Je suis prof et je ne veux pas pourrir

Je reviens à mon tour sur l’article d’un professeur de lettres qui a fait le buzz cette semaine : « Comment j’ai pourri le web », pour lequel on trouve sur ce topic de Marie-Anne Paveau un certain nombre, déjà, de réponses. J’avais pensé écrire ma réaction sur mon blog drmlj mais j’ai trouvé plus intéressant de faire cela ici, comme pour donner une dimension vraiment professionnelle à ma tentative de réponse.

Plutôt que de revenir sur la démarche exposée dans l’article, à la moralité fort contestable, sur laquelle beaucoup de choses ont été dites, je préfère relever ces deux phrases qui interrogent notre ethos professoral : « Leur servitude (celle des élèves) à l’égard d’internet va même à l’encontre de l’autonomie de pensée et de la culture personnelle que l’école est supposée leur donner. (…) J’ai ensuite voulu faire la démonstration que tout contenu publié sur le web n’est pas nécessairement un contenu validé, ou qu’il peut être validé pour des raisons qui relèvent de l’imposture intellectuelle. » Au fil de l’article, on a, en effet, l’impression que le professeur de lettres oppose de façon définitive ce qui relève de l’imprimé et ce qui relève de la publication numérique.

Digitale

ces fleurs sont des digitales, bien sûr


On aurait aimé que « l’expérience pédagogique » (sic !) mêle les deux types de publications : je ne rappellerai pas ici les critiques affreuses que l’on faisait à Lagarde et Michard quand on avait le malheur, pauvres élèves dont je faisais partie à l’époque pré-internétique, de relever des phrases de commentaire. Interdit donc de lire Lagarde et Michard car, me disait-on, c’était le mal. Ce qui était permis, c’était de faire une confiance aveugle à notre professeur. Pourquoi ? Parce qu’il était notre professeur. Point. C’est-à-dire qu’il nous dispensait un commentaire long et détaillé de sa propre lecture du texte, qui devait être certainement la bonne puisque ceux qui l’apprenaient par coeur avaient de fort bonnes notes à l’oral du bac (ce professeur jouissait donc d’une excellente réputation de professeur).

Je ne me reconnais pas dans cette figure de professeur. Chaque fois que je vois mes élèves s’emparer de mes phrases, les écrire au mot près, je me rends compte que je ne fais pas mon travail de professeur de lettres. La grande difficulté consiste à les éduquer à lire les textes, à leur apporter un éclairage qui leur permette de voir l’oeuvre, mais avec leurs yeux, et non avec mes lunettes. Appliquer mes verres à leurs yeux, c’est les rendre myopes ou aveugles. Je me souviens de ce même professeur qui nourrissait un profond mépris pour Victor Hugo et qui avait réussi à nous l’insuffler. Aimer Hugo, c’était avoir mauvais goût. Avoir mauvais goût, c’était être un vrai crétin. J’ai mis du temps à me départir de mon admiration pour ce professeur et de mon mépris pour Hugo. J’ai réussi à le faire parce qu’un autre professeur, qui avait pour sa part nettement moins bonne réputation auprès de nos parents, nous disait : « N’écoutez pas ce que l’on vous dit ! Lisez Shakespeare, n’attendez pas que l’on vous y autorise ! » C’est ainsi que j’ai découvert Shakespeare mais surtout Kafka à un moment où on me jugeait davantage capable de lire des petites comédies. Ainsi, lorsque ce professeur affirme dans une généralisation abusive que les jeunes de 15-19 ans n’ont pas la maturité pour lire sur le net, je bondis ! Ils peuvent voter mais pas discriminer un « bon » commentaire d’un « mauvais » (en tout cas, ils sont tout à fait en mesure d’être éduqués pour savoir le faire, et ils n’attendent d’ailleurs que ça)! Il aurait été très intéressant (et je songe à le faire) d’examiner avec eux les différentes ressources sur internet pour voir ce que l’on pourrait en prendre et ce que l’on gagnerait à rejeter. Surtout, donner un texte hors de tout contexte, de toute problématisation, dès le début de l’année, c’était nécessairement produire cette pratique de copier-coller.  Il faudrait faire l’expérience de donner à commenter Baby-foot de T. Crouzet (édition publie.net) par exemple : un texte qui parle forcément, qui peut se passer de cette contextualisation, qui « interpelle » et peut faire espérer que l’élève lecteur verra un intérêt à sa lecture, autre que la menace d’une mauvaise note dès le début d’année. Qui d’entre nous n’a pas pesté à voir tel auteur inscrit au programme de tel examen, tel concours, tel programme ? Qui ? Donc tout n’est pas a priori intéressant, mais tout le devient si l’on nous y accompagne.  Sans chercher à justifier le plagiat, il me semble que très peu de personnes peuvent dire qu’elles ne consultent pas de biblio. quand elles commencent à étudier un auteur. Donc il ne faut pas faire confondre aux élèves le plagiat et la prise de notes, comme le laisse croire ce rejet en bloc du web.  Quel cours dans le supérieur ne commence pas par une biblio ? Qui n’est pas allé à un cours uniquement pour avoir la biblio du prof et en omettant d’assister à ses cours ? Affirmer cette incompétence numérique, c’est s’assurer de plonger ses élèves dans un obscurantisme confortable, s’installer dans la certitude que l’on n’aura jamais de contradiction, ou si faible qu’elle pourra aisément être balayée.

Mais revenons à ce qui justifie la présence de ce billet ici, dans ce carnet qui cherche à examiner ce que le numérique apporte de profitable à mes élèves. Il me semble éminemment urgent pour le professeur de lettres de prendre le numérique comme objet d’étude, et non comme entrave à la diffusion du Livre et de sa parole pensée comme parole révélée. De prendre le numérique pour ce qu’il est : espace de publication radicalement créatrice, porteuse de risques pour l’auteur mais aussi pour le lecteur (risquer, essayer, oser émettre sa propre opinion sur ce que l’on a sous les yeux), réfléchir aux phénomènes d’influence (ce n’est plus seulement le professeur de lettres, le professeur documentaliste ou le bibliothécaire qui conseillent, mais le poids du code et du chiffre, ou du non chiffre aussi d’ailleurs), réfléchir à la position que l’on prend dans ce monde en mouvement (suivre, relayer, « aimer », retweeter, négliger, vitupérer, recopier, hacker…), mouvement angoissant de vertige mais garantissant de notre pire Ennemi : l’Ennui. Rappelez-vous comme elle est belle la charogne de Baudelaire. 

 

Màj à 19h17 :

lu cet article sur le blog aux bords des mondes : ici 🙂


8 réflexions au sujet de « Je suis prof et je ne veux pas pourrir »

  1. Par ce billet au charabia pédagogisant, vous êtes en train de justifier votre salaire de technocrate de l’Académie de Versailles, au service de la mission TICE, rien de plus.

    1. mmm…voilà qui est sot et faux, et n’est pas très constructif ! l’insulte anonyme est si facile… (et je confirme, je suis fonctionnaire ! #Haaaaaannn !)

      1. Je rejoindrai l’auteur de cet excellent billet pour trouver ce commentaire, de plus anonyme, peu constructif. Personnellement, j’aurais apprécié bénéficier de l’enseignement de ce professeur de Lettres qui privilégie la transmission du goût de la littérature. Oui, dans l’échange bienveillant, il y a transmission. Ce n’est pas le cas, lorsque le professeur se contente de gaver les oies de son savoir.

  2. Merci de votre texte qui rejoint tout à fait mon analyse. Au delà de ce texte beaucoup trop relayé (retwitté…) il y a les questions importantes dont la première est : quel respect et quelle confiance avons nous envers les jeunes dont nous avons la responsabilité de l’accompagnement… avec d’autres..

    Bruno Devauchelle

  3. A mon humble avis, votre article, aussi intéressant soit-il, manque de nuances. L’enseignant mis en cause n’a pas simplement dit que ses élèves manquaient de maturité et d’expérience pour chercher sur le net, il a aussi parlé d’un certain manque de confiance et de la peur de ne pouvoir penser par soi-même. Et peut-être était-ce justement sur ce point-là qu’il aurait fallut l’attaquer. Après tout, cette peur, cette appréhension de l’élève face au savoir est la condition première de l’enseignement, je veux dire la condition préalable au fait « d’être enseigné » (vous qui êtres professeur de lettres classiques, n’est-ce pas une définition possible de l’aidôs grec ? Alain Finkielkraut, dont je ne partage pas toutes les analyses par ailleurs, y fait souvent référence en parlant d’éducation). C’est justement le rôle de l’enseignant de dissiper cette appréhension, en affinant le sens critique des élèves et en leur apprenant à faire confiance à leur propre jugement. J’ai l’impression que l’idée sous-tend en filigrane tout votre article (quand vous parlez de ce professeur qui vous encourageait à lire Shakespeare par exemple), et cependant le mot de « confiance » n’y apparaît pas. Dans le cas présent, c’est pourtant un angle d’attaque et je suis étonné que personne n’ait encore répondu à l’intéressé sur ce point.

    1. Vous avez vraiment raison et vous remercie pour votre commentaire. Effectivement, l’intention de donner confiance est excellente et doit nous guider, mais le procédé employé, s’il doit démontrer qu’utiliser le numérique n’éduque pas l’esprit, me choque par son caractère définitif.

  4. Ton billet est salutaire dans le maelström qui a accompagné la diffusion de ce compte rendu d’expérience. Il est d’ailleurs à noter que l’auteur se met volontairement en scène dans ses écrits et dans ses interventions télévisées (d’ailleurs devant un écran et non pas devant des livres de papier) pour justement susciter les remarques. Je te rejoins surtout dans la nécessité de réfléchir à l’usage du numérique pour nos élèves et à l’aide que cela peut leur apporter pour la réussite de leurs études. Cela nous oblige à expliquer notre métier, et non pas à trimbaler avec nous nos présupposés ou notre habitus d’enseignant pensant appartenir à l’élite forgée dans la fréquentation des livres en papier. Le Web échappe aux profs et c’est tant mieux, mais on peut aider les élèves à s’y repérer, tout comme nous. Il est d’ailleurs remarquable que ce professeur pour se réapproprier le Web ait dû inventer de fausses citations et de fausses références, ajoutant ainsi aux nombreuses pages volontairement fausses que l’on peut trouver sur la toile. Cela suffit à discréditer sa démarche du point de vue éthique( j’ose les grands mots). Ce qu’il est d’intéressant dans ton billet, c’est que tu ne te places pas dans la réfutation point par point de l’expérience, mais que tu y places de l’hauteur de vue. Alors on attend en effet les prochains billets rendant compte de ton travail d’enseignante qui utilise le numérique avec empathie, réflexion et compétence.Pour aller au delà de cette actualité.Ce que j’aime bien aussi ici c’est qu’il est comme un air de lutte des classes dans ce que tu écris (sans doute est-ce que je surinterprète) mais cela me convient : ni les livres, ni le web, ni le savoir ne doivent rester aux mains de celles et ceux qui estiment en être les possesseurs légitimes, et j’ai l’impression que la Toile dans ce domaine fournit beaucoup plus de libertés.Cela me fait penser à cette phrase de Gide  » à présent, jette mon livre.Emancipe-t’en »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *