De la transmission des textes : de l’Antiquité à nos jours, comment donner à connaitre les oeuvres littéraires ? (1)

Notes de lecture (première partie)

  • Jean Irigoin, Le livre grec des origines à la Renaissance, BnF, 2001
  • L. D. Reynolds et N. G. Wilson, D’Homère à Érasme, la transmission des classiques grecs et latins, Éditions du CNRS, 1984 
  • Carnet d’A. Berra, « Philologie à venir », consulté le 20 février 2012 (ici)

Premières notes prises (à l’ordinateur)  sur le livre de J. Irigoin :


 

Introduction : histoire du livre, histoire littéraire et histoire se confondent.

Chapitre 1 : Athènes et la Grèce archaïque et classique

L’étude de la transmission des textes suppose une attention portée à :

–       l’oralité

–       l’écriture (alphabets et mise en page)

–       les supports

L’oralité :

Même fixée par écrit, la littérature reste orale, elle est destinée à être lue (les textes de philosophes lus leur permettent d’attirer de nouveaux auditeurs), représentée (sous  Lycurgue (?) les comédiens n’avaient pas le droit de déroger au texte écrit).

L’écriture :

Inventions pour fixer les oeuvres

Les alphabets : des signes pour prendre des notes

Mise en page : stichoi

Les supports :

Tablettes de cire (précisément, tablettes de bois en diptyque, recouvertes d’une couche de cire), ces tablettes pouvaient « servir de brouillon pour une oeuvre littéraire, mais ne permettai(ent) pas de transcrire l’oeuvre entière à l’intention d’un lecteur. » (p. 12)

Papyrus en papyrus/en cuir

Deux acteurs dans la transmission : la librairie et la bibliothèque.

Chapitre 2 : Alexandrie et le monde hellénistique (mort d’Alexandre à la bataille d’Actium)

Vers 295, fondation du Mousaion (bibliothèque dédiée aux Muses), Musée, sur les conseils d’un disciple d’Aristote, Démétrios. On copie les originaux et on renvoie les copies. Travail de classement et d’édition par comparaison des rouleaux reçus. 120 rouleaux recensent toute la production grecque poétique (archaïque et classique), environ 50 ans pour établir les textes. La répartition en « livres » se fait en fonction de la capacité d’un rouleau de papyrus, les oeuvres ne sont donc pas réparties selon des critères formels, mais plutôt thématiques. Enfin, explication de ces oeuvres jusque pendant la période byzantine.

Différence majeure : textes et commentaires sont sur des rouleaux différents ce qui permet deux niveaux de lecture (suivie ou attentive). Problème pour le lecteur : lire un rouleau exige les deux mains, comment faire pour lire ensemble texte et commentaire ?

Aristophane de Byzance crée l’esprit rude (aspiration) et doux d’après la lettre éta coupée en deux ; les accents pour indiquer que la voix monte ou/puis descend) ; les signes bref et long pour les voyelles.

L’écriture évolue dans le courant du IIIème s. av J.-C. par le passage de la pierre au rouleau, où l’on cherche à écrire en économisant les gestes à faire à l’aide du calame > les lettres tendent à se rapprocher de trois formes élémentaires, le cercle, le triangle et le carré ; l’écriture devient plus rapide.

Pour un texte théâtral, les répliques sont indiquées à l’aide d’un trait appelé paragraphos.

Apollonios de Rhodes (bibliothécaire du Musée) écrit un poème épique divisé en quatre parties, correspondant à la longueur d’un papyrus, soit plus de 1200 vers (contre 600 à 800 pour un chant d’Homère).

Conservation des livres ?

Couchés sur des rayonnages, dans des boîtes cylindriques ou triangulaires (quatre, trois, deux puis un rouleaux, d’où le goût des historiens pour les décades). Procédé pratique car les boites entassées tête bêche ne perdent pas de place.

Biblio :

Exposition BnF : l’aventure des écritures http://classes.bnf.fr/ecritures/

 La coupe de  Douris : 

http://www3.ac-clermont.fr/pedago/lettres/grec/manuel/sequence1/coupe.htm

Numérique, usages et élèves : qui éduque qui ?

J’évoque ici deux nouveautés dans ma vie de professeure : 

1. Une tablette en latin

Un de mes élèves a le bras en écharpe et s’est donc fait offrir une tablette pour prendre ses cours en notes.   D’autre part, nous travaillons avec le groupe sur le texte projeté au TNI que nous annotons via le logiciel du TNI. Les fonctionnalités utilisées sont ultra simples : copier-coller et souligner.

