Ceci est un appel (à l’aide)

Depuis quelques mois maintenant, je suis plongée dans le numérique et dans la découverte de ce que sont les Digital Humanities. Je commence à lire par ci par là des articles et ouvrages sur l’utilisation de l’informatique/du « digital » dans les sciences humaines, et je trouve beaucoup de textes de réflexion sur les pratiques de chercheurs renouvelées grâce au numérique, mais beaucoup en Histoireet en Sciences Sociales, très peu en Littérature (je cherche des ressources autres que ce que l’on peut trouver sur Eduscol par exemple)2. Aussi, lancé-je cet appel à vous qui me lisez pour m’aider à trouver des références, des documents, des expériences qui me permettraient de constater soit que j’ai mal cherché soit que, effectivement, du côté des Lettres, peu de lignes bougent encore (alors que des personnes très bien et investies dans les Digital Humanities ont un cursus Lettres classiques ! Voilà qui me laisse rêveuse).

Je ferai une mise à jour ici avec vos ressources et/ou témoignages. 

1 je suis par exemple plongée dans la lecture de l’excellent Les historiens et l’informatique : un métier à réinventer de J.-P. Genet et A. Zorzi, Rome, 2011

2 je vois avec intérêt, par exemple, le programme de cette conférence : « We’re happy to announce that the preliminary conference schedule and programme overview for the upcoming DH 2012 at Hamburg University are now available ! From 16 to 20 July 2012 a total of 198 workshops, panels, papers and poster presentations have been scheduled – it’s truly bound to be a conference that lives up to its motto, “Digital Diversity – Cultures, Languages, Methods”! »

JiTP : de l’interactivité technico-pédagogique sous forme de journal collaboratif

A l’instar de Xavier de LaPorte (dans son excellente émission Place de la Toile et sur son non moins excellent site InternetActu), j’entame une série « Découvertes-Lecture de la semaine, ou du jour », c’est selon, nous verrons où nous irons. 

Grâce à un tweet de @DHNow publié ce jour

j’ai découvert le site JiTP the Journal of interactive technology & Pedagogy, promoting open scholarly discourse around critical and creative uses of technology in teaching, learning and research (ici) :

JiTP

 Site qui présente par sa forme (journal collaboratif, chacun est appelé à proposer ses expériences pédago-techniques) et son fond (description des projets eux-mêmes) un double intérêt.

Je ne suis pas bilingue, loin s’en faut, si bien que j’ai d’abord été sensible aux images et à la typographie, qui m’ont tout de suite plu. Les images d’abord :

– le crâne « logo » qui n’est pas sans rappeler l’étude d’un crâne humain de Leonard de Vinci. Le lien entre l’auteur du tweet DHNow et le site est immédiatement évident : des humanités multiples mais qui constituent (ou tendent à le faire) un même crâne, c’est-à-dire l’intellectuel, le  culturel et le sensible tout ensemble (en finir avec cette dichotomie manuel/intellectuel !).

Leonard de Vinci, étude d’un crâne humain, Wikimedia commons

– les captures d’écran d’objets : tablette, smartphones, de sites et d’application de géolocalisation (qui me font penser aux travaux de Cécile Portier dans son projet « Traques traces, tous taggés, tous localisés » – ici). Le lien entre culture et technologie dans un cadre pédagogique m’intéresse de suite puisque c’est sur quoi je tâche de travailler. L’article, assez long, fournit une description détaillée du projet et une réflexion sur lui, notamment sur la plus-value pour les étudiants :  la motivation et le plaisir semblent donc moteurs des apprentissages qui se sont appuyés sur une co-construction d’objets culturels nouveaux, qui mêlent technologie avancée et littérature, ceci dans un cadre local. On peut ainsi tirer l’exemple jusqu’à nous et reconnaitre nos problématiques dans le 2nd degré en France : histoire des arts par la dimension locale et culturelle du projet, humanités numériques dans ce travail technico-littéraire, qu’on peut dès lors désigner de numérique.

– les images qui montrent les élèves/étudiants au travail, et les graphiques qui témoignent de leur implication dans le projet. Le projet a donc associé à la fois différents champs (littérature et conception technologique d’une application pour iPhone/iPad) et différents acteurs : professeurs et étudiants. 

Le projet en question a eu lieu dans l’université de l’IOWA dont on remarque rapidement la mention UNESCO. Une rapide recherche me fait découvrir sur le site de l’UNESCO le « réseau des villes créatives » (ici et pour la liste des villes créatives reconnues) où l’on voit que cette ville est un véritable terreau d’auteurs : 

« Depuis 1955, les diplômés et le corps enseignant de l’université de l’Iowa ont gagné plus de 25 prix Pulitzer de la littérature. La ville d’Iowa a accueilli nombre d’auteurs célébres, dont Flannery O’Connor, Wallace Stegner et Kurt Vonnegut Jr. Le mondialement connu Iowa Writer’s Workshop fut le premier programme de Master des Beaux Arts en écriture créative. De nos jours, la culture littéraire de la ville continue de prospérer : les bibliothèques municipales ont plus de membres que la ville ne compte d’habitants. »

 Les objets utilisés n’ont donc pas été pur amusement et déviation de l’attention pour que les étudiants ne se rendent pas compte de l’effort à produire. Non, les objets ont eu une dimension culturelle et ont permis une étude et une écriture impossibles sans eux. Et c’est bien à cela qu’il faut tendre dans le déploiement des usages des TICE, et du numérique. Fonder la nécessité de l’objet dans sa dimension irremplaçable. Il s’est en effet agi de développer des outils pour produire des textes d’un nouveau genre, numériques. 

L’article du JiTP est intéressant dans la démarche et le point de vue, celui des Digital humanities, qu’il adopte :

– part d’investissement des étudiants dans le projet

– collaboration

– regroupement de champs et compétences différents.

Tout l’article est particulièrement intéressant, donc, car il présente une argumentation informée dont nous avons nous aussi besoin ici pour (continuer à) faire prendre conscience de l’intérêt de ce genre de pédagogie « interactive » et « participatoire ». 

« The “City of Lit” system framework consists of a web-based content editing interface, a development database containing in-progress content, a collection of websites that host full-length original content for a selection of authors, and a production database of public content which serves the mobile app. Authorized scholars and researchers can contribute to the collection from remote locations, using the web interface (figure 2) to enter data into the development database. Within the interface, students can view each other’s work-in-progress alongside the content of contributing scholars. Students and scholars, then, operate on equal and open terms within the project. Once material is approved by the editorial staff, data is reviewed and copied to the production database. »

Recently, scholars have begun to explore specific ways that mobile technology can serve as a platform for this participatory, problem-based pedagogy. David J. Radosevich and Patricia Kahn have showed the impact of using tablet technology and recording software to increase student engagement in their learning process.

 

Enfin, la somme de liens me renvoie encore et encore vers de nouvelles découvertes, de nouveaux documents. Work-in-progress à partir d’un premier work-in-progress. Du tweet jusqu’aux articles, c’est toute la beauté du Web qui se déploie dans ses dimensions culturelle (littérature et « humanités numériques ») et citoyenne (partage et liberté). Comme le web et la littérature numérique, ce travail de découverte n’est ni linéaire ni fini. C’est là ce qui fonde sa beauté.