisées sont ultra simples : copier-coller et souligner.

Extrait des Bucoliques examiné via le TNI
Extrait des Bucoliques examiné au TNI

 

Quant à l’élève muni de sa tablette, voici ce qu’il est capable de faire : 

Élève et tablette.
Notes de l’élève.

La comparaison des deux séries de photos montre de façon éloquente que l’écrit proposé met en évidence le travail en train de se faire : les couleurs codées (rouge pour le verbe, bleu pour le sujet et ses expansions, autres couleurs pour les compléments) viennent soutenir la réflexion ; dans le cas des couleurs adoptées par l’élève, les codes sont  les mêmes et correspondent à l’aboutissement de la réflexion puisqu’il affecte les mêmes couleurs à la traduction qu’il propose, même s’il commet quelques erreurs : regarder son texte coloré est comprendre sa démarche intellectuelle et l’aider à remédier à ses erreurs. 

Intérêt(s) du TNI ?

Le groupe travaille collégialement sur le texte ; si ce travail aurait pu être possible avec un simple vidéo-projecteur et même retro-projecteur, il n’en reste pas moins que l’utilisation de l’outil de projection est fort intéressant. La plus-value apportée par le TNI se situe dans le fait qu’il est intégré de fait au cours, puisque fixé au mur et donc omniprésent. C’est sa présence qui induit son utilité dans ce cas. Lorsqu’il fait défaut (à cause d’un problème quelconque de connexion), le tableau traditionnel est utilisé : c’est alors une activité qui redevient chronophage (recopier le texte) et éphémère (on est obligé d’effacer le texte), et le corps du professeur revient faire écran.

La problématique de la position du corps dans l’espace ne se pose pas ici : c’est le professeur qui annote le texte, assis au bureau, face aux élèves (qui ne sont que neuf), les élèves ont donc uniquement le texte sous les yeux (dans leur livre en papier et au TNI). Le corps s’efface pour laisser place au texte. Ce qui est recherché ici est donc une visualisation du texte second (traduction) en train de s’élaborer depuis le texte premier, avec effacement des corps, mais persistance de la voix et de la vue. L’effacement du corps du professeur est ici intéressante car il n’est possible, d’ordinaire ie sans TNI, que si le groupe est suffisamment capable de suivre par la simple audition. La vue vient soutenir la réflexion : on peut souligner et montrer grâce à la souris quelles parties du texte sont analysées et reliées, et expliquer pourquoi de façon visuelle, tout en maintenant le discours oral. La séance suivante, on projette ce texte (annoté ou non) et un élève peut mimer l’oral qu’il aura à présenter en rapprochant les groupes de mots à traduire. 

Ainsi, ce n’est pas le texte travaillé qui sera retenu, mais les notes prises par l’élève qui les partagera avec ses collègues. 

 

2. Des élèves qui publient sans l’aide de leur(s) professeur(s). 

 Dans le cadre d’une convention signée entre Sciences Po et le lycée, les élèves de Tle qui le souhaitent peuvent tenter, dans un premier temps, un oral d’admissibilité qui se fonde sur une revue de presse personnelle. Le groupe des élèves que nous suivons pour leur préparation à Sciences Po a créé un « groupe » sur Facebook dont le titre est « Solidarité is here ». Ils échangent à la fois des liens et des informations, et aiment à débattre de sujets d’actualité. La lecture de leurs « commentaires » se révèle passionnante car on est bien loin de l’image qu’on a souvent des « groupes de jeunes « sur Facebook, image réductrice s’il en est : il s’agit bien là d’un groupe qui collabore et qui s’est mis d’accord sur les usages que chacun doit observer (une discussion a porté sur la possibilité d’inclure ou pas d’autres élèves extérieurs au lycée). C’est ainsi une excellente occasion de constater à quel point la pratique dans les murs du lycée gagnerait à utiliser ce genre d’outils, qui se doivent, également, d’être le plus performants possible. Si Facebook est utilisé au détriment de l’ENT Lilie, c’est uniquement parce qu’il se révèle bien plus pratique pour un certain nombre de raisons, notamment celle de son efficacité. Voilà qui donne matière à réflexion dans le cadre de l’Éducation aux Médias.

Enfin, plusieurs élèves utilisent un compte Twitter qu’ils se sont créé par eux-mêmes pour pouvoir trouver des articles intéressants sur leur sujet de revue de presse et profiter des ressources trouvées par les professeurs qui utilisent avec eux leur propre compte Twitter. L’éducation aux médias, ce n’est pas l’école qui l’impose et les élèves qui s’y plient : c’est bien les élèves qui poussent la réflexion pédagogique des nouveaux outils qu’ils sont amenés à utiliser et qui poussent les adultes que nous sommes à l’être un peu moins, adultes (« arrivés au terme » étymologiquement) ; leurs professeurs ont un rôle de pédagogues, qui poussent et accompagnent. Ce sont donc les élèves qui éduquent leurs professeurs, comme l’enfant apprend à ses parents à l’être.

3. Constat et interrogations : les occasions de lire et d’écrire et de publier ces lectures et écritures sont semble-t-il démultipliées. Comment dès lors un professeur de lettres pourrait-il ne pas s’emparer de ces pratiques qui amènent tant de problématiques littéraires, abondamment commentées par les auteurs des siècles précédents et le siècle actuel ? Pour reprendre une expression employée par Milad Doueihi, on a bien affaire ici à des « pratiques lettrées », qui font (enfin?) coïncider les pratiques personnelles et professionnelles (= d’élèves) et celles des chercheurs-éditeurs-lecteurs. L’aplatissement, l’horizontalité permise par les nouveaux outils numériques est à exploiter en cours de lettres pour donner à chacun la chance d’écrire, de lire et de publier, à son niveau, et à sa convenance. N’est-ce pas là le but ultime de l’enseignement des Lettres ?

Multiplasticité de l’écriture

    Entre la rencontre organisée par le LaboBnf mardi dernier avec, entre autres, et excusez du peu, Milad Doueihi, Cécile Portier, Maurice Olender, et les lectures de la semaine (notamment le billet d’enklask), le cerveau bouillonne et les doigts s’échauffent. 

     Ce qui me passionne de plus en plus, c’est de réfléchir à ce que le numérique met en jeu comme pratiques lettrées, à quel point (s’)éduquer en/au numérique fait réfléchir à /interroge des problématiques/questions/pratiques littéraires, et je cherche à circonscrire ou infléchir cette réfléxion à un cadre/déroulé/fil pédagogique/didactique (je voudrais superposer les mots comme sur les « couches » du TNI). 

     Et d’abord, il me semble urgent d’arrêter de faire lire des textes numérisés, et a fortiori  numériques, comme on fait lire et découvrir un texte papier (oeuvre, encyclopédie, etc). Evidemment, ce sont les pages que M. Doueihi consacre à Wikipédia dans La grande conversion numérique qui soutiennent cette idée (lire le texte numérique comme un texte vivant, au sens où il ne se fige pas en édition définitive, M. Doueihi redéfinit ainsi le terme relecture – je glose par/pour moi-même : non du même texte, mais de la même adresse finalement-on rejoint le codage : pour lire ce texte, rendez-vous à /270 et non au titre qui désignera peut-être plusieurs textes successifs). On ne peut pas considérer que ce qui est publié dans un format pour écran (=numérique et numérisé) peut se lire comme un livre papier. C’est simple à dire, mais j’ai mis du temps à le com-prendre. Nouvelles techniques, nouvelles pratiques de lecture, nouvelles pratiques pédagogiques. Ces deux phrases feront partie de mes fils directeurs.

Du côté de l’écriture, je réagis au billet qu’enklask a consacré à l’écriture de sa thèse, qui se fera sur papier. Je crois effectivement qu’on doit absolument distinguer les deux écritures (papier/à plat et à l’écran/plus ou moins verticale) comme deux outils destinés à deux moments intellectuels différents.

* Pour réfléchir de façon à trouver des idées, en avoir une vue d’ensemble, il faut proposer le papier sans obliger à l’écriture sur écran (je pense aux ateliers d’écriture où on ouvre tout de suite un traitement de texte, une page de blog), il me semble que le passage du papier à l’écran doit se faire dans le temps personnel (chaque personne a la liberté de sa longueur voire de l’inexistence de ce passage) car passer de l’un à l’autre, c’est évoluer intellectuellement (pas forcément dans un sens positif, l’appauvrissement n’est pas de fait exclu !). 

* En revanche, pour la création libérée, ce qui ne veut pas dire sans contrainte, ni irréfléchie, quand l’imagination prend le pas, il me semble fort intéressant de proposer dès le début les outils numériques, qui permettent une épaisseur, une multiplicité, une facilité, et donc une confiance, pédagogiquement fort intéressantes.  On n’écrit pas de la même façon le jour et la nuit, en classe (en salle des profs !) et chez soi, au lit et au bureau, à plat et à vertical (me souviens de tel élève levant son classeur pour en faire un texte vertical comme mon tableau noir, ah que n’avais-je un écran à lui donner !).

Il est/semble donc aberrant, finalement, de ne proposer que table et stylo, feuille et chaise quand on veut faire écrire les élèves. Je pousse loin le commentaire mais le contraste entre les espaces aménagés de la classe de maternelle où l’enfant prend contact avec les écrits (par les manipulations faites de plaisir et de créativité), espaces qui mettent en situation ces découvertes, contraste, donc, avec ma classe de lycée où les élèves ont dû tracer (parfois au burin) des écrits d’invention…pourquoi perdons-nous ainsi cette dimension spatiale comme si les mots se traçaient dans l’air, bas et lourd pour certains, forcément.

Il est temps de considérer les (deux) objets d’étude du lycée comme le lieu de cette éducation numérique, digital litteracy. Mais la suite de l’idée, je la garde en réserve pour publication ultérieure.