Comment faire lire du latin ?

Le danger des classes à examen est, à mon sens et pour ce qui me concerne, de tomber dans le bachotage et d’oublier qu’il y a une vie après. Une vie où les élèves n’étudieront peut-être plus cette langue au cours de leurs études. Alors, réduire cette année à l’accumulation de textes et de connaissances sur ces extraits en laissant, faute de temps, tous les autres me semble très frustrant et très gênant.

Les élèves ont au programme Les Bucoliques de Virgile dont ils doivent avoir traduit des extraits et lu l’ensemble, en français. Devant un tel texte, je me disais qu’il pouvait être fort intéressant de le leur faire lire en latin. De baigner dans le texte virgilien et s’y trouver bien. A un moment où les élèves vivent peut-être leurs dernières heures de latinistes, les initier au chant du « cygne de Mantoue », « chant de l’âme qui remonte en mourant dans la joie de la pureté céleste » (Alain Michel, La parole et la beauté, Albin Michel, 1994, p. 84), rien de moins. 

Comment faire ?  La première démarche fut de trouver des ressources accessibles sur le net (voir un précédent billet), par exemple une édition annotée consultable dans Google Books, mais elle est assez peu maniable et ne correspond pas exactement à mon objectif de les faire lire dans le texte de façon autonome. C’est grâce à la magique Sérendipité (il faudrait quelque jour dresser un panthéon numérique) que j’ai découvert ce carnet d’Hypothèses « La question du latin » du sociologue Philippe Cibois qui propose l’indentation de la première églogue de Virgile. Les vers sont reproduits de telle façon qu’il faut lire de gauche à droite et de haut en bas ou de bas en haut simultanément. J’ai proposé à mes élèves d’essayer de lire les premiers vers ainsi mis en page mais ils ne comprenaient pas la démarche. Voici qu’un bouton de mon TNI me servit alors que je n’en voyais pas jusque-là la grande utilité, celui du cache, sorte de rideau que l’on tire de gauche à droite, ou de haut en bas etc (voir l’image).

Bien sûr, la manipulation aurait été possible au retro-projecteur ou même à la main avec une feuille blanche sur une feuille blanche.

Sauf que :

– il m’aurait fallu prévoir le temps de déplacer le rétro-projecteur jusqu’à ma salle, et tout professeur sait quelle gestion c’est de courir après le matériel avec ses élèves dans le couloir ou dans la classe ;

– pour l’utiliser au rétro-projecteur, il aurait fallu d’abord l’imprimer et commencer à contrevenir aux droits-d’auteur ;

– ouvrir la page du blog de P. Cibois, et donc le montrer aux élèves et l’évoquer un court instant, ouvrir le logiciel du TNI et cliquer sur le bouton pour ensuite dérouler le texte, ceci ne prit que quelques instants, instants où il y eut une mise en appétit, un effet d’attente (toujours songer à la dimension théâtrale du cours) et enfin une découverte. 

Mais :

– les élèves ont eu malgré tout du mal et ont eu d’abord besoin de recourir à la bonne vieille méthode de recherche du verbe, du sujet, etc. 

– ce fut seulement ensuite qu’ils revinrent à l’indentation proposée. 

Ainsi, mon objectif est de leur faire indenter un passage sur traitement de texte en leur demandant non de traduire mot à mot mais d’abord de justifier leur choix et de le proposer aux autres.

A suivre…


Une réflexion au sujet de « Comment faire lire du latin ? »

  1. Je suis heureux de voir progresser l’idée du latin, non seulement étudié mais parlé comme langue de communication européenne. c’est ce principe qui m’a fait fonder en 1995 en Belgique: SCHOLA NOVA. Les élèves y parlent latin dès le degré primaire. Cela leur paraît très normal. De plus, le fait de pouvoir accéder à 85% de la littérature des bibliothèques d’Occident est une garantie contre la pensée unique et les dérives brutales des slogans actuels. Quel plaisir de pouvoir retrouver une littérature vivante, joyeuse, scientifique, poétique etc. dégagée des préjugés inculqués jadis en grande partie pour empêcher l’accès à notre héritage païen. On était presque parvenu à nous faire croire que les Anciens avaient parlé de manière ennuyeuse pour ne rien dire. On n’a pas totalement réussi ce lavage de cerveau, tant mieux!
    Valete omnes quam optime!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *