Pourquoi il faut apprendre à coder à tous nos élèves

Màj 6 : HTML a posté en commentaire un lien vers cet excellent dossier de FranceTV : merci ! Le HTML par lui-même.

Màj n°5 : Après une mise en quarantaine de quelques heures de cet article mal écrit, je le republie. Je dois le réécrire (je n’ai pas tout barré pour plus de lisibilité…) pour mieux m’exprimer et mieux expliquer qu’il n’est pas question d’enseigner le code comme une langue (même si je l’écris ci-après) mais qu’enseigner le numérique, en plus d’apporter la culture numérique essentielle à tous nos élèves, peut aider à faire acquérir certaines compétences et certains réflexes, notamment dans l’importance ou l’utilité à apporter à la forme visuelle du texte que l’on met en page, que cette mise en page a aussi un sens, qui se surajoute au sens de la langue. Mais je tâcherai plus ou moins rapidement d’expliquer cela à partir d’expériences concrètes.

Surtout, je renvoie au dossier tiré du séminaire PRECIP : Enseigner l’écriture numérique ? certainement bien meilleure argumentation que la mienne. Màj n°6 : on m’a signalé cet article « Coding – The new latin » de Rory Cellan-Jones, à lire !

Enfin, l’histoire de cet article montre, peut-être, cette « intelligence collective » évoquée régulièrement : j’ai en effet beaucoup appris grâce à vous et vous en remercie, notamment les commentateurs et -trices ci-après, ainsi que les personnes intervenues sur Twitter.

Enfin bis, il faudra que j’écrive quelque chose sur cette histoire d’endroit où l’on publie qui forcément impacte le discours (telle plate forme, en article ou en commentaire, ici ou sur Twitter, etc). 

_______

…et pas seulement à cliquer,

…et pas seulement aux élèves de la série scientifique qui en plus est la voie royale.

Je suis de plus en plus convaincue de l’importance et de l’utilité d’apprendre à coder à nos élèves, et particulièrement à ceux de la filière Littéraire. Non seulement important et utile, mais surtout urgent car c’est là que se joue la démocratisation du monde par le web, et du web par le monde, non pas dans la parole donnée à tous, mais dans le contenu de cette parole dont tout un chacun pourra faire un usage le plus raisonné possible.

Je parle en tant qu’ancienne élève de la filière A2, vous savez celle où il y avait le moins de maths possible…J’emploie donc le mot « coder » dans son sens le plus large, c’est-à-dire pouvoir toucher un peu ou tout entier aux fonctionnalités pour les maîtriser, ou au moins les comprendre. Jour après jour je me rends compte que le langage informatique me fait défaut, que le vocabulaire informatique me fait encore plus défaut, que l’histoire et la sociologie informatique me font défaut, bref, que je ne suis qu’en train de construire sur le tas et comme je peux ce que l’on appelle la culture numérique.

Quel intérêt pédagogique ?

  • à l’occasion de billets de blog ou de site sur wordpress, dotclear ou spip, sur lesquels on veut mettre un titre, insérer une image ou une vidéo, le plus efficace est d’insérer soi-même dans la partie html. Or quand je lis :

    <p>Voici le paragraphe que j’écris et que je signale comme étant un paragraphe, et pour ce faire, en étant rigoureux sur les espaces et signes utilisés, l’un n’équivalant pas à un autre</p>

    je vois exactement matérialisée la démarche intellectuelle mise en page, qui vient à l’appui de la démarche intellectuelle, que je m’acharne à inculquer à mes élèves sur la construction d’un paragraphe et surtout l’extrême importance de la rigueur dont il faut faire preuve pour rendre le discours efficace. Les balises sont en effet les phrases d’introduction et de conclusion du paragraphe, apparemment semblables et en fait différentes. Si vous ne fermez pas votre paragraphe, il n’y aura pas de paragraphe. Faire coder les élèves, c’est donc leur apprendre à écrire, c’est-à-dire leur apprendre la maîtrise raisonnée de la langue, et de la langue web puisque c’est là que se jouent les écrits à présent.

  • Il me semble qu’une autre qualité du code, outre la rigueur intellectuelle et scripturale qu’il suppose, la même que nous nous efforçons d’enseigner pour une orthographe un peu « ortho », est la démarche, celle du projet. On ne peut pas se lancer à écrire sans savoir ce que l’on veut obtenir. Il y a une nécessaire anticipation, une possible adaptation ensuite, un grand attachement à la forme qui est permis. Or plus on saura coder, plus on sera maître de cette forme. Plus on saura écrire, plus on sera maître et libre, aussi. Les points de conjonction sont très nombreux avec les problématiques littéraires pour ne pas vouloir coder en lettres.

  • Un autre aspect qui pourrait aider bien des élèves qui ont de grandes difficultés à le faire (et c’est là que tout se joue entre ceux qui « réussissent » et ceux qui font ce qu’ils peuvent), c’est la navigation entre concret et abstrait. Une ligne de code est à la fois très concrète (du chiffre, des signes) et très abstraite. Comme une phrase : repérer un mode verbal et comprendre son rendu (on imaginerait quelque chose qui puisse rendre la page WYSIWYG !) est du même ordre que de comprendre des signes de code.

  • Enfin, c’est un langage universel, et c’est la maîtrise parfaite de celui-ci qui fait que l’on peut le lire. Or, c’est aussi un aspect discriminant pour la langue, ceux qui seront capables de lire toutes les phrases, celles de Proust comprises, et ceux qui n’en seront pas capables. Faire comprendre les « signes » utilisés par Proust à l’aide du langage informatique ! Montrer du code, et dire c’est incompréhensible. Puis le décortiquer et admirer le résultat final ! Matérialisation possible d’une phrase proustienne… à rééecrire

  • C’est tout bonnement aussi une excellente façon de faire de la philosophie, de l’anglais, de l’histoire-géo, des lettres ! Un exemple, cette représentation spatiale de l’histoire de la philosophie publiée par Simon Raper qui explique comment il a procédé.

Quel intérêt éducatif ? L’orientation, parlons-en ! Ou comment réhabiliter, pour de vrai, la filière L…

Si l’on admet l’idée que nos élèves de L peuvent, éventuellement, faire des études littéraires…

  • du côté des Lettres, la recherche : depuis trente ans, les outils informatiques sont intégrés aux autres outils des chercheurs de sciences humaines pour améliorer la qualité et le nombre des trouvailles . Je prendrai un seul exemple, celui de la TEI qui permet d’éditer en ligne des textes de façon plus intéressante que la simple numérisation ou la simple copie sur traitement de texte. Or, à l’examen de cela, on voit bien que l’on n’a affaire à rien d’autre qu’à une explication de textes. Faire coder nos élèves de L, c’est donc bien les éduquer, les enrichir et, surtout, les prendre au sérieux (je repense à mes cours de maths de A2…). Pour asseoir l’autorité de mon discours, je renvoie à l’article de Wikipédia, très clair, MAJ n°4 à l’article de Marie-Anne Paveau, Professeure de linguistique, Linguistique et numérique, sur son blog La pensée du discours et au carnet d’Aurélien Berra, professeur de grec, Philologie à venir, et notamment à son article L’encodage, une pratique savante ?.

  • du côté des Lettres, la littérature : pour la démonstration, je renverrai au travail de Cécile Portier fait avec des élèves de lycée (ici), qui a fait utiliser des outils logiciels aux élèves pour une écriture littéraire, à celui de Pierre Ménard (Ses expériences d’écriture innovante ), et, bien sûr, au travail de François Bon (par exemple cet article, presque pris au hasard : adresse aux bibliothèques). Est-il besoin d’expliquer qu’un livre numérique n’est pas un livre numérisé, n’est pas un livre écrit sous traitement de texte, mais est bien numérique, c’est-à-dire construit dans le code, dont la forme, signifiante, est codée, inform-atis-ée par plus que les mots encore ? Quand je compare mon blog à celui d’auteurs qui touchent la matière, je vois une différence de formes, dans les phrases et dans l’aspect, la morphè. Alors ?

  • du côté des Lettres, la bibliothèque : sur Twitter, les professeurs parmi les plus actifs et les plus au fait sont, quel hasard, des professeurs-documentalistes. Mise à jour à 13h35 : un lecteur me signale que dans l’à propos du blog en question est spécifiée la volonté des auteurs de ne pas diffuser leur blog, bien qu’il soit public. Je tâche donc de remédier à ce très malheureux lien que j’avais trouvé via Twitter. Je renvoie à ce blog xxxx qui, justement, informe de façon pédagogique sur le web sémantique, et le travail des bibliothèques qui s’en trouve-ra encore modifié, comme chaque fois que le livre change.

  • du côté des journalistes : il y aurait d’un côté les journalistes, de l’autre les développeurs ? C’est de moins en moins vrai, ou de plus en plus compliqué. A nos élèves qui veulent être journalistes, je dirais volontiers : codez et décodez, c’est ce que vous avez de mieux à faire, et filez la métaphore ! C’est au site d’OWNI tout entier que je renvoie, à comparer avec d’autres journaux en ligne (« en ligne », pas numériques), par exemple cet article pédagogique sur les data.

Quel intérêt humain ?

A l’heure où l’on trouve à foison articles et publicités qui montrent à quel point les écrans et le numérique ont investi notre quotidien, à l’heure où l’on attend, surtout, le fameux Web sémantique (un adjectif qui renvoie à du littéraire, non?), nos élèves baignent dans un bain qui parfois, ou souvent, effraie leurs parents : ils sont en train d’apprendre à nager seuls, veillons à leur apprendre à naviguer. Et à apprendre avec eux, ce sera le meilleur service à leur rendre, faire chemin pour co-construire.

Evidemment, je ne prétends pas qu’il faille avoir le niveau de maîtrise des Informaticiens, que cela soit possible pour tout un chacun ; je sais bien qu’e cela demande des années d’études. Ce que je prétends, c’est que de la même façon que la société a considéré que même élève en A2 je devais recevoir des rudiments de maths, eh bien, même (et je dirais « surtout » assez volontiers) en filière L, il faut des cours de culture numérique. Et pas seulement pour les élèves de S, dont on sait bien qu’ils sont bien partis pour constituer l’élite.

Il me semble que nous, adultes de la communauté éducative, ne devons pas rater ce virage car nous sommes en train de former, sous d’excellentes intentions, malheureusement, des Ouvriers Spécialisés, qui cliquent dans tel ou tel logiciel (propriétaire, introduit à l’école et donc légitimé) au lieu de leur apprendre la difficile et âpre liberté. Je vois de plus en plus chez mes élèves ceux qui cliquent, consomment, prennent Google pour un site, idolâtrent Facebook, quand d’autres codent et refusent de s’inscrire sur tel site par précaution me disent-ils et préfèrent construire leur propre site. Si on lit cet article, au hasard (je l’ai trouvé ce matin) à propos du futur Google Now qui nous promet de n’avoir plus à penser ! – ne semble-t-il pas urgentissime de mettre la main à la pâte ? N’est-ce pas inscrit dans nos missions ? N’est-ce pas ce qui fonde notre responsabilité d’adulte ? d’être humain libre, ou cherchant à l’être ?

Mises à jour n°2 : un lecteur, @DavidBruant sur Twitter, me signale cet article de Sabine Blanc paru le 18 juin 2011  sur OWNI dont le titre est : Littéraires, le code est fait pour vous ! Je n’ai jamais qu’un an de retard sur cette journaliste 🙂

Je signale également cet article que je m’en veux de n’avoir pas cité dès la première mise en ligne, article écrit par Michel Guillou, Le numérique ça devrait être obligatoire.

Mise à jour n°3 : je signale aussi le très bel article « Le code et l’historien » de Frédéric Clavert, merci à lui, et pardon de ne pas l’avoir lu avant !


Ceci est un appel (à l’aide)

Depuis quelques mois maintenant, je suis plongée dans le numérique et dans la découverte de ce que sont les Digital Humanities. Je commence à lire par ci par là des articles et ouvrages sur l’utilisation de l’informatique/du « digital » dans les sciences humaines, et je trouve beaucoup de textes de réflexion sur les pratiques de chercheurs renouvelées grâce au numérique, mais beaucoup en Histoireet en Sciences Sociales, très peu en Littérature (je cherche des ressources autres que ce que l’on peut trouver sur Eduscol par exemple)2. Aussi, lancé-je cet appel à vous qui me lisez pour m’aider à trouver des références, des documents, des expériences qui me permettraient de constater soit que j’ai mal cherché soit que, effectivement, du côté des Lettres, peu de lignes bougent encore (alors que des personnes très bien et investies dans les Digital Humanities ont un cursus Lettres classiques ! Voilà qui me laisse rêveuse).

Je ferai une mise à jour ici avec vos ressources et/ou témoignages. 

1 je suis par exemple plongée dans la lecture de l’excellent Les historiens et l’informatique : un métier à réinventer de J.-P. Genet et A. Zorzi, Rome, 2011

2 je vois avec intérêt, par exemple, le programme de cette conférence : « We’re happy to announce that the preliminary conference schedule and programme overview for the upcoming DH 2012 at Hamburg University are now available ! From 16 to 20 July 2012 a total of 198 workshops, panels, papers and poster presentations have been scheduled – it’s truly bound to be a conference that lives up to its motto, “Digital Diversity – Cultures, Languages, Methods”! »

JiTP : de l’interactivité technico-pédagogique sous forme de journal collaboratif

A l’instar de Xavier de LaPorte (dans son excellente émission Place de la Toile et sur son non moins excellent site InternetActu), j’entame une série « Découvertes-Lecture de la semaine, ou du jour », c’est selon, nous verrons où nous irons. 

Grâce à un tweet de @DHNow publié ce jour

j’ai découvert le site JiTP the Journal of interactive technology & Pedagogy, promoting open scholarly discourse around critical and creative uses of technology in teaching, learning and research (ici) :

JiTP

 Site qui présente par sa forme (journal collaboratif, chacun est appelé à proposer ses expériences pédago-techniques) et son fond (description des projets eux-mêmes) un double intérêt.

Je ne suis pas bilingue, loin s’en faut, si bien que j’ai d’abord été sensible aux images et à la typographie, qui m’ont tout de suite plu. Les images d’abord :

– le crâne « logo » qui n’est pas sans rappeler l’étude d’un crâne humain de Leonard de Vinci. Le lien entre l’auteur du tweet DHNow et le site est immédiatement évident : des humanités multiples mais qui constituent (ou tendent à le faire) un même crâne, c’est-à-dire l’intellectuel, le  culturel et le sensible tout ensemble (en finir avec cette dichotomie manuel/intellectuel !).

Leonard de Vinci, étude d’un crâne humain, Wikimedia commons

– les captures d’écran d’objets : tablette, smartphones, de sites et d’application de géolocalisation (qui me font penser aux travaux de Cécile Portier dans son projet « Traques traces, tous taggés, tous localisés » – ici). Le lien entre culture et technologie dans un cadre pédagogique m’intéresse de suite puisque c’est sur quoi je tâche de travailler. L’article, assez long, fournit une description détaillée du projet et une réflexion sur lui, notamment sur la plus-value pour les étudiants :  la motivation et le plaisir semblent donc moteurs des apprentissages qui se sont appuyés sur une co-construction d’objets culturels nouveaux, qui mêlent technologie avancée et littérature, ceci dans un cadre local. On peut ainsi tirer l’exemple jusqu’à nous et reconnaitre nos problématiques dans le 2nd degré en France : histoire des arts par la dimension locale et culturelle du projet, humanités numériques dans ce travail technico-littéraire, qu’on peut dès lors désigner de numérique.

– les images qui montrent les élèves/étudiants au travail, et les graphiques qui témoignent de leur implication dans le projet. Le projet a donc associé à la fois différents champs (littérature et conception technologique d’une application pour iPhone/iPad) et différents acteurs : professeurs et étudiants. 

Le projet en question a eu lieu dans l’université de l’IOWA dont on remarque rapidement la mention UNESCO. Une rapide recherche me fait découvrir sur le site de l’UNESCO le « réseau des villes créatives » (ici et pour la liste des villes créatives reconnues) où l’on voit que cette ville est un véritable terreau d’auteurs : 

« Depuis 1955, les diplômés et le corps enseignant de l’université de l’Iowa ont gagné plus de 25 prix Pulitzer de la littérature. La ville d’Iowa a accueilli nombre d’auteurs célébres, dont Flannery O’Connor, Wallace Stegner et Kurt Vonnegut Jr. Le mondialement connu Iowa Writer’s Workshop fut le premier programme de Master des Beaux Arts en écriture créative. De nos jours, la culture littéraire de la ville continue de prospérer : les bibliothèques municipales ont plus de membres que la ville ne compte d’habitants. »

 Les objets utilisés n’ont donc pas été pur amusement et déviation de l’attention pour que les étudiants ne se rendent pas compte de l’effort à produire. Non, les objets ont eu une dimension culturelle et ont permis une étude et une écriture impossibles sans eux. Et c’est bien à cela qu’il faut tendre dans le déploiement des usages des TICE, et du numérique. Fonder la nécessité de l’objet dans sa dimension irremplaçable. Il s’est en effet agi de développer des outils pour produire des textes d’un nouveau genre, numériques. 

L’article du JiTP est intéressant dans la démarche et le point de vue, celui des Digital humanities, qu’il adopte :

– part d’investissement des étudiants dans le projet

– collaboration

– regroupement de champs et compétences différents.

Tout l’article est particulièrement intéressant, donc, car il présente une argumentation informée dont nous avons nous aussi besoin ici pour (continuer à) faire prendre conscience de l’intérêt de ce genre de pédagogie « interactive » et « participatoire ». 

« The “City of Lit” system framework consists of a web-based content editing interface, a development database containing in-progress content, a collection of websites that host full-length original content for a selection of authors, and a production database of public content which serves the mobile app. Authorized scholars and researchers can contribute to the collection from remote locations, using the web interface (figure 2) to enter data into the development database. Within the interface, students can view each other’s work-in-progress alongside the content of contributing scholars. Students and scholars, then, operate on equal and open terms within the project. Once material is approved by the editorial staff, data is reviewed and copied to the production database. »

Recently, scholars have begun to explore specific ways that mobile technology can serve as a platform for this participatory, problem-based pedagogy. David J. Radosevich and Patricia Kahn have showed the impact of using tablet technology and recording software to increase student engagement in their learning process.

 

Enfin, la somme de liens me renvoie encore et encore vers de nouvelles découvertes, de nouveaux documents. Work-in-progress à partir d’un premier work-in-progress. Du tweet jusqu’aux articles, c’est toute la beauté du Web qui se déploie dans ses dimensions culturelle (littérature et « humanités numériques ») et citoyenne (partage et liberté). Comme le web et la littérature numérique, ce travail de découverte n’est ni linéaire ni fini. C’est là ce qui fonde sa beauté. 

Je suis prof et je ne veux pas pourrir

Je reviens à mon tour sur l’article d’un professeur de lettres qui a fait le buzz cette semaine : « Comment j’ai pourri le web », pour lequel on trouve sur ce topic de Marie-Anne Paveau un certain nombre, déjà, de réponses. J’avais pensé écrire ma réaction sur mon blog drmlj mais j’ai trouvé plus intéressant de faire cela ici, comme pour donner une dimension vraiment professionnelle à ma tentative de réponse.

Plutôt que de revenir sur la démarche exposée dans l’article, à la moralité fort contestable, sur laquelle beaucoup de choses ont été dites, je préfère relever ces deux phrases qui interrogent notre ethos professoral : « Leur servitude (celle des élèves) à l’égard d’internet va même à l’encontre de l’autonomie de pensée et de la culture personnelle que l’école est supposée leur donner. (…) J’ai ensuite voulu faire la démonstration que tout contenu publié sur le web n’est pas nécessairement un contenu validé, ou qu’il peut être validé pour des raisons qui relèvent de l’imposture intellectuelle. » Au fil de l’article, on a, en effet, l’impression que le professeur de lettres oppose de façon définitive ce qui relève de l’imprimé et ce qui relève de la publication numérique.

Digitale

ces fleurs sont des digitales, bien sûr


On aurait aimé que « l’expérience pédagogique » (sic !) mêle les deux types de publications : je ne rappellerai pas ici les critiques affreuses que l’on faisait à Lagarde et Michard quand on avait le malheur, pauvres élèves dont je faisais partie à l’époque pré-internétique, de relever des phrases de commentaire. Interdit donc de lire Lagarde et Michard car, me disait-on, c’était le mal. Ce qui était permis, c’était de faire une confiance aveugle à notre professeur. Pourquoi ? Parce qu’il était notre professeur. Point. C’est-à-dire qu’il nous dispensait un commentaire long et détaillé de sa propre lecture du texte, qui devait être certainement la bonne puisque ceux qui l’apprenaient par coeur avaient de fort bonnes notes à l’oral du bac (ce professeur jouissait donc d’une excellente réputation de professeur).

Je ne me reconnais pas dans cette figure de professeur. Chaque fois que je vois mes élèves s’emparer de mes phrases, les écrire au mot près, je me rends compte que je ne fais pas mon travail de professeur de lettres. La grande difficulté consiste à les éduquer à lire les textes, à leur apporter un éclairage qui leur permette de voir l’oeuvre, mais avec leurs yeux, et non avec mes lunettes. Appliquer mes verres à leurs yeux, c’est les rendre myopes ou aveugles. Je me souviens de ce même professeur qui nourrissait un profond mépris pour Victor Hugo et qui avait réussi à nous l’insuffler. Aimer Hugo, c’était avoir mauvais goût. Avoir mauvais goût, c’était être un vrai crétin. J’ai mis du temps à me départir de mon admiration pour ce professeur et de mon mépris pour Hugo. J’ai réussi à le faire parce qu’un autre professeur, qui avait pour sa part nettement moins bonne réputation auprès de nos parents, nous disait : « N’écoutez pas ce que l’on vous dit ! Lisez Shakespeare, n’attendez pas que l’on vous y autorise ! » C’est ainsi que j’ai découvert Shakespeare mais surtout Kafka à un moment où on me jugeait davantage capable de lire des petites comédies. Ainsi, lorsque ce professeur affirme dans une généralisation abusive que les jeunes de 15-19 ans n’ont pas la maturité pour lire sur le net, je bondis ! Ils peuvent voter mais pas discriminer un « bon » commentaire d’un « mauvais » (en tout cas, ils sont tout à fait en mesure d’être éduqués pour savoir le faire, et ils n’attendent d’ailleurs que ça)! Il aurait été très intéressant (et je songe à le faire) d’examiner avec eux les différentes ressources sur internet pour voir ce que l’on pourrait en prendre et ce que l’on gagnerait à rejeter. Surtout, donner un texte hors de tout contexte, de toute problématisation, dès le début de l’année, c’était nécessairement produire cette pratique de copier-coller.  Il faudrait faire l’expérience de donner à commenter Baby-foot de T. Crouzet (édition publie.net) par exemple : un texte qui parle forcément, qui peut se passer de cette contextualisation, qui « interpelle » et peut faire espérer que l’élève lecteur verra un intérêt à sa lecture, autre que la menace d’une mauvaise note dès le début d’année. Qui d’entre nous n’a pas pesté à voir tel auteur inscrit au programme de tel examen, tel concours, tel programme ? Qui ? Donc tout n’est pas a priori intéressant, mais tout le devient si l’on nous y accompagne.  Sans chercher à justifier le plagiat, il me semble que très peu de personnes peuvent dire qu’elles ne consultent pas de biblio. quand elles commencent à étudier un auteur. Donc il ne faut pas faire confondre aux élèves le plagiat et la prise de notes, comme le laisse croire ce rejet en bloc du web.  Quel cours dans le supérieur ne commence pas par une biblio ? Qui n’est pas allé à un cours uniquement pour avoir la biblio du prof et en omettant d’assister à ses cours ? Affirmer cette incompétence numérique, c’est s’assurer de plonger ses élèves dans un obscurantisme confortable, s’installer dans la certitude que l’on n’aura jamais de contradiction, ou si faible qu’elle pourra aisément être balayée.

Mais revenons à ce qui justifie la présence de ce billet ici, dans ce carnet qui cherche à examiner ce que le numérique apporte de profitable à mes élèves. Il me semble éminemment urgent pour le professeur de lettres de prendre le numérique comme objet d’étude, et non comme entrave à la diffusion du Livre et de sa parole pensée comme parole révélée. De prendre le numérique pour ce qu’il est : espace de publication radicalement créatrice, porteuse de risques pour l’auteur mais aussi pour le lecteur (risquer, essayer, oser émettre sa propre opinion sur ce que l’on a sous les yeux), réfléchir aux phénomènes d’influence (ce n’est plus seulement le professeur de lettres, le professeur documentaliste ou le bibliothécaire qui conseillent, mais le poids du code et du chiffre, ou du non chiffre aussi d’ailleurs), réfléchir à la position que l’on prend dans ce monde en mouvement (suivre, relayer, « aimer », retweeter, négliger, vitupérer, recopier, hacker…), mouvement angoissant de vertige mais garantissant de notre pire Ennemi : l’Ennui. Rappelez-vous comme elle est belle la charogne de Baudelaire. 

 

Màj à 19h17 :

lu cet article sur le blog aux bords des mondes : ici 🙂

Du numérique pédagogique

L’élève en question (dans le billet précédent) a bien voulu me donner son fichier. Il est assez intéressant de voir comme le code couleurs vient aider à comprendre le cheminement intellectuel et permet de visualiser de suite où il faut reprendre les explications pour cause d’erreur. Merci beaucoup à A. G.

Notes de cours d'A. G.

Si cet exercice est usuel quand on emmène les élèves en salle info, c’est la première fois qu’un cours est pris en notes de cette façon.

J’y vois deux intérêts majeurs pour le professeur :

– une vérification assez rapide pour voir si l’élève a compris (et non simplement pour vérifier s’il a noté) ;

– une vérification de la façon dont le cours est compris (par exemple, dans la suite du fichier, une erreur est reproduite alors que je me souviens avoir insisté dans deux séances au moins sur la confusion possible à ne pas commettre).

Certes, c’est une méthode proche de celle-ci mais tellement différente :

Numérisation d'une traduction des Bucoliques

Une autre façon de mettre en valeur le cheminement intellectuel de la traduction et pas seulement le produit fini sur le carnet La question du latin dont nous reproduisons une capture d’écran ci-dessous :

Capture d'image depuis le carnet La question du latin

 A propos de la traduction, un billet intéressant sur le carnet Langues de feu : « Une colle : traduire, trahir ? »

Configurations pédagogiques

(Ergonomies du numérique…suite)

 

 

rencontre insolite et surréaliste

 

 

Trois collègues (d’Histoire-Géo) ont eu la gentillesse de partager des photos de leur salle de classe. Voici leurs commentaires : 

 

 

 

 
Salle de classe de Yannick Marvin
Une disposition peu habituelle pour une salle d histoire-géo que 
j'ai la chance d'occuper seul! 
Elle est composée de 7 ilots de 2 tables installées perpendiculairement.
 La salle est equipée depuis peu d'un videoprojecteur fixé au plafond.
 Cette disposition est très efficace pour des travaux de groupe par 2 ou
 par ilots (qui servent pour un travail plus collaboratif). 
Elle permet aussi une circulation plus agréable et moins linéaire en 
classe. 
Apres 1 mois pour s'y habituer, les élèves ont compris l'intérêt de la 
disposition. Celle-ci n'est pas exempte de défauts ! Dans certains cas,
 elle peut favoriser ou attiser des bavardages ; l'entretien quotidien 
de la salle n'en est pas facilité!



Salle de classe de Jérôme Dorilleau

Le TBI est le premier du collège et a été installé il y a 4 ans. Je l’ai récupéré cette année après le départ du collègue. Il est excentré vers la gauche (un peu trop : les élèves à droite devant voient un peu mal).

J’ai un PC fixe relié au réseau et bientôt un moniteur pour choisir d’éteindre parfois le vidéoprojecteur pour travailler sur le PC sans que les élèves voient.

Je projette mes cours intégralement depuis 3 ans maintenant. L’apport du tableau interactif est positif pour : enregistrer la trace écrite, déplacer des objets sur l’écran, jouer à des jeux de localisation.

Négatif : les logiciels d’utilisation (tout du moins celui que j’utilise) sont peu pratiques : ils convertissent mes diaporamas de manière lamentable, donc je ne les utilise pas. 

En résumé : l’offre logiciel et de supports pédagogiques adaptés aux TBI me semblent encore trop faible : il faut tout faire soi-même ou presque…
C’est la présence d’un vidéo-pro depuis 3 ans qui m’a fait changer les choses. Le TNI n’a pas bouleversé cela considérablement. Personnellement, j’ai du mal à lâcher la souris  et le clavier pour le stylet (pas assez précis).


Salle de classe de Géraldine Duboz


 
 
 
 
 
L’installation :

on a pu conserver un bout du tableau noir (enfin vert), bien pratique.

L’ordinateur est à côté / sur mon bureau, face aux élèves, donc bien pratique quand il faut taper au clavier, manipuler Google Earth (pas pratique du tout au stylet).

Seul souci, quand les élèves bossent en groupe, certains tournent le dos.

 Usages du TBI :


–        Intérêt accentué pour les élèves : un écran (habitude), projection en grand et de qualité des images (cartes, photos, tableaux….)


–        Usage irremplaçable grâce au logiciel du TBI:


  • réalisation de croquis de paysage (6e) avec calques par-dessus photo. Elève qui tente, les autres très attentifs qui réagissent.
  • Réalisation de croquis cartographiques
  • Réalisation de cartes mentales
  • Réalisation de schémas, ou schéma déjà réalisés à compléter (utilisation du glisser-déposer)

ð  Possibilité de se tromper, recommencer. Enregistrement de la trace.


–        Usages intéressants :


  • Travail sur des textes : surlignage avec des couleurs
  • Travail en direct sur des sites, dans Google Earth (mais le stylo du TBI ne remplace pas la souris pour GEarth)


Cependant :


–        Un seul élève vraiment actif : même si beaucoup suivent et interagissent, une partie voit son attention fluctuer, de la même façon qu’avec un manuel papier.


–        La multiplication des TBI au collège le rend « normal ». Un outil comme les autres.


–      Constat : beaucoup de collègues n’utilisent pas vraiment toutes les possibilités du logiciel. Dans ce cas, pas besoin de TBI, seul le vidéoprojecteur est utilisé.


–        J’utilise mon propre netbook pour faire prendre la trace écrite à un élève (ex : carte mentale)


Mise à jour  à 20h30

@Ticeman01, professeur d’Historie Géo, me fait savoir sur Twitter ce qu’il pense du TBI : son article est fort intéressant, ainsi que les nombreux commentaires, nourris qui plus est.

Multiplasticité de l’écriture

    Entre la rencontre organisée par le LaboBnf mardi dernier avec, entre autres, et excusez du peu, Milad Doueihi, Cécile Portier, Maurice Olender, et les lectures de la semaine (notamment le billet d’enklask), le cerveau bouillonne et les doigts s’échauffent. 

     Ce qui me passionne de plus en plus, c’est de réfléchir à ce que le numérique met en jeu comme pratiques lettrées, à quel point (s’)éduquer en/au numérique fait réfléchir à /interroge des problématiques/questions/pratiques littéraires, et je cherche à circonscrire ou infléchir cette réfléxion à un cadre/déroulé/fil pédagogique/didactique (je voudrais superposer les mots comme sur les « couches » du TNI). 

     Et d’abord, il me semble urgent d’arrêter de faire lire des textes numérisés, et a fortiori  numériques, comme on fait lire et découvrir un texte papier (oeuvre, encyclopédie, etc). Evidemment, ce sont les pages que M. Doueihi consacre à Wikipédia dans La grande conversion numérique qui soutiennent cette idée (lire le texte numérique comme un texte vivant, au sens où il ne se fige pas en édition définitive, M. Doueihi redéfinit ainsi le terme relecture – je glose par/pour moi-même : non du même texte, mais de la même adresse finalement-on rejoint le codage : pour lire ce texte, rendez-vous à /270 et non au titre qui désignera peut-être plusieurs textes successifs). On ne peut pas considérer que ce qui est publié dans un format pour écran (=numérique et numérisé) peut se lire comme un livre papier. C’est simple à dire, mais j’ai mis du temps à le com-prendre. Nouvelles techniques, nouvelles pratiques de lecture, nouvelles pratiques pédagogiques. Ces deux phrases feront partie de mes fils directeurs.

Du côté de l’écriture, je réagis au billet qu’enklask a consacré à l’écriture de sa thèse, qui se fera sur papier. Je crois effectivement qu’on doit absolument distinguer les deux écritures (papier/à plat et à l’écran/plus ou moins verticale) comme deux outils destinés à deux moments intellectuels différents.

* Pour réfléchir de façon à trouver des idées, en avoir une vue d’ensemble, il faut proposer le papier sans obliger à l’écriture sur écran (je pense aux ateliers d’écriture où on ouvre tout de suite un traitement de texte, une page de blog), il me semble que le passage du papier à l’écran doit se faire dans le temps personnel (chaque personne a la liberté de sa longueur voire de l’inexistence de ce passage) car passer de l’un à l’autre, c’est évoluer intellectuellement (pas forcément dans un sens positif, l’appauvrissement n’est pas de fait exclu !). 

* En revanche, pour la création libérée, ce qui ne veut pas dire sans contrainte, ni irréfléchie, quand l’imagination prend le pas, il me semble fort intéressant de proposer dès le début les outils numériques, qui permettent une épaisseur, une multiplicité, une facilité, et donc une confiance, pédagogiquement fort intéressantes.  On n’écrit pas de la même façon le jour et la nuit, en classe (en salle des profs !) et chez soi, au lit et au bureau, à plat et à vertical (me souviens de tel élève levant son classeur pour en faire un texte vertical comme mon tableau noir, ah que n’avais-je un écran à lui donner !).

Il est/semble donc aberrant, finalement, de ne proposer que table et stylo, feuille et chaise quand on veut faire écrire les élèves. Je pousse loin le commentaire mais le contraste entre les espaces aménagés de la classe de maternelle où l’enfant prend contact avec les écrits (par les manipulations faites de plaisir et de créativité), espaces qui mettent en situation ces découvertes, contraste, donc, avec ma classe de lycée où les élèves ont dû tracer (parfois au burin) des écrits d’invention…pourquoi perdons-nous ainsi cette dimension spatiale comme si les mots se traçaient dans l’air, bas et lourd pour certains, forcément.

Il est temps de considérer les (deux) objets d’étude du lycée comme le lieu de cette éducation numérique, digital litteracy. Mais la suite de l’idée, je la garde en réserve pour publication ultérieure. 

Correspondances

CRL n°2 : Lecture appliquée de Milad Doueihi,  Pour un humanisme numérique (Septembre 2011).

Je relève p. 22 une expression dont je m’empare aussitôt : « pratiques lettrées et populaires émergentes » car elle met des mots sur ma pratique de cours depuis quelques semaines. 

Qu’y a-t-il de différent ? 

– un Tableau Interactif tactile : en début de séance, on ouvre le blog de la classe qui sert de classeur, on part de ce qui a été fait pour continuer le travail. En cours de séance, le Tableau sert de bibliothèque virtuelle : on y revient si besoin (sites, blogs,…). En seconde partie de séance, les groupes se rassemblent et on établit ensemble la trace à prendre qui constituera le « cours », c’est-à-dire le contenu à retenir. Le tableau est tactile : on trace le voyage de de Gaulle de Paris à Moscou (Mémoires de guerre, III, 2), on souligne les éléments remarquables du portrait de Staline, on déplace les termes d’une phrase pour en constater l’architecture.

– l’éclatement de la classe en 4 ou 5 groupes de travail, les groupes étant munis d’un ordinateur relié pour deux d’entre eux à un vidéo-projecteur, ce qui donne trois écrans (l’idée m’a été soufflée par un collègue auquel je suis très reconnaissante : ainsi les élèves travaillent en groupe en voyant ce qui se construit tout en ayant dans les mains les objets dont ils ont besoin pour construire ce mur virtuel). Soit les groupes se divisent de nouveau pour se répartir les tâches, soit ils construisent ensemble un document de travail (recherche de citations, commentaires) qui répond aux pistes de travail données. Certains élèves utilisent également leur smartphone pour aller sur Internet (sur Wikipédia surtout).

– Aujourd’hui j’ai créé un compte utilisateur sur le blog pour que les élèves puissent eux aussi « remplir » le classeur virtuel qu’est le blog.

Retour à ma lecture.

L’auteur explique l’expression de son titre et je l’applique à ma classe. Le mot classe ne convient plus puisqu’il porte l’image d’ordre au moment où au contraire les élèves s’éparpillent dans la salle, et s’éparpillent dans leurs documents de travail : le livre de de Gaulle, le Web via l’ordinateur ou le smartphone, des livres parascolaires. Je laisse traîner des dictionnaires papier qui ne sont pas utilisés, les élèves cherchent sur internet la signification de tel mot. Les doigts ne feuillettent plus que l’ouvrage de de Gaulle.

Je passe de groupe en groupe, je m’asseois à côté d’eux, j’écoute ce qu’ils ont à me dire.

Alors, ces « pratiques lettrées », qu’ont-elles de différent ?

* Les élèves ne prennent plus sous la dictée mes paroles d’évangile mais se servent de ce que je peux dire pour écrire leurs notes de travail.

* Les élèves se font confiance et me demandent de « vérifier » ce qu’ils font. Mon autorité est toujours là mais se manifeste différemment. Je ne suis plus la bouche d’ombre mais le tuteur.

* En démultipliant les supports, j’ai démultiplié les pratiques et démarches intellectuelles. C’est une « culture numérique » que nous construisons, faite de fragmentation, d’échanges, d’allers et retours vers des lieux (blogs, sites, twitter- je signale au passage cet article que j’ai trouvé aujourd’hui et qui date de 2009-, livre, copie), de déplacements des corps qui se rapprochent pour coopérer, se parler : la voix est permise.

Les outils, les corps, et la culture se répondent.  

Et bien sûr, signaler le podcast de l’émission Place de la Toile de Xavier de la Porte avec Milad Doueihi.

CRL 1 : Lire dans un monde numérique / chapitre 2 et billet 2

Rappel : Lire dans un monde numérique

Chapitre 2 : Qu’est-ce que lire ? 

La lecture dans ses deux dimensions courantes, non littéraires : lecture d’information et lecture de communication. Les changements opérés par le numérique permet d’interroger la représentation de l’acte de lire. 

[Et je m’interromps-au bout de trois pages- pour songer aux collègues qui m’écoutent avec condescendance lorsque j’évoque mes expériences sur Twitter. J’ouvre, aussi, une parenthèse sur quelque chose qui me trouble profondément. J’ai toujours eu à me justifier d’enseigner le latin et le grec, à justifier leur intérêt pédagogique, culturel, humaniste et humain. Depuis que je me suis lancée dans le numérique, que je suis formatrice et donc appelée à évoquer mon expérience et mes convictions sur la plus-value des TICE à l’école, je dois également me justifier, justifier et montrer que faire écrire sur un blog, c’est bien du travail, qui plus est inscrit dans l’apprentissage de la discipline. Quel paradoxe ! Lorsque j’enseigne Platon, je me justifie, lorsque j’enseigne la publication sur réseaux sociaux, je dois me justifier tout autant.

Alors quoi ? D’un extrême à l’autre, quelle est donc cette image que l’on se fait de l’école ? un moyen terme ? un vase clos ? Non, je plaide pour une école ouverte, pleine de son passé pour se graver dans la troisième langue qu’est le code qui me permet d’écrire en WYSIWYG.]

Students who are highly engaged in a wide range of reading activities are more likely
than other students to be effective learners and to perform well at school1.

 

Le terme « lire » est polysémique et engage un certain nombre de conduites personnelles et sociales, on se fait ainsi une représentation mentale de ce qui est lu, selon sa propre histoire (individuelle et sociale). Cette activité est soumise à un code de valeurs qui pèsent sur l’individu.

 A l’école, il y eut d’abord la lecture pour s’instruire puis celle pour divertir, or les nouveaux médias contraignent à revoir ces représentations et ces définitions. L’école doit donc se préoccuper davantage de la « lecture pour travailler » (p. 80) [Et effectivement, quelle place et quel rôle faire jouer au classeur ?]

Lecture sur écran : il paraît que la différence est purement subjective : article d’Actualitté.

 Reprise de ma lecture quelques jours plus tard…

 

Sitographie

Je renvoie à la catégorie « Lecture sociale » de Sobookonline, indispensable.

[Nouvelle interruption pour aller lire SoBookOnLine et La Feuille, je tombe sur l’article « Le lire et l’écrire : clôture, glissement et déconnexion » qui dit mieux et plus vite ce que je suis en train de lire dans ce chapitre 2, alors je passe au chapitre 3

[1]Pisa in focus

CRL1: Lire dans un monde numérique / chapitre 1 et billet 1

Expérience de lecture évolutive : ce billet se transformera ces prochains jours, quand il sera amendé au fil de ma lecture. Le fait que le billet soit publié avant d’être fini me semble particulièrement stimulant (pour l’auteur en tout cas, le lecteur peut réagir pour critiquer mes interprétations de lecture-je reformule et interprète, nécessairement, ne pouvant pas citer ni plagier : la forme et le droit m’obligent à une lecture différente et bien plus riche intellectuellement), à voir…

 

 

Compte-Rendu de Lecture n°1 : 

Lire dans un monde numérique,

sous la direction de Claire Bélisle, Avril 2011, Enssib

 Il est assez plaisant de lire ce livre sur  papier…

Chapitre 1 : « Quelques questions clé que pose la lecture sur écran », Christian Vandendorpe.

    Cette expérience de compte-rendu met en application, ou plutôt tend à rendre visible, ce que l’auteur du chapitre appelle la « lecture ergative« . Lire sur le web n’est pas comme lire un roman, qui vise à faire lire à son lecteur un texte papier du début à la fin, où la construction du texte est faite de façon à emmener son lecteur du premier au dernier mot, sans distraction. La lecture ergative, elle, est interrompue par les hypertextes, les découvertes faites au cours de la lecture, qui se nourrit de ses interruptions, et permet au lecteur de se faire dans le même mouvement écrivant. Ainsi, écrit Ch. Vandendorpe, cette lecture se rapproche de celle décrite par Montaigne, « à pièces décousues » (Essais, III, 3). [Se trouve résolu, peut-être, le problème de droit de reproduction d’extraits de ce livre, droit que je n’ai pas. Comment rendre compte de ce livre sans piller des phrases entières, plus exactes que le seraient mes reformulations ? En me mettant en scène, moi lectrice de ce livre. Et bien sûr, c’est le professeur de lettres qui réfléchit en même temps aux démarches et compétences mises en branle dans cette expérience : comment faire lire mes élèves et les faire rendre compte de leur lecture, je pense par exemple au tome III des Mémoires de de Gaulle qu’il va falloir leur faire lire : sous la férule ? elle n’y suffirait pas ? de cette façon, interrompue et collaborative ? plus certainement…] 

    Le chapitre balaie « les ravages présumés de l’écran » en rappelant le débat lancé par l’article « Is Google making us stupid? » (2008) de Nicholas Carr. La lecture « en profondeur » que regrette l’auteur de l’article n’est possible que pour un texte romanesque et est née, justement, de l’invention du codex et de l’introduction d’un espace entre les mots. Cette lecture en profondeur est considérée comme une lecture savante, par conséquent, une lecture qui papillonne serait-elle à tout coup une lecture débilitante, superficielle ? Eh non…

    Et vous, lecteur, qu’êtes-vous en train de faire en « lisant » cet article ? Le lisez-vous vraiment du tout début jusqu’à sa toute fin ? Je parie que non, votre oeil cherche d’abord à évaluer l’intérêt de s’arrêter ici un peu longuement, comme l’on fait d’un livre papier que l’on hésite à acheter et emprunter. La même approche de lecture donc : soupeser et évaluer si le rapport temps/ apport est valable.  Et je peux même vous aider à parcourir le ventre de mon article en ajoutant du gras. Mais je suis d’avis que ce « gras », s’il permet de choisir et décider de lire, gêne ensuite la lecture, en appuyant là où l’auteur le souhaite, contrairement peut-être à vos attentes et stimulations dans cet article. 

Je me rends compte, également, que pour une page lue, j’en serais facilement à plusieurs paragraphes. Lecture ergative, écriture infinie ? 

Ai annoncé sur Twitter mon expérience, réactions :

 

Voilà peut-être trois heures que j’ai commencé la publication de ce billet. Qu’ai-je fait en même temps ? J’ai écrit plusieurs mails, regardé d’un oeil (ou plutôt d’une oreille) le match de rugby (Australie/ Nouvelle-Zélande), corrigé une sitographie en ligne et fait des ajouts, inclus des liens dans cet article et donc les ai lus (parcourus), répondu à des tweets, me suis rendu compte qu’un seul billet pour un livre entier serait trop gros. Comme si le temps passé (3h) avait gonflé l’espace de ce billet. 

La phrase que j’ai envie de retenir : « Le contemporain a ainsi un accès permanent à une multitude de fragments narratifs qui lui suffisent le plus souvent à inscrire sa vie dans la durée et à en sublimer la banalité. »

Bibliographie :

  • Synthèse de l’enquête sur la lecture et les loisirs multimédia des collégien(ne)s et lycéen(ne)s. Enquête « Centre national du livre / Direction du livre et de la lecture » réalisée par Ithaque. Juin 2007.

  • Scan this book ! de Kévin Kelly, NYT, avril 2006

  • Internet rend-il bête ? Débat audio sur Télérama.fr, 23 juillet 2009 
  • >> sans l’avoir envisagé, je me retrouve à appliquer ce que Ch. Vandendorpe explique dans ce chapitre 1, l’écran permet un enrichissement sous plusieurs formats. L’écueil à éviter, et surtout auquel l’enseignant se doit de réfléchir, est la surcharge cognitive. On pourrait imaginer des exercices qui prennent appui sur cette surcharge (calculée et mesurée) pour faire acquérir des compétences (par exemple, la mémorisation non pas par coeur mais par reformulation personnelle). 

Ma propre bibliographie :