Désormais, il n’y a plus de bureau

Expérimentation commencée samedi 12 novembre 2011 (1 heure 30) en classe de Terminale L (26 élèves dont on peut dire qu’ils sont « sympathiques », écoutent en classe, certains participant souvent et d’autres jamais).

Le contexte :

– Début de la séquence sur le tome III des Mémoires de guerre de Ch. de Gaulle, « Le salut ».

– Un premier devoir sur table qui a montré une difficulté à adapter le propos au sujet (des Hors-sujets, une narration de l’oeuvre excessive, qui se fait au détriment de l’argumentation).

Les objectifs :

– faire lire l’oeuvre, la remettre en contexte, l’analyser, l’apprécier.

– susciter une collaboration efficace dans la classe pour réussir à produire beaucoup d’éléments de commentaire de l’oeuvre.

– gagner du temps en arrêtant tout cours magistral.

Le dispositif :

–  faire travailler les élèves en groupes (4 groupes de 6 qui peuvent se subdiviser), munis de livres et d’ordinateurs (au moins un par groupe)

– supprimer le classeur tel qu’il était jusqu’alors

– les écrits seront désormais des écrits de travail, ce qui était le classeur sera le blog (les documents seront imprimés pour les élèves)

– mise en commun et rédaction plus ou moins collective sur le blog

– supprimer le bureau du professeur puisque je circule dans les groupes

Les compétences visées :

– lire, prélever et exploiter une information

– justifier ses choix

– (participer à) rédiger une note de synthèse pour la communiquer via le blog

– réinvestir ses résultats.

Le projet proposé :

Pour que les élèves se répartissent les tâches selon leurs compétences, on leur propose de rédiger un journal de bord. Ils doivent donc se répartir les rôles comme dans une rédaction : les pigistes, les rédacteurs, les relecteurs correcteurs, les lecteurs.

Le blog de la classe Fay ce que vouldras et le blog d’Histoire-Géo Istor Bac Blog 2.0

Blog de recherches, carnet de rencontres

Je suis allée écouter @enklask @inactinique et @msonnet parler de leur(s) blog(s) et de leur utilisation des réseaux sociaux (Twitter en l’occurrence) à l’EHESS, mercredi dernier, en fin d’après-midi.  Les lieux m’ont impressionnée, et la conférence aussi. Je vous renvoie au compte rendu d’Emilien Ruiz, ici.

Chacun expliqua sa conception de son blog, notamment @enklask qui l’utilise pour sa thèse.

Je me suis sentie petit scarabée dans cette réunion de doctorants et docteurs, professeur et blogueur. Petit scarabée mais aussi très motivée : je n’en suis qu’à peine au début, aux balbutiements, au moment où la crainte et l’illusion l’emportent, au moment où, surtout, le temps a commencé à passer et où la tâche n’a guère avancé.

Je me rends compte que je ne suis pas allée au-delà du deuxième billet de compte-rendu de lecture. Mais je ne regrette pas d’avoir commencé, c’est toujours cela de creusé. 

Le problème n°1 à gérer : le temps et son organisation. Il faut qu’elle soit bien plus rigoureuse car je dois : être professeur, être formatrice, être rédactrice, être élève, être maman.

Problème n°2 : l’énergie et l’endurance

Problème n°3 : la confiance. C’est là où  ce blog intervient pour me secourir : publier, c’est déjà faire un pas vers l’exposition de son travail, ou de son absence de travail. J’ai déjà publié sur ce mot, publier (sur mon blog personnel), et c’est vraiment cette démarche qui m’intéresse et me fascine. C’est une vraie chance que le numérique nous offre, cette auto-publication. 

Ce sera donc un carnet autobiographique de recherches.

Et bien sûr, ce que je cherche, c’est moi.