Pourquoi il faut apprendre à coder à tous nos élèves

6 juillet 2012
Par

Màj 6 : HTML a posté en commentaire un lien vers cet excellent dossier de FranceTV : merci ! Le HTML par lui-même.

Màj n°5 : Après une mise en quarantaine de quelques heures de cet article mal écrit, je le republie. Je dois le réécrire (je n’ai pas tout barré pour plus de lisibilité…) pour mieux m’exprimer et mieux expliquer qu’il n’est pas question d’enseigner le code comme une langue (même si je l’écris ci-après) mais qu’enseigner le numérique, en plus d’apporter la culture numérique essentielle à tous nos élèves, peut aider à faire acquérir certaines compétences et certains réflexes, notamment dans l’importance ou l’utilité à apporter à la forme visuelle du texte que l’on met en page, que cette mise en page a aussi un sens, qui se surajoute au sens de la langue. Mais je tâcherai plus ou moins rapidement d’expliquer cela à partir d’expériences concrètes.

Surtout, je renvoie au dossier tiré du séminaire PRECIP : Enseigner l’écriture numérique ? certainement bien meilleure argumentation que la mienne. Màj n°6 : on m’a signalé cet article “Coding – The new latin” de Rory Cellan-Jones, à lire !

Enfin, l’histoire de cet article montre, peut-être, cette “intelligence collective” évoquée régulièrement : j’ai en effet beaucoup appris grâce à vous et vous en remercie, notamment les commentateurs et -trices ci-après, ainsi que les personnes intervenues sur Twitter.

Enfin bis, il faudra que j’écrive quelque chose sur cette histoire d’endroit où l’on publie qui forcément impacte le discours (telle plate forme, en article ou en commentaire, ici ou sur Twitter, etc). 

_______

…et pas seulement à cliquer,

…et pas seulement aux élèves de la série scientifique qui en plus est la voie royale.

Je suis de plus en plus convaincue de l’importance et de l’utilité d’apprendre à coder à nos élèves, et particulièrement à ceux de la filière Littéraire. Non seulement important et utile, mais surtout urgent car c’est là que se joue la démocratisation du monde par le web, et du web par le monde, non pas dans la parole donnée à tous, mais dans le contenu de cette parole dont tout un chacun pourra faire un usage le plus raisonné possible.

Je parle en tant qu’ancienne élève de la filière A2, vous savez celle où il y avait le moins de maths possible…J’emploie donc le mot « coder » dans son sens le plus large, c’est-à-dire pouvoir toucher un peu ou tout entier aux fonctionnalités pour les maîtriser, ou au moins les comprendre. Jour après jour je me rends compte que le langage informatique me fait défaut, que le vocabulaire informatique me fait encore plus défaut, que l’histoire et la sociologie informatique me font défaut, bref, que je ne suis qu’en train de construire sur le tas et comme je peux ce que l’on appelle la culture numérique.

Quel intérêt pédagogique ?

  • à l’occasion de billets de blog ou de site sur wordpress, dotclear ou spip, sur lesquels on veut mettre un titre, insérer une image ou une vidéo, le plus efficace est d’insérer soi-même dans la partie html. Or quand je lis :

    <p>Voici le paragraphe que j’écris et que je signale comme étant un paragraphe, et pour ce faire, en étant rigoureux sur les espaces et signes utilisés, l’un n’équivalant pas à un autre</p>

    je vois exactement matérialisée la démarche intellectuelle mise en page, qui vient à l’appui de la démarche intellectuelle, que je m’acharne à inculquer à mes élèves sur la construction d’un paragraphe et surtout l’extrême importance de la rigueur dont il faut faire preuve pour rendre le discours efficace. Les balises sont en effet les phrases d’introduction et de conclusion du paragraphe, apparemment semblables et en fait différentes. Si vous ne fermez pas votre paragraphe, il n’y aura pas de paragraphe. Faire coder les élèves, c’est donc leur apprendre à écrire, c’est-à-dire leur apprendre la maîtrise raisonnée de la langue, et de la langue web puisque c’est là que se jouent les écrits à présent.

  • Il me semble qu’une autre qualité du code, outre la rigueur intellectuelle et scripturale qu’il suppose, la même que nous nous efforçons d’enseigner pour une orthographe un peu « ortho », est la démarche, celle du projet. On ne peut pas se lancer à écrire sans savoir ce que l’on veut obtenir. Il y a une nécessaire anticipation, une possible adaptation ensuite, un grand attachement à la forme qui est permis. Or plus on saura coder, plus on sera maître de cette forme. Plus on saura écrire, plus on sera maître et libre, aussi. Les points de conjonction sont très nombreux avec les problématiques littéraires pour ne pas vouloir coder en lettres.

  • Un autre aspect qui pourrait aider bien des élèves qui ont de grandes difficultés à le faire (et c’est là que tout se joue entre ceux qui « réussissent » et ceux qui font ce qu’ils peuvent), c’est la navigation entre concret et abstrait. Une ligne de code est à la fois très concrète (du chiffre, des signes) et très abstraite. Comme une phrase : repérer un mode verbal et comprendre son rendu (on imaginerait quelque chose qui puisse rendre la page WYSIWYG !) est du même ordre que de comprendre des signes de code.

  • Enfin, c’est un langage universel, et c’est la maîtrise parfaite de celui-ci qui fait que l’on peut le lire. Or, c’est aussi un aspect discriminant pour la langue, ceux qui seront capables de lire toutes les phrases, celles de Proust comprises, et ceux qui n’en seront pas capables. Faire comprendre les « signes » utilisés par Proust à l’aide du langage informatique ! Montrer du code, et dire c’est incompréhensible. Puis le décortiquer et admirer le résultat final ! Matérialisation possible d’une phrase proustienne… à rééecrire

  • C’est tout bonnement aussi une excellente façon de faire de la philosophie, de l’anglais, de l’histoire-géo, des lettres ! Un exemple, cette représentation spatiale de l’histoire de la philosophie publiée par Simon Raper qui explique comment il a procédé.

Quel intérêt éducatif ? L’orientation, parlons-en ! Ou comment réhabiliter, pour de vrai, la filière L…

Si l’on admet l’idée que nos élèves de L peuvent, éventuellement, faire des études littéraires…

  • du côté des Lettres, la recherche : depuis trente ans, les outils informatiques sont intégrés aux autres outils des chercheurs de sciences humaines pour améliorer la qualité et le nombre des trouvailles . Je prendrai un seul exemple, celui de la TEI qui permet d’éditer en ligne des textes de façon plus intéressante que la simple numérisation ou la simple copie sur traitement de texte. Or, à l’examen de cela, on voit bien que l’on n’a affaire à rien d’autre qu’à une explication de textes. Faire coder nos élèves de L, c’est donc bien les éduquer, les enrichir et, surtout, les prendre au sérieux (je repense à mes cours de maths de A2…). Pour asseoir l’autorité de mon discours, je renvoie à l’article de Wikipédia, très clair, MAJ n°4 à l’article de Marie-Anne Paveau, Professeure de linguistique, Linguistique et numérique, sur son blog La pensée du discours et au carnet d’Aurélien Berra, professeur de grec, Philologie à venir, et notamment à son article L’encodage, une pratique savante ?.

  • du côté des Lettres, la littérature : pour la démonstration, je renverrai au travail de Cécile Portier fait avec des élèves de lycée (ici), qui a fait utiliser des outils logiciels aux élèves pour une écriture littéraire, à celui de Pierre Ménard (Ses expériences d’écriture innovante ), et, bien sûr, au travail de François Bon (par exemple cet article, presque pris au hasard : adresse aux bibliothèques). Est-il besoin d’expliquer qu’un livre numérique n’est pas un livre numérisé, n’est pas un livre écrit sous traitement de texte, mais est bien numérique, c’est-à-dire construit dans le code, dont la forme, signifiante, est codée, inform-atis-ée par plus que les mots encore ? Quand je compare mon blog à celui d’auteurs qui touchent la matière, je vois une différence de formes, dans les phrases et dans l’aspect, la morphè. Alors ?

  • du côté des Lettres, la bibliothèque : sur Twitter, les professeurs parmi les plus actifs et les plus au fait sont, quel hasard, des professeurs-documentalistes. Mise à jour à 13h35 : un lecteur me signale que dans l’à propos du blog en question est spécifiée la volonté des auteurs de ne pas diffuser leur blog, bien qu’il soit public. Je tâche donc de remédier à ce très malheureux lien que j’avais trouvé via Twitter. Je renvoie à ce blog xxxx qui, justement, informe de façon pédagogique sur le web sémantique, et le travail des bibliothèques qui s’en trouve-ra encore modifié, comme chaque fois que le livre change.

  • du côté des journalistes : il y aurait d’un côté les journalistes, de l’autre les développeurs ? C’est de moins en moins vrai, ou de plus en plus compliqué. A nos élèves qui veulent être journalistes, je dirais volontiers : codez et décodez, c’est ce que vous avez de mieux à faire, et filez la métaphore ! C’est au site d’OWNI tout entier que je renvoie, à comparer avec d’autres journaux en ligne (« en ligne », pas numériques), par exemple cet article pédagogique sur les data.

Quel intérêt humain ?

A l’heure où l’on trouve à foison articles et publicités qui montrent à quel point les écrans et le numérique ont investi notre quotidien, à l’heure où l’on attend, surtout, le fameux Web sémantique (un adjectif qui renvoie à du littéraire, non?), nos élèves baignent dans un bain qui parfois, ou souvent, effraie leurs parents : ils sont en train d’apprendre à nager seuls, veillons à leur apprendre à naviguer. Et à apprendre avec eux, ce sera le meilleur service à leur rendre, faire chemin pour co-construire.

Evidemment, je ne prétends pas qu’il faille avoir le niveau de maîtrise des Informaticiens, que cela soit possible pour tout un chacun ; je sais bien qu’e cela demande des années d’études. Ce que je prétends, c’est que de la même façon que la société a considéré que même élève en A2 je devais recevoir des rudiments de maths, eh bien, même (et je dirais « surtout » assez volontiers) en filière L, il faut des cours de culture numérique. Et pas seulement pour les élèves de S, dont on sait bien qu’ils sont bien partis pour constituer l’élite.

Il me semble que nous, adultes de la communauté éducative, ne devons pas rater ce virage car nous sommes en train de former, sous d’excellentes intentions, malheureusement, des Ouvriers Spécialisés, qui cliquent dans tel ou tel logiciel (propriétaire, introduit à l’école et donc légitimé) au lieu de leur apprendre la difficile et âpre liberté. Je vois de plus en plus chez mes élèves ceux qui cliquent, consomment, prennent Google pour un site, idolâtrent Facebook, quand d’autres codent et refusent de s’inscrire sur tel site par précaution me disent-ils et préfèrent construire leur propre site. Si on lit cet article, au hasard (je l’ai trouvé ce matin) à propos du futur Google Now qui nous promet de n’avoir plus à penser ! – ne semble-t-il pas urgentissime de mettre la main à la pâte ? N’est-ce pas inscrit dans nos missions ? N’est-ce pas ce qui fonde notre responsabilité d’adulte ? d’être humain libre, ou cherchant à l’être ?

Mises à jour n°2 : un lecteur, @DavidBruant sur Twitter, me signale cet article de Sabine Blanc paru le 18 juin 2011  sur OWNI dont le titre est : Littéraires, le code est fait pour vous ! Je n’ai jamais qu’un an de retard sur cette journaliste :-)

Je signale également cet article que je m’en veux de n’avoir pas cité dès la première mise en ligne, article écrit par Michel Guillou, Le numérique ça devrait être obligatoire.

Mise à jour n°3 : je signale aussi le très bel article “Le code et l’historien” de Frédéric Clavert, merci à lui, et pardon de ne pas l’avoir lu avant !



Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Menues réflexions

24 commentaires pour “ Pourquoi il faut apprendre à coder à tous nos élèves ”

  1. HTML le 23/02/2013 à 11:24

    « Si vous ne fermez pas votre paragraphe, il n’y aura pas de paragraphe. » Au début du HTML, une balise p ne se fermait pas, elle était utilisée comme une balise br pour faire un saut de ligne (par exemple, vous chercherez en vain la balise fermant la balise p ouverte à la fin de la ligne 10 de la plus ancienne page web de l’histoire codée par Tim Berners-Lee : http://www.w3.org/History/19921103-hypertext/hypertext/WWW/TheProject.html).
    Avec des balises br, qui ne se ferment pas, ne crée-t-on pas aussi des paragraphes, si on dit que le paragraphe est une unité visuelle de mise en page ?
    Mais qu’est ce qu’un paragraphe ? Qu’est ce qu’une balise p ?
    Revenons à cette dernière. La balise p est-elle une balise de mise en forme ou une balise de structuration ? Au début du HTML, lorsqu’elle était utilisée pour faire un saut de ligne, il est clair que c’était une balise de mise en forme.
    Mais avec l’avènement des CSS, les balises HTML ne servent plus qu’à structurer le document et tout ce qui relève de la mise en forme est mis hors du document HTML.
    Dès lors, la balise p ne « matérialise » plus rien. Par défaut, les navigateurs web l’interprètent par un rendu de type « block » (au sens de la spécification CSS), mais en elle-même, une balise html est graphiquement neutre. Elle n’a de valeurs que structurelle et sémantique. Elle dit (notamment à Googlebot) : « ceci est un paragraphe » (par différence d’un titre par exemple, qui serait codé avec une balise h). Mais elle n’a pas vocation à donner un rendu de paragraphe dans un sens graphique, c’est-à-dire celui d’une unité graphique isolant une partie du texte dans la page (au dix-septième siècle s’est imposé l’usage de commencer un paragraphe par une rentrée d’alinéa et de le terminer par un retour à la ligne, mais il existe de très nombreuses autres possibilités…)
    Les balises html sont neutres graphiquement, la mise en forme se fait par les CSS. On peut ainsi, par les CSS, donner à ses balises p un style pour qu’elles ne se « voient » pas comme des paragraphes (peut-être que les lecteurs d’écran marquent-ils néanmoins une pause dans la lecture ?)
    Mais comment peut-on parler d’un paragraphe qui ne se voit pas, qui ne soit paragraphe que dans un sens structurel et sémantique et non pas graphique ? Un paragraphe est par essence une convention graphique. Il s’agit graphiquement de découper le texte pour rendre celui-ci moins rebutant au lecteur qu’un flux sans fin. (Cette convention graphique daterait du Moyen Âge : auparavant il semblerait qu’il n’y avait pas de paragraphes et que l’unité de composition était la phrase…)
    Depuis les CSS, on a les balises HTML d’un côté pour les aspects structurels et sémantiques du document, et les propriétés CSS de l’autre pour les aspects de mise en page graphique du document. Mais de quel côté le paragraphe relève-t-il au fond ? Je ne suis plus sûr de savoir. Bien sûr, pour appliquer un style à un paragraphe, car il y a de nombreuses possibilités graphiques pour isoler une portion de texte, il faut en CSS utiliser un sélecteur de type visant la balise p, donc il faut avoir préalablement délimité les portions de textes que l’on veut graphiquement constituer en paragraphes avec la balise p dans le document HTML. Mais si le paragraphe est une notion graphique, une portion de texte délimitée par des balises p dans le code n’est pas encore un paragraphe mais seulement en quelque sorte un paragraphe en puissance qui attend la mise en forme CSS qui va le constituer réellement comme tel…
    Maîtriser le paragraphe, n’est-ce pas la maîtrise éditoriale d’une convention graphique plutôt que la « maîtrise raisonnée de la langue » ? Et la réalité de ce qu’est un paragraphe, qui en effet rend son discours plus « efficace » mais dans un sens typographique et éditorial, ne se laisse-t-elle pas appréhender de manière plus vraie tout simplement sur un texte imprimé plutôt que dans le code HTML où sa valeur théoriquement purement structurelle et sémantique affranchie de tout aspect graphique peut plonger dans des abîmes de perplexité ?
    Je viens de passer un moment étrange à me laisser aller aux réflexions dans ce problème du paragraphe qui n’est pas l’important… Je livre mes réflexions qui sont sans doute à côté de la plaque car je ne suis pas linguiste, ni historien de l’écriture, ni historien du HTML… Mais je voulais au départ faire un tout autre commentaire !
    Apprendre à écrire en apprenant à structurer un document HTML ? Je suis un peu sceptique. En revanche, je pense qu’il peut être intéressant d’encourager les gosses à apprendre un peu de HTML (ce qui est plus modeste qu’apprendre à programmer, le HTML n’est pas un langage de programmation…) tout simplement car cela peut les aider à un peu réfléchir à leur usage du web et ne pas vivre les heures qu’ils passent devant un navigateur sur un mode purement aliénant. Comme vous dîtes, « pouvoir toucher un peu ou tout entier aux fonctionnalités pour les maîtriser, ou au moins les comprendre » est primordial pour ne pas rester seulement un utilisateur passif (pour ne pas dire une marchandise – via les publicités ciblées par exemple).
    Aussi je voulais vous signaler le dossier publié sur francetv éducation qui s’intitule « Le HTML par lui-même » et qui comprend deux volets :
    Dans le premier épisode, le HTML prend la parole pour présenter l’histoire et les grands principes de fonctionnement d’Internet (client, serveur, DNS…) et du web (URL, protocole http, hypertexte…)
    http://education.francetv.fr/dossier/le-html-par-lui-meme-1-2-o30297
    Dans le second épisode, la prosopopée du HTML se poursuit par une initiation aux bases de ce langage afin de permettre au jeune internaute d’acquérir les connaissances nécessaires à la réalisation de son propre site web.
    http://education.francetv.fr/dossier/le-html-par-lui-meme-2-2-o30298
    J’espère que ce dossier vous intéressera et que vous aurez envie de le mettre en lien en bas de votre article, ce qui serait sympa parce que dans les commentaires, les liens sont en nofollow…

    • Delphine Regnard le 23/02/2013 à 11:38

      Merci pour votre commentaire. Décidément, je n’ai pas bien, pas assez, réfléchi avant de publier. Cependant, cet article aura au moins eu la vertu, pour moi, de susciter des commentaires qui m’ont apporté beaucoup, dont le vôtre !

      • HTML le 23/02/2013 à 21:13

        Merci à vous de relancer la réflexion sur ces questions difficiles et importantes sur lesquelles je ne pense pas avoir encore ni bien ni assez réfléchi non plus ! Et merci pour le lien !

  2. [...] de l’histoire. Proche de ce sujet, je vous conseille la lecture du billet “Pourquoi il faut apprendre à coder à tous nos élèves” de Delphine Regnard. Un bel exemple, également, d’écriture numérique vivante: [...]

    • Delphine Regnard le 11/07/2012 à 23:22

      Merci Frédéric :-)

  3. cva le 09/07/2012 à 14:34

    Fait du hasard, je viens de lire :

    http://www.programmez.com/actualites.php?id_actu=11660&xtor=EPR-144&contenu=detail

    qui parle du java comme d’une 3eme langue.

    A vos commentaires !

  4. cva le 09/07/2012 à 12:02

    Idem, la thématique m’intéresse fortement.

    pouvez vous nous le transmettre en privé ?

    merci

  5. Pierre Mounier le 09/07/2012 à 08:26

    Bonjour,

    je vois que Delphine a retiré le texte de son billet. Peut-être à la suite du désaccord de fond manifesté par Marie-Anne ? C’est bien dommage. J’aurais bien voulu participer à la discussion moi aussi, et je ne peux pas.

    Amitiés,

    Pierre

    • Delphine Regnard le 09/07/2012 à 19:42

      J’ai donc republié cet article, tout raturé, dont il faudra asseoir davantage les hypothèses et certitudes avancées…

      • Pierre Mounier le 17/07/2012 à 21:48

        Bonjour,

        merci pour cette republication. Je n’ai pas grand chose à ajouter finalement car je suis en accord avec la plupart des choses qui sont avancées malgré de nécessaires précisions qui ont été apportées depuis le v1. Deux choses m’intéressent dans l’enseignement du code aux littéraires et finalement à tous :

        - encoder le texte et lui faire subir un traitement automatique quelconque, c’est aussi une manière (très intéressante) de l’étudier – c’est tout le credo de B. Krane avec son projet Perseus. Cela ne signifie pas confondre code et langage ; le sens est plutôt qu’il est fécond d’utiliser le code pour explorer le langage (c’est très différent)

        - apprendre à coder, c’est-à-dire à programmer, c’est apprendre à contrôler dans un environnement truffé de programmes. Contrôler ou être contrôlé, c’est un peu l’alternative dans laquelle nous nous trouvons tous depuis l’avènement de la cybernétique. Google now est un bon exemple de cela : si l’on est enfermé dans un environnement fermé, régi par des automatismes sur lesquels on n’a pas de contrôle, alors on est programmé par les services de Google jusque dans notre vie quotidienne. Mais si l’on est capable de les programmer (à la fois intellectuellement mais aussi par l’ouverture que permettent les services que l’on utilise), alors, plutôt que nous asservir, le code devient “capacitant” pour tous.

        • Delphine Regnard le 17/07/2012 à 22:57

          Bonjour,
          Merci pour ce précieux commentaire. Je vais creuser et améliorer ce texte car je trouve qu’il est urgentissime que l’école s’empare à bras le corps de ces sujets – à bras le corps, c’est-à-dire aussi comme objet d’étude et pas seulement comme outil dont il faudrait circonscrire avec défiance les conditions d’utilisation (je pense, par exemple, à tous les moyens employés pour brider les connexions internet dans les établissements scolaires).

  6. [...] Parole à la défense avec Delphine Regnard: Pourquoi il faut apprendre à coder à tous nos élèves. [...]

  7. Serge Soulan le 07/07/2012 à 10:53

    Dans les années 80, avant les différents “plans informatique” qui n’apprenaient aux élèves qu’à utiliser des logiciels éducatifs plus ou moins bien faits, des enseignants de primaire motivés d’une école de Toulouse avaient instauré des cours de programmation, avec l’aide des jeunes ados du club d’informatique.

    Les “petits” utilisaient des “big trak”, petits robots programmables, et les grands un langage de programmation assez complet, le “logic 2″ sur Commodore 64. Il était étonnant de voir à quelle vitesse des enfants de 9-10 ans appréhendaient les notions de programme, variable ou boucle, et regardaient alors les programmes “tout faits” d’un autre oeil.

    Le but n’était pas de créer une génération de codeurs, mais de les initier au fonctionnement interne de ces machines mystérieuses qu’ils utiliseraient quotidiennement dans leur vie future. Et je suis convaincu que les élèves qui ont suivi ces cours sont maintenant des utilisateurs plus avertis des ordinateurs que ceux qui n’ont pas eu cette chance.

    Je laisse aux théoriciens de la pédagogie le soin de débattre de l’aspect langagier et de la technodiscursivité. En attendant, les élèves ont mieux compris comment fonctionnent les ordinateurs, et ont appris comment expliquer à la machine ce qu’ils désiraient faire. La programmation reste un processus de création, et on n’a jamais prétendu que manier un pinceau pour peindre empêchait les enfants d’utiliser un stylo pour écrire. Le débat me paraît donc assez vain, et même le signe que le processus de démythification des ordinateurs n’a pas été suffisamment engagé (ou pas assez tôt).

  8. Dj3 le 06/07/2012 à 18:30

    L’histoire n’est pas un savoir inutile, la géographie non plus (tu ne la cite pas, mais étant, au moins France, ailleurs je sais pas, enseigné à coté de l’histoire…). Le Grec et le Latin, ce n’est pas inutile non plus, mais la question serait: est-ce indispensable? On devrait pouvoir les proposer aux élèves comme une option, peut tre a la place d’une partie de Sport (genre l’endurance, mais pas à la place des sports d’équipe, genre handball, basquet, qui sont plus accessible que le foot a l’école etc…).

    Le Grec et le Latin, comme la prog, peuvent nous aider dons la maîtrise de la langue. Je suis développeur Web, et j’ai fait en option:, 1an de latin, cela m’a ouvert quelques passerelles avec le Français dans l’apprentissage de l’Espagnol. De même il serait dommage de supprimer les cours de philosophie(point de vue évoqué de temps a autre), car certains peu enthousiaste à aller en cours, en faisait un peu plus en philo, car cela les poussait a réfléchir. Et la matière elle-même nous pousse a regarder, déjà un peu plus loin que notre nombril.

    Donc pour introduire la programmation, un peu de cours d’algorithmique dans le programme de math sera déja donner quelques outils interessant pour démarrer. Et peut être aussi que si la période collège lycée durait un an de plus ce ne serait peut être pas une mauvaise chose, car la génération Y (dont je fais parti) mûrie moins vite, et reste plus longtemps curieuse des nouvelles choses. L’occasion de bien préparer la vie d’adulte, car la société tiens responsabiliser les jeunes, mais l’éducation ne fait pas grand chose pour ça, on découvre sur le tas :
    -Préparer la vie a l’université, la vie active,
    -Cours pour savoir quoi faire avec un bébé, un enfant, (les jeunes parents sont souvent perdu, ces cours existe aux USA)
    -Cours de secourisme
    -Cours sur le droit, comment communiquer avec l’administration, payer ses impots (souvent c’est simple, mais quand c’est compliqué, mieu savoir ce qu’on fait)

    • Delphine Regnard le 06/07/2012 à 18:42

      Merci pour ce commentaire qui permet de donner la parole à ta génération Y :-)

      • Dj3 le 06/07/2012 à 19:02

        Cela ne reste qu’un point de vue particulier, dans le sens ou je suis assez versé dans le monde de l’informatique.

        Pour la programmation a l’école, vous pouvez jeter un coup d’oeil au projet Raspberry Pi.

  9. Tristan Nitot le 06/07/2012 à 16:58

    Bonjour Delphine,

    On en se connait pas, et je ne sais pas si vous lisez l’anglais. Je travaille chez Mozilla (qui fait Firefox, entre autres). Nous pensons nous aussi qu’il est essentiel que les gens comprennent comment fonctionnent les outils numériques. J’écris sur le sujet, je diffuse des liens aussi.

    cf http://standblog.org/blog/ et en particulier http://standblog.org/blog/post/2012/07/05/Pourquoi-j-aime-le-Web où je parle des initiatives de Mozilla dans l’éducation des internautes (jeunes et moins jeunes).

    Voir en particulier https://webmaker.org/ .

    Merci pour votre billet !

    –Tristan

  10. [...] Pourquoi il faut apprendre à coder à tous nos élèves Avertissement liminaire : ce billet est à l’usage de ceux d’entre les acteurs de l’école qui veulent délibérément s’engager dans le numérique. Il convient de ne passer aucune étape, l’ordre ayant peu d’importance. En revanche, un très grand soin doit être apporté à l’entreprise globale par la réussite complète de chacun des items. J’avais, il y a un moment déjà, dans ce billet , suggéré qu’on pousse plus loin les murs de la classe. C’est insuffisant : pour bien faire, il faut tout casser. [...]

  11. Abiram le 06/07/2012 à 11:16

    En fait, à vous lire on se dit que “hacker” serait plus exact que “coder” dans le sens que vous lui donnez, anglicisme mis à part :-)

    Sinon, sur l’assimilation de la filière scientifique à la voie royale, c’est un mensonge des élites qui, elles, apprennent encore aujourd’hui les savoirs soi-disant inutiles comme le latin, le grec ancien, l’histoire… car ce sont ceux qui maîtrisent le langage qui dirigent en fait. Rien ne remplace la richesse du vocabulaire, la grâce dans la syntaxe, la précision dans l’expression pour étayer solidement un esprit.

    • Delphine Regnard le 06/07/2012 à 18:46

      Je suis assez d’accord pour “hacker” ! et l’on revient à OWNI qui me fait découvrir cela.
      Pour le reste, la filière S est la seule à ouvrir autant de portes vers le Supérieur, au détriment, notamment, de la filière L. Là où j’enseigne, il n’est pas rare de voir des élèves en fin de 2nde demander à intégrer une STMG (filières technologiques) ou, à défaut, une L.

  12. Rédiger pour le web | Pearltrees le 06/07/2012 à 10:51

    [...] ligne sur le site Marelle, Zone d’activité poétique et depuis 2010 sur mon site Liminaire . Pourquoi il faut apprendre à coder à tous nos élèves Je suis de plus en plus convaincue de l’importance et de l’utilité d’apprendre à coder à [...]

  13. Marie-Anne Paveau le 06/07/2012 à 10:35

    la lecture de ton billet m’a suprise, delphine en ce matin de vases en principe consacré à la création…

    je suis en désaccord avec la majeure partie des éléments de ton article, qui me semble plus enthousiaste que réaliste, et j’ai choisi de répondre assez longuement parce que je pense qu’il faut une discussion critique sur cette question

    d’abord, si apprendre à écrire aux élèves passe par le code, qui est un langage technique et non langagier, alors cela veut dire que nous abandonnons l’ordre du discours et les ordonnancements langagiers, textuels et discursifs des productions verbales. On ne produit pas du discours avec du code, et le code ne permet pas de penser : c’est un code, justement, et le langage est tout sauf un code, contrairement à ce qu’a pu faire croire la première conception issue de la cybernétique, reprise par Jakobson (mais on était en 1963) et qui est totalement dépassée depuis plus de trente ans : dans une langue, rien n’est linéaire, rien n’est univoque, rien n’est monosémique, et le code, qu’il soit informatique ou autre, est tout cela

    tu écris que “Les balises sont en effet les phrases d’introduction et de conclusion du paragraphe” : je suis en total désaccord, c’est une analogie qui me semble peu soutenable : les balises ne sont pas des phrases, tout simplement, les balises sont des éléments techniques non articulés, les phrases sont des suites articulées (je fais allusion à la double articulation du langage)
    comme tu le sais, je travaille moi-même sur le métissage technique et langagier et je propose les notions de “technodiscursivité” et de “technolangage”, mais il ne s’agit surtout pas d’assimiler un langage articificiel (le code) à un langage naturel, c’est une confusion très dommageable à mon avis

    tu parles aussi de “rigueur intellectuelle et scripturale” apportée par le code : encore une fois le code est un langage artificiel, ce n’est pas lui qui permet d’écrire, ni de mettre en route les activités de l’intellect – je pense que tu confonds un dispositif technique habilitant, et puissamment habilitant, je suis d’accord, avec une activité profondément humaine, même si elle est métissée de technique -je ne suis pas sûre d’ailleurs que les programmeurs te suivraient sur cette idée… le web sémantique (qui ne me semble pas particulièrement lié à la littérature, mais je n’ai peut-être pas bien compris) montre bien cette puissance de l’outil, qui augmente nos capacités de recherche d’information : mais en aucun cas le web 3.0 ne remplacera nos capacités de penser, il les augmentera, mais ce n’est pas la même chose

    je suis étonnée par ailleurs que tu envisages le code comme une sorte de remédiation pour “les élèves en difficulté”, comme s’il fallait remplacer leurs déficits “scripturaux et intellectuels” par une compétence techno-graphique : il y aurait alors, encore et toujours, les détenteurs du logos qui lisent proust et les exclus de la littéracie qui s’en sortent par le code ?

    et enfin tu soulignes que le code est un langage universel : c’est bien le problème, car les langues sont tout sauf universelles, elles sont profondément et magnifiquement situées, comme le montre jour après jours claire et ses langues de feu par exemple, et les traducteurs que nous fréquentons sur twitter – j’ai peur que tu succombes à l’illusion universaliste par excellence, celle contre laquelle tous les chercheurs qui travaillent sur les énoncés empiriques luttent – c’est un peu déprimant, je te l’avoue ;=)))

    tu fais référence à mon billet mais je n’y dis pas du tout cela, je parle des pratiques numériques scientifiques, de l’usage du web pour faire société – je n’ai pas de positions très arrêtées sur le codage : je pense qu’il faut s’en saisir si l’on en a besoin, mais non pas l’imposer comme besoin – c’est comme l’utilisation des logiciels et de tous les outils du web : formons-nous à mesure que nos pratiques nous y amènent voire même contraignent – et raisonnons de la même manière avec les élèves : apprenons-leur à coder, d’accord, je n’ai rien contre, mais pas en leur faisant croire qu’il maîtriseront alors le logos, la pensée, et la lecture de proust

    le code est un outil, surtout un outil, aussi merveilleux que le pinceau de poliakoff, mais poliakoff n’a jamais affirmé que son pinceau contenait sa capacité de peindre

    • Delphine Regnard le 06/07/2012 à 13:46

      Merci Marie-Anne pour ce très long et fort utile commentaire. Je pense que je publierai sous peu un billet en forme de réponse. Je vois dans ton commentaire à mon billet l’exacte légitimité d’avoir ouvert un blog sur une plate forme qui se nomme hypothèses (c’est une personne qui m’est proche qui a souligné fort justement cela) : ce carnet est pour moi un carnet de travail où j’apprends un certain nombre de choses, notamment scientifiques par les commentaires, et notamment les tiens ; un carnet où je me trompe ou m’exprime encore trop maladroitement. Je ne suis pas linguiste et j’ai employé les mots à tort et à travers. Cependant, je crois dur comme fer à l’idée qu’il faut donner à tous les moyens d’évoluer dans ce monde numérique. Je crois que j’en suis la meilleure preuve, moi qui n’ai pas de formation informatico-numérique, qui me forme sur le tas, et qui donc vais à tâtons, me cognant et trébuchant…

      • Delphine Regnard le 06/07/2012 à 18:56

        Finalement, je dis tout de suite que j’ai dû être bien maladroite pour laisser croire un seul instant que j’envisageais de faire lire Proust par le code !
        Je rassure tout le monde, nous lisons Racine, Virgile, Platon dans le texte.
        De la même façon, il s’agissait d’essayer d’expliquer l’importance du saut de ligne, de l’alinéa, des titres soulignés, des phrases de transition, choses qui paraissent trop souvent inutiles et qui ne sont pas pratiquées, ou alors à quel prix (mais je ne me fonde que sur les élèves que j’ai pu avoir et lire), dans les copies.
        Je n’envisage pas non plus de “remplacer leurs déficits “scripturaux et intellectuels” par une compétence techno-graphique”, justement non. Je cherche des idées pour leur apprendre ce passage du concret à l’abstrait, le but, l’horizon étant l’abstraction, évidemment.
        Mais il faudra que je lève ces malentendus par un texte bien meilleur, donc.

Laisser un commentaire

Blogs pour élèves

Chercher

Sites Pédagogiques

CGU

Contrat Creative Commons

Pour me suivre sur Twitter : @drmlj


Carnets de recherche