Théorie des écrans

21 juillet 2011
Par

 ou : réflexion sur la présence des outils.

I Ma préHistoire

Quand j’ai commencé à enseigner, la disposition de la salle correspondait à celle que j’avais toujours connue (sauf en maternelle) : un bureau et un tableau, un professeur devant et, face à lui, des rangées d’élèves qui le regardent.

L’art était d’apprendre à gérer le tableau : j’ai toujours pour habitude de commencer au milieu, de poursuivre sur le panneau de droite et de finir à gauche. Certains utilisent une partie du tableau comme brouillon, d’autres pournoter le nom des élèves à punir (comment mieux associer travail et punition ? le travail ne doit pas apporter de plaisir mais empêcher de perturber).

Ensuite j’ai introduit la télévision sur un chariot roulant, reliée à un magnétoscope et à une camflex, caméra qui permet de montrer (comme une webcam) un document ou ce que l’on veut. Intérêt double : rester face aux élèves, montrer un détail en grand pour une meilleure visibilité. J’ai ainsi pu montrer une prise de notes de l’élève au premier rang pour montrer en vrai à tous à quoi doit ressembler ce qui est écrit au tableau. Certains ont du mal avec le passage du vertical à l’horizontal et ont tendance à mettre leur cahier/classeur à la verticale ou à respecter scrupuleusement la division tripartite susnommée du tableau.

Premières remarques :

  • Un groupe d’élèves face à moi, que je ne vois que comme un groupe, une masse, que je dois contrôler comme un orchestre (et dont je suis le chef, sans me demander si je peux remplacer ce mot par un autre) : l’ensemble doit être harmonieux, tout le monde jouant le même air ou se répondant en alternance, ou faisant silence. Les yeux des élèves doivent se diriger dans trois directions et trois seules, le reste est considéré comme interdit : vers moi, vers le tableau, vers les documents sous leurs yeux (jamais de côté, jamais en l’air, jamais vers le bas).
  • Quant à moi, je dois regarder la masse et individualiser ma vision, pour vérification (de la compréhension, du silence et du comportement au travail), tout en regardant d’un œil mes notes et écrivant au tableau (j’ai appris à écrire de façon perpendiculaire de façon à avoir un œil sur le groupe, un œil sur le tableau).
  • Bilan : beaucoup de temps et de techniques (de « trucs ») pour gérer le groupe, très peu de temps pour passer dans les rangs contempler le travail écrit. >> fonctionnement sur des impressions générales (silence, yeux levés : intérêt et compréhension = le cours s’est « bien déroulé »).

II Cheminements et effacements ?

Ensuite, déplacement en salle multimédia.

Première constatation à faire : elles sont de toutes les sortes. Une salle de classe ressemble à une autre, pas les salles multimédia, tout dépend du matériel. Ce qui conditionne l’agencement, c’est les solutions techniques trouvées, pas une idée de l’enseignement.

1ère salle :

Les ordinateurs sont placés le long des murs et des fenêtres, un mur est laissé pour le tableau, le bureau et le professeur, sans ordinateur, lui. Les ordinateurs sont scindés : l’écran est surélevé, le clavier sur la table avec la tour.

Quatre problèmes :

  • les élèves tournent tous le dos au professeur,
  • ont deux voisins (multiplication des « risques » =  tout est fait pour mettre dans l’insécurité le professeur novice),
  • doivent lever et baisser sans cesse la tête pour vérifier avec les yeux ce que les mains font sur le clavier
  • subissent le bruit de la tour

Þ   gestion difficile et pour le professeur et pour l’élève : la nouveauté et l’attrait peuvent en plus amplifier les bavardages et commentaires.

Þ   Comment faire travailler les élèves pendant une heure dans ces conditions ? Le travail préparatoire du professeur doit soigner l’autonomie des élèves pendant la séance car ils se retrouvent seuls face aux consignes et à l’écran, sachant que chacun, captivé/capturé par son écran, n’entend donc pas les questions posées oralement par les autres ni les réponses, il ne voit pas non plus ce qui est éventuellement écrit au tableau.

Þ   L’écran de l’ordinateur connecté à internet : fenêtre sur le monde peut-être mais surtout capteur d’attention de façon négative  pour le dessein du professeur. Dans la salle, le professeur contrôlait les regards, à présent, c’est impossible : ce n’est plus le corps du professeur qui entre en interaction, mais les écrans et ce qu’ils affichent : nécessaire adaptation de son cours (avant, trouver un discours oral et écrit (au tableau, sur photocopie, au rétroprojecteur) qui « captive », à présent, dans cette salle multimédia, trouver tous les moyens pour que le corps du professeur n’ait pas à intervenir pendant la séance parce qu'il n'y est pas efficace).

Þ   Il faut donc que les élèves sachent en allumant leur ordinateur où cliquer ensuite, soit par une photocopie qui leur est donnée à leur entrée soit sur un endroit dans l’ordinateur où ils savent qu’ils vont trouver le document ressource. Mettre en place un protocole et des habitudes comme en classe « traditionnelle ».

2ème salle :

La 2ème salle est bien mieux conçue, apparemment. On retrouve la disposition bureau-tableau face à cinq rangées formant une unique colonne devant le bureau. Les ordinateurs sont installés dans des bureaux, les écrans sont donc sous une vitre et les tours éloignées des oreilles des élèves. Surtout, un système maître-esclaves permet au professeur de diffuser son écran sur tous les ordinateurs ou de visualiser les écrans des élèves et d’en prendre la main s’il le souhaite.

Þ   La communication entre le professeur et les élèves fonctionne bien mieux mais de façon encore très guidante voire excessive. Aucune communication via les ordinateurs n’est encore possible. Tout se passe donc, classiquement, à l’oral (notamment, le même problème des questions posées sans que tout le monde, concentré chacun sur son écran, ne l’entende).

3ème salle

La 3ème salle est une ancienne salle de réunions : les tables forment une ellipse, les écrans sont sous la table et visibles à travers une vitre (il faut donc beaucoup de parois pour s'ouvrir au monde). La disposition répond encore une fois à une solution technique et n’est pas pensée selon des principes pédagogiques : que les élèves se voient les uns les autres n’apportent rien si ce n’est une éventuelle déconcentration. Le système maître-esclaves est aussi ici installé. Il n’y a pas de tableau.

4ème salle :

La 4ème salle propose une disposition en marguerites des tables (les élèves sont répartis dans quatre marguerites de six tables jointes). On retrouve l’avantage de l’écran sous la vitre mais on cumule deux difficultés : les élèves se font face ou bien se tournent le dos. Certains tournent le dos au tableau (TNI). Là encore, on est dans une position de maître à élèves, rien ne permet la communication et la collaboration.

La 5ème salle (ou : retour en salle 1) :

La 5ème salle est la pire : les ordinateurs sont installés en hauteur (la tour sur la table et l’écran surélevé), certains sont le long des murs, d’autres face à face au milieu. Cette fois-ci le professeur ne peut même plus voir l’ensemble de ses élèves et est constamment en mouvement pour attirer l’attention pour d’éventuelles consignes. Pas d’ordinateur dédié au professeur. Là plus qu’ailleurs, il faudra concevoir une séance qui permette aux élèves de travailler dans l’autonomie la plus grande donc guider fortement la démarche.

La 6ème salle :

Installée dans une salle de sciences, elle dispose d’une estrade très élevée, qui n’est d’aucune utilité puisque les ordinateurs sont installés le long des murs et des fenêtres. Au milieu  de la salle, des chaises et tables : on peut au moins accueillir une classe entière, dont la moitié des élèves travaillent sur l’ordinateur, l’autre sur papier. Très utile lorsque l’on veut donner à l’élève l’opportunité de choisir son support, car il n’est pas question d’obliger ceux qui préfèrent écrire sur le papier d’écrire sur écran. Parfois, on peut se retrouver sur l'estrade, seul, face aux élèves dont aucun n'a les yeux sur soi. Un "quatrième mur" à analyser.

Avec le développement du Web2.0, deux outils se révèlent très précieux :

-       le compte twitter qui permet aux uns et aux autres de poser des questions et de poster des réponses. Ainsi, une collaboration peut se mettre en place (apprentissage par les pairs) et les bavardages cessent car les élèves peuvent exprimer leurs difficultés.

-       Etherpad qui permet à plusieurs d’écrire sur un même texte et, surtout, qui comporte une partie « chat » : ainsi les bavardages se font sur ce lieu et cessent rapidement une fois la joie passée (joie due à la possibilité de bavarder librement, mais sous l’œil du professeur qui peut se connecter au pad). Pour l’utilisation de cet outil, un cérémonial est mis en place qui vise à instaurer le silence, et un silence qui dure : interdiction de parler à l’oral, mais autorisation de bavarder et de commenter sur le chat.

Retour en classe avec le TNI

L’alternance de cours en salle multimédia et en salle équipée d’un TNI fait que naturellement le professeur laisse les élèves intervenir au Tableau Interactif et naturellement les élèves y viennent. Il faut donc réfléchir à l’utilisation de ce tableau de façon à ne pas le rendre un outil terrible pour installer un cours encore plus magistral mais l’utiliser comme un outil qui rendent acteurs les élèves. Ainsi, si l’on passe de son bureau et que l’on fait juste un pas pour passer au TNI (et ce pas peut ne pas être fait si on choisit de rester derrière l’ordinateur), on risque de créer une démarche pédagogique presque statufiée, où les élèves recevraient les images et le son. Au contraire, se promener entre les deux (le bureau et le Tableau) dans différentes salles permet de continuer à creuser la motivation : se mouvoir et faire mouvoir pour avancer, ensemble.

En attendant les tablettes ?

L’intérêt a priori que je vois dans les tablettes est la suppression des écrans pour qu’on puisse à nouveau se voir : les voies de communication deviennent multiples : oral et médiées par les TICE. Autre intérêt : écrire à même le texte grâce à la suppression du clavier.

Bilan

Solutions techniques, quelles solutions pédagogiques ? S’emparer de tous les outils intéressants avec pour horizon de réfléchir à leur ergonomie et aux apports pour les élèves (compétences et savoirs). La position des corps les uns par rapport aux autres et par rapport aux machines semble devoir être au coeur de la réflexion. On n'écrit pas qu'avec le cerveau mais bien avec le corps, et celui des autres (effacement, oubli, sémaphore, etc).

On observe un champ lexical : « mur », « captiver », « maître-esclave »... dont il faudra se débarrasser pour une réelle démarche de mise au travail (l'open space est encore à inventer). Être passeur et pousseur plutôt que donneur.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Expériences

2 commentaires pour “ Théorie des écrans ”

  1. Delphine Imbert le 26/08/2011 à 09:34

    Passionnant et inspirant… dommage que mon lycée ne dispose pas de tels équipements…

  2. Le Page le 01/08/2011 à 09:06

    merci
    excellent article !!!
    :-)
    Gilles Le Page

Laisser un commentaire

Blogs pour élèves

Chercher

Sites Pédagogiques

CGU

Contrat Creative Commons

Pour me suivre sur Twitter : @drmlj