Configurations pédagogiques

(Ergonomies du numérique…suite)

 

 

rencontre insolite et surréaliste

 

 

Trois collègues (d’Histoire-Géo) ont eu la gentillesse de partager des photos de leur salle de classe. Voici leurs commentaires : 

 

 

 

 
Salle de classe de Yannick Marvin
Une disposition peu habituelle pour une salle d histoire-géo que 
j'ai la chance d'occuper seul! 
Elle est composée de 7 ilots de 2 tables installées perpendiculairement.
 La salle est equipée depuis peu d'un videoprojecteur fixé au plafond.
 Cette disposition est très efficace pour des travaux de groupe par 2 ou
 par ilots (qui servent pour un travail plus collaboratif). 
Elle permet aussi une circulation plus agréable et moins linéaire en 
classe. 
Apres 1 mois pour s'y habituer, les élèves ont compris l'intérêt de la 
disposition. Celle-ci n'est pas exempte de défauts ! Dans certains cas,
 elle peut favoriser ou attiser des bavardages ; l'entretien quotidien 
de la salle n'en est pas facilité!



Salle de classe de Jérôme Dorilleau

Le TBI est le premier du collège et a été installé il y a 4 ans. Je l’ai récupéré cette année après le départ du collègue. Il est excentré vers la gauche (un peu trop : les élèves à droite devant voient un peu mal).

J’ai un PC fixe relié au réseau et bientôt un moniteur pour choisir d’éteindre parfois le vidéoprojecteur pour travailler sur le PC sans que les élèves voient.

Je projette mes cours intégralement depuis 3 ans maintenant. L’apport du tableau interactif est positif pour : enregistrer la trace écrite, déplacer des objets sur l’écran, jouer à des jeux de localisation.

Négatif : les logiciels d’utilisation (tout du moins celui que j’utilise) sont peu pratiques : ils convertissent mes diaporamas de manière lamentable, donc je ne les utilise pas. 

En résumé : l’offre logiciel et de supports pédagogiques adaptés aux TBI me semblent encore trop faible : il faut tout faire soi-même ou presque…
C’est la présence d’un vidéo-pro depuis 3 ans qui m’a fait changer les choses. Le TNI n’a pas bouleversé cela considérablement. Personnellement, j’ai du mal à lâcher la souris  et le clavier pour le stylet (pas assez précis).


Salle de classe de Géraldine Duboz


 
 
 
 
 
L’installation :

on a pu conserver un bout du tableau noir (enfin vert), bien pratique.

L’ordinateur est à côté / sur mon bureau, face aux élèves, donc bien pratique quand il faut taper au clavier, manipuler Google Earth (pas pratique du tout au stylet).

Seul souci, quand les élèves bossent en groupe, certains tournent le dos.

 Usages du TBI :


–        Intérêt accentué pour les élèves : un écran (habitude), projection en grand et de qualité des images (cartes, photos, tableaux….)


–        Usage irremplaçable grâce au logiciel du TBI:


  • réalisation de croquis de paysage (6e) avec calques par-dessus photo. Elève qui tente, les autres très attentifs qui réagissent.
  • Réalisation de croquis cartographiques
  • Réalisation de cartes mentales
  • Réalisation de schémas, ou schéma déjà réalisés à compléter (utilisation du glisser-déposer)

ð  Possibilité de se tromper, recommencer. Enregistrement de la trace.


–        Usages intéressants :


  • Travail sur des textes : surlignage avec des couleurs
  • Travail en direct sur des sites, dans Google Earth (mais le stylo du TBI ne remplace pas la souris pour GEarth)


Cependant :


–        Un seul élève vraiment actif : même si beaucoup suivent et interagissent, une partie voit son attention fluctuer, de la même façon qu’avec un manuel papier.


–        La multiplication des TBI au collège le rend « normal ». Un outil comme les autres.


–      Constat : beaucoup de collègues n’utilisent pas vraiment toutes les possibilités du logiciel. Dans ce cas, pas besoin de TBI, seul le vidéoprojecteur est utilisé.


–        J’utilise mon propre netbook pour faire prendre la trace écrite à un élève (ex : carte mentale)


Mise à jour  à 20h30

@Ticeman01, professeur d’Historie Géo, me fait savoir sur Twitter ce qu’il pense du TBI : son article est fort intéressant, ainsi que les nombreux commentaires, nourris qui plus est.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *