CRL1: Lire dans un monde numérique / chapitre 1 et billet 1

Expérience de lecture évolutive : ce billet se transformera ces prochains jours, quand il sera amendé au fil de ma lecture. Le fait que le billet soit publié avant d’être fini me semble particulièrement stimulant (pour l’auteur en tout cas, le lecteur peut réagir pour critiquer mes interprétations de lecture-je reformule et interprète, nécessairement, ne pouvant pas citer ni plagier : la forme et le droit m’obligent à une lecture différente et bien plus riche intellectuellement), à voir…

 

 

Compte-Rendu de Lecture n°1 : 

Lire dans un monde numérique,

sous la direction de Claire Bélisle, Avril 2011, Enssib

 Il est assez plaisant de lire ce livre sur  papier…

Chapitre 1 : « Quelques questions clé que pose la lecture sur écran », Christian Vandendorpe.

    Cette expérience de compte-rendu met en application, ou plutôt tend à rendre visible, ce que l’auteur du chapitre appelle la « lecture ergative« . Lire sur le web n’est pas comme lire un roman, qui vise à faire lire à son lecteur un texte papier du début à la fin, où la construction du texte est faite de façon à emmener son lecteur du premier au dernier mot, sans distraction. La lecture ergative, elle, est interrompue par les hypertextes, les découvertes faites au cours de la lecture, qui se nourrit de ses interruptions, et permet au lecteur de se faire dans le même mouvement écrivant. Ainsi, écrit Ch. Vandendorpe, cette lecture se rapproche de celle décrite par Montaigne, « à pièces décousues » (Essais, III, 3). [Se trouve résolu, peut-être, le problème de droit de reproduction d’extraits de ce livre, droit que je n’ai pas. Comment rendre compte de ce livre sans piller des phrases entières, plus exactes que le seraient mes reformulations ? En me mettant en scène, moi lectrice de ce livre. Et bien sûr, c’est le professeur de lettres qui réfléchit en même temps aux démarches et compétences mises en branle dans cette expérience : comment faire lire mes élèves et les faire rendre compte de leur lecture, je pense par exemple au tome III des Mémoires de de Gaulle qu’il va falloir leur faire lire : sous la férule ? elle n’y suffirait pas ? de cette façon, interrompue et collaborative ? plus certainement…] 

    Le chapitre balaie « les ravages présumés de l’écran » en rappelant le débat lancé par l’article « Is Google making us stupid? » (2008) de Nicholas Carr. La lecture « en profondeur » que regrette l’auteur de l’article n’est possible que pour un texte romanesque et est née, justement, de l’invention du codex et de l’introduction d’un espace entre les mots. Cette lecture en profondeur est considérée comme une lecture savante, par conséquent, une lecture qui papillonne serait-elle à tout coup une lecture débilitante, superficielle ? Eh non…

    Et vous, lecteur, qu’êtes-vous en train de faire en « lisant » cet article ? Le lisez-vous vraiment du tout début jusqu’à sa toute fin ? Je parie que non, votre oeil cherche d’abord à évaluer l’intérêt de s’arrêter ici un peu longuement, comme l’on fait d’un livre papier que l’on hésite à acheter et emprunter. La même approche de lecture donc : soupeser et évaluer si le rapport temps/ apport est valable.  Et je peux même vous aider à parcourir le ventre de mon article en ajoutant du gras. Mais je suis d’avis que ce « gras », s’il permet de choisir et décider de lire, gêne ensuite la lecture, en appuyant là où l’auteur le souhaite, contrairement peut-être à vos attentes et stimulations dans cet article. 

Je me rends compte, également, que pour une page lue, j’en serais facilement à plusieurs paragraphes. Lecture ergative, écriture infinie ? 

Ai annoncé sur Twitter mon expérience, réactions :

 

Voilà peut-être trois heures que j’ai commencé la publication de ce billet. Qu’ai-je fait en même temps ? J’ai écrit plusieurs mails, regardé d’un oeil (ou plutôt d’une oreille) le match de rugby (Australie/ Nouvelle-Zélande), corrigé une sitographie en ligne et fait des ajouts, inclus des liens dans cet article et donc les ai lus (parcourus), répondu à des tweets, me suis rendu compte qu’un seul billet pour un livre entier serait trop gros. Comme si le temps passé (3h) avait gonflé l’espace de ce billet. 

La phrase que j’ai envie de retenir : « Le contemporain a ainsi un accès permanent à une multitude de fragments narratifs qui lui suffisent le plus souvent à inscrire sa vie dans la durée et à en sublimer la banalité. »

Bibliographie :

  • Synthèse de l’enquête sur la lecture et les loisirs multimédia des collégien(ne)s et lycéen(ne)s. Enquête « Centre national du livre / Direction du livre et de la lecture » réalisée par Ithaque. Juin 2007.

  • Scan this book ! de Kévin Kelly, NYT, avril 2006

  • Internet rend-il bête ? Débat audio sur Télérama.fr, 23 juillet 2009 
  • >> sans l’avoir envisagé, je me retrouve à appliquer ce que Ch. Vandendorpe explique dans ce chapitre 1, l’écran permet un enrichissement sous plusieurs formats. L’écueil à éviter, et surtout auquel l’enseignant se doit de réfléchir, est la surcharge cognitive. On pourrait imaginer des exercices qui prennent appui sur cette surcharge (calculée et mesurée) pour faire acquérir des compétences (par exemple, la mémorisation non pas par coeur mais par reformulation personnelle). 

Ma propre bibliographie :


Une réflexion sur « CRL1: Lire dans un monde numérique / chapitre 1 et billet 1 »

  1. En même temps que je lisais ce premier billet, je me disais que j’avais hâte de lire le second.
    Et puis je finissais mon thé à la fleur d’oranger, en même temps que j’écoute les commentaires plus ou moins fins de la finale de la coupe du monde de rugby. Des fois, je jette un petit coup d’oeil en direction de la télé.
    Sur ce, je file au second billet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *