JiTP : de l’interactivité technico-pédagogique sous forme de journal collaboratif

A l’instar de Xavier de LaPorte (dans son excellente émission Place de la Toile et sur son non moins excellent site InternetActu), j’entame une série « Découvertes-Lecture de la semaine, ou du jour », c’est selon, nous verrons où nous irons. 

Grâce à un tweet de @DHNow publié ce jour

j’ai découvert le site JiTP the Journal of interactive technology & Pedagogy, promoting open scholarly discourse around critical and creative uses of technology in teaching, learning and research (ici) :

JiTP

 Site qui présente par sa forme (journal collaboratif, chacun est appelé à proposer ses expériences pédago-techniques) et son fond (description des projets eux-mêmes) un double intérêt.

Je ne suis pas bilingue, loin s’en faut, si bien que j’ai d’abord été sensible aux images et à la typographie, qui m’ont tout de suite plu. Les images d’abord :

– le crâne « logo » qui n’est pas sans rappeler l’étude d’un crâne humain de Leonard de Vinci. Le lien entre l’auteur du tweet DHNow et le site est immédiatement évident : des humanités multiples mais qui constituent (ou tendent à le faire) un même crâne, c’est-à-dire l’intellectuel, le  culturel et le sensible tout ensemble (en finir avec cette dichotomie manuel/intellectuel !).

Leonard de Vinci, étude d’un crâne humain, Wikimedia commons

– les captures d’écran d’objets : tablette, smartphones, de sites et d’application de géolocalisation (qui me font penser aux travaux de Cécile Portier dans son projet « Traques traces, tous taggés, tous localisés » – ici). Le lien entre culture et technologie dans un cadre pédagogique m’intéresse de suite puisque c’est sur quoi je tâche de travailler. L’article, assez long, fournit une description détaillée du projet et une réflexion sur lui, notamment sur la plus-value pour les étudiants :  la motivation et le plaisir semblent donc moteurs des apprentissages qui se sont appuyés sur une co-construction d’objets culturels nouveaux, qui mêlent technologie avancée et littérature, ceci dans un cadre local. On peut ainsi tirer l’exemple jusqu’à nous et reconnaitre nos problématiques dans le 2nd degré en France : histoire des arts par la dimension locale et culturelle du projet, humanités numériques dans ce travail technico-littéraire, qu’on peut dès lors désigner de numérique.

– les images qui montrent les élèves/étudiants au travail, et les graphiques qui témoignent de leur implication dans le projet. Le projet a donc associé à la fois différents champs (littérature et conception technologique d’une application pour iPhone/iPad) et différents acteurs : professeurs et étudiants. 

Le projet en question a eu lieu dans l’université de l’IOWA dont on remarque rapidement la mention UNESCO. Une rapide recherche me fait découvrir sur le site de l’UNESCO le « réseau des villes créatives » (ici et pour la liste des villes créatives reconnues) où l’on voit que cette ville est un véritable terreau d’auteurs : 

« Depuis 1955, les diplômés et le corps enseignant de l’université de l’Iowa ont gagné plus de 25 prix Pulitzer de la littérature. La ville d’Iowa a accueilli nombre d’auteurs célébres, dont Flannery O’Connor, Wallace Stegner et Kurt Vonnegut Jr. Le mondialement connu Iowa Writer’s Workshop fut le premier programme de Master des Beaux Arts en écriture créative. De nos jours, la culture littéraire de la ville continue de prospérer : les bibliothèques municipales ont plus de membres que la ville ne compte d’habitants. »

 Les objets utilisés n’ont donc pas été pur amusement et déviation de l’attention pour que les étudiants ne se rendent pas compte de l’effort à produire. Non, les objets ont eu une dimension culturelle et ont permis une étude et une écriture impossibles sans eux. Et c’est bien à cela qu’il faut tendre dans le déploiement des usages des TICE, et du numérique. Fonder la nécessité de l’objet dans sa dimension irremplaçable. Il s’est en effet agi de développer des outils pour produire des textes d’un nouveau genre, numériques. 

L’article du JiTP est intéressant dans la démarche et le point de vue, celui des Digital humanities, qu’il adopte :

– part d’investissement des étudiants dans le projet

– collaboration

– regroupement de champs et compétences différents.

Tout l’article est particulièrement intéressant, donc, car il présente une argumentation informée dont nous avons nous aussi besoin ici pour (continuer à) faire prendre conscience de l’intérêt de ce genre de pédagogie « interactive » et « participatoire ». 

« The “City of Lit” system framework consists of a web-based content editing interface, a development database containing in-progress content, a collection of websites that host full-length original content for a selection of authors, and a production database of public content which serves the mobile app. Authorized scholars and researchers can contribute to the collection from remote locations, using the web interface (figure 2) to enter data into the development database. Within the interface, students can view each other’s work-in-progress alongside the content of contributing scholars. Students and scholars, then, operate on equal and open terms within the project. Once material is approved by the editorial staff, data is reviewed and copied to the production database. »

Recently, scholars have begun to explore specific ways that mobile technology can serve as a platform for this participatory, problem-based pedagogy. David J. Radosevich and Patricia Kahn have showed the impact of using tablet technology and recording software to increase student engagement in their learning process.

 

Enfin, la somme de liens me renvoie encore et encore vers de nouvelles découvertes, de nouveaux documents. Work-in-progress à partir d’un premier work-in-progress. Du tweet jusqu’aux articles, c’est toute la beauté du Web qui se déploie dans ses dimensions culturelle (littérature et « humanités numériques ») et citoyenne (partage et liberté). Comme le web et la littérature numérique, ce travail de découverte n’est ni linéaire ni fini. C’est là ce qui fonde sa beauté. 

Lettres classiques et TIC: rime riche ?

Herculanum

Contrairement à une idée reçue assez tenace, une partie non négligeable de professeurs de Lettres classiques du second degré sont investis dans les TICE à l’école, c’est-à-dire qu’ils ont une utilisation personnelle et/ou professionnelle des TICE3 :

– pour construire leurs cours : recherches sur internet, documents multimédia (PréAO, Traitement de texte surtout) ;

– pour faire travailler leurs élèves : exerciseurs en ligne notamment.

D’autre part, on peut dresser une liste de liens, que ce soit des outils qui ont fait date (liste non exhaustive, uniquement fondée sur mes pratiques de professeur de collège puis de lycée, depuis maintenant plus de dix ans)1 ou des sites entiers :

Collatinus : merveilleux outil d’Yves Ouvrard qui permet par un simple copier-coller de dresser la liste du vocabulaire d’un texte latin (ici). Ce logiciel fut d’abord un logiciel à télécharger avant une version en ligne fort pratique, surtout quand on peut utiliser en même temps la version numérisée du Gaffiot sur Lexilogos, ou bien le pdf du Goelzer, ou le Gaffiot avec OCR (ici), ou bien encore le Bailly (liens sur Lexilogos). On évoque souvent l’intérêt des manuels numériques pour alléger les cartables, voilà une vraie avancée en termes de poids et d’ubiquité ici aussi (tous ceux qui ont planché sur une version latine dans un amphi de la Sorbonne aux tablettes n’excédant pas 50 cm me comprendront).

Carnet d’adresses

– D’Yves Ouvrard encore, une sitographie importante dans l’académie de Poitiers : ici. Jacques Julien, quant à lui, avait créé le Carnet d’adresses en langues anciennes sur le site de la Page des Lettres de L’Académie de Versailles (image ci-contre) qui l’a conservé non seulement pour son utilité mais aussi dans une démarche patrimoniale (ici). 

Musagora et Latine Loquere de Robert Delord, deux sites qu’on ne présente plus tant les richesses des ressources sont importantes. De même le site Hélios auquel a participé Dominique Augé : ici.

– Nous signalons l’excellent carnet « La question du latin » qui propose une table des matières du site et de l’enseignement de cette langue en France, à laquelle nous renvoyons car nous ne saurions faire mieux : ici.

– Marie-Anne Bernolle, Professeure de Lettres classiques en classe Préparatoire à Enghien, tient un blog pour ses élèves sur lequel elle explique comment elle utilise les Tice pour et avec ses élèves (ici). 

– Nombreux blogs de professeurs pour leurs élèves (je reviendrai sur ce sujet dans un autre billet).

J’arrête là cette liste qui, plus qu’exhaustive, se voulait éloquente (je n’ai pas évoqué les sites tels que Perseus ou Itinera Electronica, ce sera pour un autre billet)4. J’aime à raconter l’anecdote suivante de tel chef d’établissement qui, présentant les options de son établissement aux parents d’élèves, dit la phrase qui résonne encore à mes oreilles : « Et même en cours de Grec, les élèves vont en salle informatique ». Pourquoi « même en cours de grec » ? Il ne faudrait pas confondre l’objet d’étude avec les moyens de son étude. Comme dit  B. Devauchelle : « La temporalité des savoirs est celle des changements culturels et pas des changements techniques. »2

Fontaine Castalie à Delphes (photo personnelle)

L’utilisation des Tice dans ma pratique a consisté globalement :

– à sé-duire les élèves (se ducere, il faudrait utiliser le verbe métaphorique de la marine, « draguer ») : un diaporama pour présenter aux élèves de 6ème et de 4ème les options latin et grec m’ont valu l’année suivante un quart des effectifs du collège inscrits dans ces options. 

– à maintenir leur attention et motivation (telle la professeure du billet « Que forme le formateur ? »)

– seulement ensuite, avec le développement et le déploiement de salles multimédias, à faire travailler les élèves en autonomie. Mais je modère tout de suite cette expression, car j’ai longtemps cru faire travailler mes élèves en « autonomie » quand je ne les faisais travailler que seuls grâce à un parcours ultra balisé qui leur laissait rien moins que liberté de choix et de décision.

– Enfin, c’est vraiment les réseaux sociaux qui ont changé ces pratiques : voilà le coeur de l’argumentation. Il faudra démontrer, en tirant grand profit du livre cité de B. Devauchelle notamment, dans quelle mesure les lieux scolaires de savoirs (scolaires ?) sont modifiés et modifient les « usagers », prof et élèves, et leurs usages, donc leurs postures : toutes problématiques éminemment littéraires (étant entendu qu’en Lettres, comme ailleurs, on éduque un futur citoyen). 

1. Une fois encore je me prends comme objet d’étude, mais il se trouve que, par chance, j’ai commencé à exercer en 1997, mes pratiques ont donc suivi l’évolution d’internet et du web, et notamment son entrée progressive dans le champ scolaire. Je me souviens du premier stage que j’ai fait (Langues anciennes et TICE), animé par Jacques Julien et Chantal Bertagna, qui m’ont appris à rechercher une image dans Google, l’insérer dans une page de traitement de texte, à insérer des flèches, à utiliser dreamweaver…Il s’agissait alors surtout d’utiliser internet pour construire des ressources. Le deuxième stage un an plus tard proposait des activités à faire faire aux élèves : visite de sites, utilisation du CDRom Les Métamorphoses d’Ovide par exemple.

2. in Comment le numérique transforme les lieux de savoir, Paris, fypéditions, 2012, p. 57

3. Cette alternative « et/ou » constituera également largement l’objet de la réflexion.

4. Mise à jour : il faudra faire une liste à plusieurs entrées : une liste d’outils pour le professeur, une pour l’élève (distinction traditionnelle à dépasser je pense pour celle plus opérante de : outils construits par le monde éducatif/outils « extérieurs » utilisés dans les pratiques pédagogiques – je pense aux tablettes par exemple)

Ergonomie(s) du numérique

 (W.I.P.)

Pourquoi utiliser un TNI ?

(définition ici du TNI)          D’abord parce qu’un tableau est, de fait, installé dans la salle de classe. Parfois, il arrive que le TNI, pour son installation, ait nécessité que tout autre tableau soit enlevé, soit par manque de place, soit pour des questions de raccordement des fils, soit parce qu’il ne doit pas y avoir de tableau à craie à proximité. Ainsi, c’est la question matérielle qui prime sur l’aspect pédagogique, au départ, au moment de l’initiation (comme on initie un processus). Le cours (c’est-à-dire le corps du professeur, ses gestes pédagogiques, dont sa voix et son bras, ses documents, sa progression de séance) va devoir s’adapter à l’environnement. Adaptation qui peut aussi mener à préférer faire cours au TNI un jour de mauvais temps plutôt qu’un jour de grand soleil, faute de rideaux opaques appropriés qui empêchent une vision claire du tableau, fixé au mur (l’ubiquité des documents permise par le numérique passe par un aspect figé non négligeable). Le premier souci est d’ordre technico-matériel, écologique (étant entendu également que tout fonctionne, ce qui finit par arriver).

     Ensuite, parce qu’un TNI, dit-on (dans les programmes et surtout sur les sites académiques de Lettres- biblio à venir), aide aux apprentissages. Or, première constatation : avant d’aider aux apprentissages, il faut que les manipulations de base aient été apprises pour elles-mêmes aux élèves (traitement de texte, maniement minimal du stylet par exemple). Envisager de faire utiliser le TNI par les élèves, c’est passer par une prise en main sans laquelle on risque au contraire, lors du déroulement du cours, de brouiller, de parasiter, le contenu pédagogique par des considérations d’ordre technique qui éloignent du sujet et qui éloignent les sujets d’eux-mêmes.

Realia

Or, c’est souvent cette prise en main, nécessaire mais plus ou moins longue, qui pose problème (qui agit comme un frein ou un écran aveugle). Alors que dans une discipline comme les Sciences Physiques, on n’envisage pas de ne pas faire apprendre le maniement de tel instrument qui servira à un ou plusieurs TP, en Lettres, tout se passe comme s’il n’était pas nécessaire, ou simplement utile, de passer par cet apprentissage, voire totalement hors-sujet. Quand je dis « tout se passe », on peut remarquer la place dévolue aux TICE dans les programmes : un paragraphe après les objets d’étude. Or, prendre en main un outil numérique (traitement de textes ou icônes du TNI), c’est faire réfléchir aux opérations intellectuelles à effectuer pour lire et écrire (développer cette idée). Ainsi, il semble urgent d’inclure aux objets d’étude de Lettres la dimension numérique (qui comprend la nécessaire maîtrise de la situation d’énonciation sur et par les médias numériques). L’école peine encore à faire entrer l’apprentissage des lettres au collège et aux lycées dans une dimension proprement numérique, celle des digital humanities.

 

Pour préciser le propos (très rapide, et donc incomplète, biblio) :

Dossier sur le TBI en Lettres sur eduscol

 

Recherche dans Eduscol Lettres avec le mot clé Tableau Numérique

 

Ergonomie :

Vidéo de l’Agence des usages des Tice de l’académie de Versailles :

 Article de B. Devauchelle sur son blog.

Article (chapitre 4) de Mireille Bétrancourt in Charlier Bernadette et Peraya Daniel, Transformation des regards sur la recherche en technologie de l’éducation, Bruxelles, De Boeck Université « Perspectives en éducation et formation », 2007, 276 pages. 

Articles d’OWNI sur les TICE

Jean-Claude Bertin, L’ergonomie didactique face au défi de la formation ouverte et à distance.

Hybridation :

Un article de l’INRP

D. Peraya, « Pédagogie universitaire et TICE : regard sur l’hybridation et ses impacts » (PDF)

 

 

Correspondances

CRL n°2 : Lecture appliquée de Milad Doueihi,  Pour un humanisme numérique (Septembre 2011).

Je relève p. 22 une expression dont je m’empare aussitôt : « pratiques lettrées et populaires émergentes » car elle met des mots sur ma pratique de cours depuis quelques semaines. 

Qu’y a-t-il de différent ? 

– un Tableau Interactif tactile : en début de séance, on ouvre le blog de la classe qui sert de classeur, on part de ce qui a été fait pour continuer le travail. En cours de séance, le Tableau sert de bibliothèque virtuelle : on y revient si besoin (sites, blogs,…). En seconde partie de séance, les groupes se rassemblent et on établit ensemble la trace à prendre qui constituera le « cours », c’est-à-dire le contenu à retenir. Le tableau est tactile : on trace le voyage de de Gaulle de Paris à Moscou (Mémoires de guerre, III, 2), on souligne les éléments remarquables du portrait de Staline, on déplace les termes d’une phrase pour en constater l’architecture.

– l’éclatement de la classe en 4 ou 5 groupes de travail, les groupes étant munis d’un ordinateur relié pour deux d’entre eux à un vidéo-projecteur, ce qui donne trois écrans (l’idée m’a été soufflée par un collègue auquel je suis très reconnaissante : ainsi les élèves travaillent en groupe en voyant ce qui se construit tout en ayant dans les mains les objets dont ils ont besoin pour construire ce mur virtuel). Soit les groupes se divisent de nouveau pour se répartir les tâches, soit ils construisent ensemble un document de travail (recherche de citations, commentaires) qui répond aux pistes de travail données. Certains élèves utilisent également leur smartphone pour aller sur Internet (sur Wikipédia surtout).

– Aujourd’hui j’ai créé un compte utilisateur sur le blog pour que les élèves puissent eux aussi « remplir » le classeur virtuel qu’est le blog.

Retour à ma lecture.

L’auteur explique l’expression de son titre et je l’applique à ma classe. Le mot classe ne convient plus puisqu’il porte l’image d’ordre au moment où au contraire les élèves s’éparpillent dans la salle, et s’éparpillent dans leurs documents de travail : le livre de de Gaulle, le Web via l’ordinateur ou le smartphone, des livres parascolaires. Je laisse traîner des dictionnaires papier qui ne sont pas utilisés, les élèves cherchent sur internet la signification de tel mot. Les doigts ne feuillettent plus que l’ouvrage de de Gaulle.

Je passe de groupe en groupe, je m’asseois à côté d’eux, j’écoute ce qu’ils ont à me dire.

Alors, ces « pratiques lettrées », qu’ont-elles de différent ?

* Les élèves ne prennent plus sous la dictée mes paroles d’évangile mais se servent de ce que je peux dire pour écrire leurs notes de travail.

* Les élèves se font confiance et me demandent de « vérifier » ce qu’ils font. Mon autorité est toujours là mais se manifeste différemment. Je ne suis plus la bouche d’ombre mais le tuteur.

* En démultipliant les supports, j’ai démultiplié les pratiques et démarches intellectuelles. C’est une « culture numérique » que nous construisons, faite de fragmentation, d’échanges, d’allers et retours vers des lieux (blogs, sites, twitter- je signale au passage cet article que j’ai trouvé aujourd’hui et qui date de 2009-, livre, copie), de déplacements des corps qui se rapprochent pour coopérer, se parler : la voix est permise.

Les outils, les corps, et la culture se répondent.  

Et bien sûr, signaler le podcast de l’émission Place de la Toile de Xavier de la Porte avec Milad Doueihi.

Comment faire travailler les élèves sans les torturer ? Retour

Les cours annoncés ont donc eu lieu…et se sont passés d’une autre façon que prévue, bien sûr !

1. Les BTS ont effectivement apporté des photos publicitaires qui traitent du sport soit par la présence d’un sportif soit par l’entreprise commanditaire de la publicité. Ils les ont déposées via leur clé sur le bureau de l’ordinateur, nous les avons insérées dans un diaporama : chaque élève a dû analyser ses photos et justifier son choix puis examiner le lien avec le thème d’étude : le sport, miroir de notre société ? Puis nous avons écrit collectivement des notes au bas de chaque diapo.

Intérêt :

– travail d’oral et d’argumentation individuel.

– travail pour construire le diapo : faire se confronter les photos, soit dans des diapos successives, soit dans une même diapo pour mettre en valeur une opposition ou une ressemblance, afin de faire acquérir la démarche de la synthèse dont une des difficultés est de construire un discours reposant sur une véritable confrontation (un des critères majeurs de réussite relevé dans les consignes de correction donnée cette année pour le BTS CGO de l’Ile de France).

– travail collectif pour rédiger les notes, sans le problème de la langue puisque je faisais office de secrétaire.

– une partie des élèves étant absente, la trace disponible permet de comprendre la démarche  mise en oeuvre.

2. Les élèves de Terminale Littéraire : trois d’entre eux ont présenté un exposé.

* La première élève avait préparé un diapo très soigné sur la viole de gambe : insertion de son en fond, télécommande pour passer les diapos sans avoir à toucher l’ordinateur, donc elle faisait face à la classe mais lisait trop ses notes. Techniquement ce fut très réussi. Je lui demandai de refaire l’exposé en ne conservant que les trois points à retenir pour notre étude de Tous les matins du monde. Elle put ainsi les quitter. Je l’ai enregistrée pour qu’elle puisse s’entendre, pour que l’exercice soit « véritable » (il y aura des auditeurs) et pour conserver une trace sur le blog de la classe.

* La deuxième élève avait, elle, préparé une présentation d’un tableau et de l’extrait du film pour expliquer ce que sont les vanités.

* Le troisième fut l’élève étranger que nous recevons pendant un an dans la classe afin qu’il apprenne le français. Il n’a pas voulu du TNI mais du tableau blanc velleda. Et il sut mettre en oeuvre une interactivité cognitive avec son auditoire qui tomba sous le charme. Pour raconter l’histoire d’Orphée et d’Eurydice, il dessina au fur et à mesure au tableau les détails de ce qu’il racontait. Le public fut conquis et si attentif que tout le monde avait retenu cette histoire, toujours sans prendre de note. Ce qui donna cela (j’ai reproduit son dessin) :

Intérêt :

– la comparaison de fait entre la présentation sous forme de diaporama et la présentation « velleda » permet de bien insister sur ce fait : à chaque projet son outil, sa forme de discours.

– les travaux sur les compétences furent individuels pour les exposants et collectifs pour les auditeurs.

3. Les latinistes


  J’avais préparé une boîte à mots (fort long à faire, car il faut écrire chaque mot et l’ajouter manuellement) des dix premiers vers mais une mauvaise manipulation me l’a fait perdre, et le courage avec. Nous avons donc travaillé de façon moins originale et souligné les éléments de phrase à traduire :

Comment faire lire du latin ?

Le danger des classes à examen est, à mon sens et pour ce qui me concerne, de tomber dans le bachotage et d’oublier qu’il y a une vie après. Une vie où les élèves n’étudieront peut-être plus cette langue au cours de leurs études. Alors, réduire cette année à l’accumulation de textes et de connaissances sur ces extraits en laissant, faute de temps, tous les autres me semble très frustrant et très gênant.

Les élèves ont au programme Les Bucoliques de Virgile dont ils doivent avoir traduit des extraits et lu l’ensemble, en français. Devant un tel texte, je me disais qu’il pouvait être fort intéressant de le leur faire lire en latin. De baigner dans le texte virgilien et s’y trouver bien. A un moment où les élèves vivent peut-être leurs dernières heures de latinistes, les initier au chant du « cygne de Mantoue », « chant de l’âme qui remonte en mourant dans la joie de la pureté céleste » (Alain Michel, La parole et la beauté, Albin Michel, 1994, p. 84), rien de moins. 

Comment faire ?  La première démarche fut de trouver des ressources accessibles sur le net (voir un précédent billet), par exemple une édition annotée consultable dans Google Books, mais elle est assez peu maniable et ne correspond pas exactement à mon objectif de les faire lire dans le texte de façon autonome. C’est grâce à la magique Sérendipité (il faudrait quelque jour dresser un panthéon numérique) que j’ai découvert ce carnet d’Hypothèses « La question du latin » du sociologue Philippe Cibois qui propose l’indentation de la première églogue de Virgile. Les vers sont reproduits de telle façon qu’il faut lire de gauche à droite et de haut en bas ou de bas en haut simultanément. J’ai proposé à mes élèves d’essayer de lire les premiers vers ainsi mis en page mais ils ne comprenaient pas la démarche. Voici qu’un bouton de mon TNI me servit alors que je n’en voyais pas jusque-là la grande utilité, celui du cache, sorte de rideau que l’on tire de gauche à droite, ou de haut en bas etc (voir l’image).

Bien sûr, la manipulation aurait été possible au retro-projecteur ou même à la main avec une feuille blanche sur une feuille blanche.

Sauf que :

– il m’aurait fallu prévoir le temps de déplacer le rétro-projecteur jusqu’à ma salle, et tout professeur sait quelle gestion c’est de courir après le matériel avec ses élèves dans le couloir ou dans la classe ;

– pour l’utiliser au rétro-projecteur, il aurait fallu d’abord l’imprimer et commencer à contrevenir aux droits-d’auteur ;

– ouvrir la page du blog de P. Cibois, et donc le montrer aux élèves et l’évoquer un court instant, ouvrir le logiciel du TNI et cliquer sur le bouton pour ensuite dérouler le texte, ceci ne prit que quelques instants, instants où il y eut une mise en appétit, un effet d’attente (toujours songer à la dimension théâtrale du cours) et enfin une découverte. 

Mais :

– les élèves ont eu malgré tout du mal et ont eu d’abord besoin de recourir à la bonne vieille méthode de recherche du verbe, du sujet, etc. 

– ce fut seulement ensuite qu’ils revinrent à l’indentation proposée. 

Ainsi, mon objectif est de leur faire indenter un passage sur traitement de texte en leur demandant non de traduire mot à mot mais d’abord de justifier leur choix et de le proposer aux autres.

A suivre…

Des outils pour lire en latin

Les élèves de Terminale latin ont au programme les Bucoliques de Virgile : l’enjeu majeur est de leur faire apprécier la lecture dans le texte du texte de ce poète. Pour les aider à entrer dans le texte, je compte utiliser et faire utiliser plusieurs outils :

– j’ai préparé un diaporama de sites grâce à jogtheweb.com : il propose une recension de plusieurs pages de sites réunissant des biographies de Virgile (notamment celle de Sainte-Beuve), le texte et plusieurs traductions, le vocabulaire, des fiches de grammaire.

– l’outil wordle permet de visualiser la fréquence des mots. Par exemple, la première églogue copiée dans ce logiciel en ligne permet de faire voir que l’a priori du titre (on parle de la chose rustique) est réducteur : est mis en valeur ce qui aidera au commentaire, un dialogue entre Tityre et Mélibée, des champs lexicaux du temps, de la Ville et de l’agriculture.

– le clavier latin en ligne mis à disposition par le site Lexilogos permet d’écrire les diacritiques.

Ainsi, conformément à ce qui est recommandé dans le Guide pédagogique pour le professeur de langues anciennes rédigé par MM. Charvet et Soler (2005), les TICE permettent de trouver des ressources dont certaines sont à présent introuvables dans leur version papier, mais aussi de mener la traduction du texte, sa compréhension et son commentaire d’une façon efficace : goûter le plaisir du texte fondé sur une étude précise de ce celui-ci.