Lettres classiques et TIC: rime riche ?

Herculanum

Contrairement à une idée reçue assez tenace, une partie non négligeable de professeurs de Lettres classiques du second degré sont investis dans les TICE à l’école, c’est-à-dire qu’ils ont une utilisation personnelle et/ou professionnelle des TICE3 :

– pour construire leurs cours : recherches sur internet, documents multimédia (PréAO, Traitement de texte surtout) ;

– pour faire travailler leurs élèves : exerciseurs en ligne notamment.

D’autre part, on peut dresser une liste de liens, que ce soit des outils qui ont fait date (liste non exhaustive, uniquement fondée sur mes pratiques de professeur de collège puis de lycée, depuis maintenant plus de dix ans)1 ou des sites entiers :

Collatinus : merveilleux outil d’Yves Ouvrard qui permet par un simple copier-coller de dresser la liste du vocabulaire d’un texte latin (ici). Ce logiciel fut d’abord un logiciel à télécharger avant une version en ligne fort pratique, surtout quand on peut utiliser en même temps la version numérisée du Gaffiot sur Lexilogos, ou bien le pdf du Goelzer, ou le Gaffiot avec OCR (ici), ou bien encore le Bailly (liens sur Lexilogos). On évoque souvent l’intérêt des manuels numériques pour alléger les cartables, voilà une vraie avancée en termes de poids et d’ubiquité ici aussi (tous ceux qui ont planché sur une version latine dans un amphi de la Sorbonne aux tablettes n’excédant pas 50 cm me comprendront).

Carnet d’adresses

– D’Yves Ouvrard encore, une sitographie importante dans l’académie de Poitiers : ici. Jacques Julien, quant à lui, avait créé le Carnet d’adresses en langues anciennes sur le site de la Page des Lettres de L’Académie de Versailles (image ci-contre) qui l’a conservé non seulement pour son utilité mais aussi dans une démarche patrimoniale (ici). 

Musagora et Latine Loquere de Robert Delord, deux sites qu’on ne présente plus tant les richesses des ressources sont importantes. De même le site Hélios auquel a participé Dominique Augé : ici.

– Nous signalons l’excellent carnet « La question du latin » qui propose une table des matières du site et de l’enseignement de cette langue en France, à laquelle nous renvoyons car nous ne saurions faire mieux : ici.

– Marie-Anne Bernolle, Professeure de Lettres classiques en classe Préparatoire à Enghien, tient un blog pour ses élèves sur lequel elle explique comment elle utilise les Tice pour et avec ses élèves (ici). 

– Nombreux blogs de professeurs pour leurs élèves (je reviendrai sur ce sujet dans un autre billet).

J’arrête là cette liste qui, plus qu’exhaustive, se voulait éloquente (je n’ai pas évoqué les sites tels que Perseus ou Itinera Electronica, ce sera pour un autre billet)4. J’aime à raconter l’anecdote suivante de tel chef d’établissement qui, présentant les options de son établissement aux parents d’élèves, dit la phrase qui résonne encore à mes oreilles : « Et même en cours de Grec, les élèves vont en salle informatique ». Pourquoi « même en cours de grec » ? Il ne faudrait pas confondre l’objet d’étude avec les moyens de son étude. Comme dit  B. Devauchelle : « La temporalité des savoirs est celle des changements culturels et pas des changements techniques. »2

Fontaine Castalie à Delphes (photo personnelle)

L’utilisation des Tice dans ma pratique a consisté globalement :

– à sé-duire les élèves (se ducere, il faudrait utiliser le verbe métaphorique de la marine, « draguer ») : un diaporama pour présenter aux élèves de 6ème et de 4ème les options latin et grec m’ont valu l’année suivante un quart des effectifs du collège inscrits dans ces options. 

– à maintenir leur attention et motivation (telle la professeure du billet « Que forme le formateur ? »)

– seulement ensuite, avec le développement et le déploiement de salles multimédias, à faire travailler les élèves en autonomie. Mais je modère tout de suite cette expression, car j’ai longtemps cru faire travailler mes élèves en « autonomie » quand je ne les faisais travailler que seuls grâce à un parcours ultra balisé qui leur laissait rien moins que liberté de choix et de décision.

– Enfin, c’est vraiment les réseaux sociaux qui ont changé ces pratiques : voilà le coeur de l’argumentation. Il faudra démontrer, en tirant grand profit du livre cité de B. Devauchelle notamment, dans quelle mesure les lieux scolaires de savoirs (scolaires ?) sont modifiés et modifient les « usagers », prof et élèves, et leurs usages, donc leurs postures : toutes problématiques éminemment littéraires (étant entendu qu’en Lettres, comme ailleurs, on éduque un futur citoyen). 

1. Une fois encore je me prends comme objet d’étude, mais il se trouve que, par chance, j’ai commencé à exercer en 1997, mes pratiques ont donc suivi l’évolution d’internet et du web, et notamment son entrée progressive dans le champ scolaire. Je me souviens du premier stage que j’ai fait (Langues anciennes et TICE), animé par Jacques Julien et Chantal Bertagna, qui m’ont appris à rechercher une image dans Google, l’insérer dans une page de traitement de texte, à insérer des flèches, à utiliser dreamweaver…Il s’agissait alors surtout d’utiliser internet pour construire des ressources. Le deuxième stage un an plus tard proposait des activités à faire faire aux élèves : visite de sites, utilisation du CDRom Les Métamorphoses d’Ovide par exemple.

2. in Comment le numérique transforme les lieux de savoir, Paris, fypéditions, 2012, p. 57

3. Cette alternative « et/ou » constituera également largement l’objet de la réflexion.

4. Mise à jour : il faudra faire une liste à plusieurs entrées : une liste d’outils pour le professeur, une pour l’élève (distinction traditionnelle à dépasser je pense pour celle plus opérante de : outils construits par le monde éducatif/outils « extérieurs » utilisés dans les pratiques pédagogiques – je pense aux tablettes par exemple)

Ergonomie(s) du numérique

 (W.I.P.)

Pourquoi utiliser un TNI ?

(définition ici du TNI)          D’abord parce qu’un tableau est, de fait, installé dans la salle de classe. Parfois, il arrive que le TNI, pour son installation, ait nécessité que tout autre tableau soit enlevé, soit par manque de place, soit pour des questions de raccordement des fils, soit parce qu’il ne doit pas y avoir de tableau à craie à proximité. Ainsi, c’est la question matérielle qui prime sur l’aspect pédagogique, au départ, au moment de l’initiation (comme on initie un processus). Le cours (c’est-à-dire le corps du professeur, ses gestes pédagogiques, dont sa voix et son bras, ses documents, sa progression de séance) va devoir s’adapter à l’environnement. Adaptation qui peut aussi mener à préférer faire cours au TNI un jour de mauvais temps plutôt qu’un jour de grand soleil, faute de rideaux opaques appropriés qui empêchent une vision claire du tableau, fixé au mur (l’ubiquité des documents permise par le numérique passe par un aspect figé non négligeable). Le premier souci est d’ordre technico-matériel, écologique (étant entendu également que tout fonctionne, ce qui finit par arriver).

     Ensuite, parce qu’un TNI, dit-on (dans les programmes et surtout sur les sites académiques de Lettres- biblio à venir), aide aux apprentissages. Or, première constatation : avant d’aider aux apprentissages, il faut que les manipulations de base aient été apprises pour elles-mêmes aux élèves (traitement de texte, maniement minimal du stylet par exemple). Envisager de faire utiliser le TNI par les élèves, c’est passer par une prise en main sans laquelle on risque au contraire, lors du déroulement du cours, de brouiller, de parasiter, le contenu pédagogique par des considérations d’ordre technique qui éloignent du sujet et qui éloignent les sujets d’eux-mêmes.

Realia

Or, c’est souvent cette prise en main, nécessaire mais plus ou moins longue, qui pose problème (qui agit comme un frein ou un écran aveugle). Alors que dans une discipline comme les Sciences Physiques, on n’envisage pas de ne pas faire apprendre le maniement de tel instrument qui servira à un ou plusieurs TP, en Lettres, tout se passe comme s’il n’était pas nécessaire, ou simplement utile, de passer par cet apprentissage, voire totalement hors-sujet. Quand je dis « tout se passe », on peut remarquer la place dévolue aux TICE dans les programmes : un paragraphe après les objets d’étude. Or, prendre en main un outil numérique (traitement de textes ou icônes du TNI), c’est faire réfléchir aux opérations intellectuelles à effectuer pour lire et écrire (développer cette idée). Ainsi, il semble urgent d’inclure aux objets d’étude de Lettres la dimension numérique (qui comprend la nécessaire maîtrise de la situation d’énonciation sur et par les médias numériques). L’école peine encore à faire entrer l’apprentissage des lettres au collège et aux lycées dans une dimension proprement numérique, celle des digital humanities.

 

Pour préciser le propos (très rapide, et donc incomplète, biblio) :

Dossier sur le TBI en Lettres sur eduscol

 

Recherche dans Eduscol Lettres avec le mot clé Tableau Numérique

 

Ergonomie :

Vidéo de l’Agence des usages des Tice de l’académie de Versailles :

 Article de B. Devauchelle sur son blog.

Article (chapitre 4) de Mireille Bétrancourt in Charlier Bernadette et Peraya Daniel, Transformation des regards sur la recherche en technologie de l’éducation, Bruxelles, De Boeck Université « Perspectives en éducation et formation », 2007, 276 pages. 

Articles d’OWNI sur les TICE

Jean-Claude Bertin, L’ergonomie didactique face au défi de la formation ouverte et à distance.

Hybridation :

Un article de l’INRP

D. Peraya, « Pédagogie universitaire et TICE : regard sur l’hybridation et ses impacts » (PDF)

 

 

Correspondances

CRL n°2 : Lecture appliquée de Milad Doueihi,  Pour un humanisme numérique (Septembre 2011).

Je relève p. 22 une expression dont je m’empare aussitôt : « pratiques lettrées et populaires émergentes » car elle met des mots sur ma pratique de cours depuis quelques semaines. 

Qu’y a-t-il de différent ? 

– un Tableau Interactif tactile : en début de séance, on ouvre le blog de la classe qui sert de classeur, on part de ce qui a été fait pour continuer le travail. En cours de séance, le Tableau sert de bibliothèque virtuelle : on y revient si besoin (sites, blogs,…). En seconde partie de séance, les groupes se rassemblent et on établit ensemble la trace à prendre qui constituera le « cours », c’est-à-dire le contenu à retenir. Le tableau est tactile : on trace le voyage de de Gaulle de Paris à Moscou (Mémoires de guerre, III, 2), on souligne les éléments remarquables du portrait de Staline, on déplace les termes d’une phrase pour en constater l’architecture.

– l’éclatement de la classe en 4 ou 5 groupes de travail, les groupes étant munis d’un ordinateur relié pour deux d’entre eux à un vidéo-projecteur, ce qui donne trois écrans (l’idée m’a été soufflée par un collègue auquel je suis très reconnaissante : ainsi les élèves travaillent en groupe en voyant ce qui se construit tout en ayant dans les mains les objets dont ils ont besoin pour construire ce mur virtuel). Soit les groupes se divisent de nouveau pour se répartir les tâches, soit ils construisent ensemble un document de travail (recherche de citations, commentaires) qui répond aux pistes de travail données. Certains élèves utilisent également leur smartphone pour aller sur Internet (sur Wikipédia surtout).

– Aujourd’hui j’ai créé un compte utilisateur sur le blog pour que les élèves puissent eux aussi « remplir » le classeur virtuel qu’est le blog.

Retour à ma lecture.

L’auteur explique l’expression de son titre et je l’applique à ma classe. Le mot classe ne convient plus puisqu’il porte l’image d’ordre au moment où au contraire les élèves s’éparpillent dans la salle, et s’éparpillent dans leurs documents de travail : le livre de de Gaulle, le Web via l’ordinateur ou le smartphone, des livres parascolaires. Je laisse traîner des dictionnaires papier qui ne sont pas utilisés, les élèves cherchent sur internet la signification de tel mot. Les doigts ne feuillettent plus que l’ouvrage de de Gaulle.

Je passe de groupe en groupe, je m’asseois à côté d’eux, j’écoute ce qu’ils ont à me dire.

Alors, ces « pratiques lettrées », qu’ont-elles de différent ?

* Les élèves ne prennent plus sous la dictée mes paroles d’évangile mais se servent de ce que je peux dire pour écrire leurs notes de travail.

* Les élèves se font confiance et me demandent de « vérifier » ce qu’ils font. Mon autorité est toujours là mais se manifeste différemment. Je ne suis plus la bouche d’ombre mais le tuteur.

* En démultipliant les supports, j’ai démultiplié les pratiques et démarches intellectuelles. C’est une « culture numérique » que nous construisons, faite de fragmentation, d’échanges, d’allers et retours vers des lieux (blogs, sites, twitter- je signale au passage cet article que j’ai trouvé aujourd’hui et qui date de 2009-, livre, copie), de déplacements des corps qui se rapprochent pour coopérer, se parler : la voix est permise.

Les outils, les corps, et la culture se répondent.  

Et bien sûr, signaler le podcast de l’émission Place de la Toile de Xavier de la Porte avec Milad Doueihi.

Ulysse était aède, pas professeur

…ou chercher des mots-clé.

Le premier est le mot « posture ». Penser à réfléchir à ce mot est  le début du chemin. Accepter d’y réfléchir en est une étape essentielle. Lu aujourd’hui un article dans la revue communication et langage qui propose d’analyser non seulement le déroulement d’un cours de langues mais aussi, dans le discours du professeur quand on lui demande d’expliquer sa démarche, la conviction ou les convictions dont il part implicitement ou non pour la mettre en oeuvre. Or ses convictions, si elles ne sont pas explicitées, peuvent empêcher cette réflexion sur la posture : si on est convaincu que pour que le cours se passe bien, c’est-à-dire en l’occurrence que les apprenants accèdent au savoir, il faut que les élèves dialoguent entre eux, cette absence de dialogue est analysé comme un échec et la réflexion du professeur va consister à les obliger à dialoguer sans songer à modifier ses convictions et partir de cette donnée sociologique (il s’agissait de Chinois apprenant le français). Si ce professeur considère que sa posture est d’un seul type, par exemple magistral, il est là pour se faire transmetteur entre une connaissance et un groupe d’élèves, tout ce qui viendra contre-carrer cette parole magistrale ne sera pas valable et donc pas pris en compte.

Ajout d’un mot-clé : conviction.

Premier effet terrible de l’outil numérique (le TNI) si l’on n’a pas réfléchi à la posture à adopter, donc à remonter sur ses convictions didactiques, pédagogiques, sociologiques et même parfois anthropologiques : renforcement du caractère magistral à sens unique de la parole et du discours par une monstration permanente (le I ne signifiant plus interactif mais imposé et inutile).

D’Ulysse, garder la ruse des mots et de Socrate, le dialogue, sous toutes ses formes =   arsenal pédagogique.

Pour moi : ne pas oublier de prendre la référence de chaque article lu…

Trouver le ton

Ce n’est pas mon premier blog mais c’est mon premier carnet. Si bien qu’écrire les premiers mots est difficile.

Voici les premières idées pour ce carnet et le travail :

– imaginer des scénarios de travail en numérique (ordinateur/TNI) dans leur intérêt pédagogique.

– établir des protocoles qui puissent mesurer l’évolution des pratiques/ des compétences…(questionnaire pour leur ressenti ausis)

– déplacer le curseur non seulement dans pratique mais aussi dans les analyses : prof/élèves/masterante

– retenir les mots-clé rhétorique, argumentation, ethos, posture, corps

-examiner les situations proposées (manuels et sites)

-lire