Extrait des Bucoliques examiné via le TNI
Extrait des Bucoliques examiné au TNI

 

Quant à l’élève muni de sa tablette, voici ce qu’il est capable de faire : 

Élève et tablette.
Notes de l’élève.

La comparaison des deux séries de photos montre de façon éloquente que l’écrit proposé met en évidence le travail en train de se faire : les couleurs codées (rouge pour le verbe, bleu pour le sujet et ses expansions, autres couleurs pour les compléments) viennent soutenir la réflexion ; dans le cas des couleurs adoptées par l’élève, les codes sont  les mêmes et correspondent à l’aboutissement de la réflexion puisqu’il affecte les mêmes couleurs à la traduction qu’il propose, même s’il commet quelques erreurs : regarder son texte coloré est comprendre sa démarche intellectuelle et l’aider à remédier à ses erreurs. 

Intérêt(s) du TNI ?

Le groupe travaille collégialement sur le texte ; si ce travail aurait pu être possible avec un simple vidéo-projecteur et même retro-projecteur, il n’en reste pas moins que l’utilisation de l’outil de projection est fort intéressant. La plus-value apportée par le TNI se situe dans le fait qu’il est intégré de fait au cours, puisque fixé au mur et donc omniprésent. C’est sa présence qui induit son utilité dans ce cas. Lorsqu’il fait défaut (à cause d’un problème quelconque de connexion), le tableau traditionnel est utilisé : c’est alors une activité qui redevient chronophage (recopier le texte) et éphémère (on est obligé d’effacer le texte), et le corps du professeur revient faire écran.

La problématique de la position du corps dans l’espace ne se pose pas ici : c’est le professeur qui annote le texte, assis au bureau, face aux élèves (qui ne sont que neuf), les élèves ont donc uniquement le texte sous les yeux (dans leur livre en papier et au TNI). Le corps s’efface pour laisser place au texte. Ce qui est recherché ici est donc une visualisation du texte second (traduction) en train de s’élaborer depuis le texte premier, avec effacement des corps, mais persistance de la voix et de la vue. L’effacement du corps du professeur est ici intéressante car il n’est possible, d’ordinaire ie sans TNI, que si le groupe est suffisamment capable de suivre par la simple audition. La vue vient soutenir la réflexion : on peut souligner et montrer grâce à la souris quelles parties du texte sont analysées et reliées, et expliquer pourquoi de façon visuelle, tout en maintenant le discours oral. La séance suivante, on projette ce texte (annoté ou non) et un élève peut mimer l’oral qu’il aura à présenter en rapprochant les groupes de mots à traduire. 

Ainsi, ce n’est pas le texte travaillé qui sera retenu, mais les notes prises par l’élève qui les partagera avec ses collègues. 

 

2. Des élèves qui publient sans l’aide de leur(s) professeur(s). 

 Dans le cadre d’une convention signée entre Sciences Po et le lycée, les élèves de Tle qui le souhaitent peuvent tenter, dans un premier temps, un oral d’admissibilité qui se fonde sur une revue de presse personnelle. Le groupe des élèves que nous suivons pour leur préparation à Sciences Po a créé un « groupe » sur Facebook dont le titre est « Solidarité is here ». Ils échangent à la fois des liens et des informations, et aiment à débattre de sujets d’actualité. La lecture de leurs « commentaires » se révèle passionnante car on est bien loin de l’image qu’on a souvent des « groupes de jeunes « sur Facebook, image réductrice s’il en est : il s’agit bien là d’un groupe qui collabore et qui s’est mis d’accord sur les usages que chacun doit observer (une discussion a porté sur la possibilité d’inclure ou pas d’autres élèves extérieurs au lycée). C’est ainsi une excellente occasion de constater à quel point la pratique dans les murs du lycée gagnerait à utiliser ce genre d’outils, qui se doivent, également, d’être le plus performants possible. Si Facebook est utilisé au détriment de l’ENT Lilie, c’est uniquement parce qu’il se révèle bien plus pratique pour un certain nombre de raisons, notamment celle de son efficacité. Voilà qui donne matière à réflexion dans le cadre de l’Éducation aux Médias.

Enfin, plusieurs élèves utilisent un compte Twitter qu’ils se sont créé par eux-mêmes pour pouvoir trouver des articles intéressants sur leur sujet de revue de presse et profiter des ressources trouvées par les professeurs qui utilisent avec eux leur propre compte Twitter. L’éducation aux médias, ce n’est pas l’école qui l’impose et les élèves qui s’y plient : c’est bien les élèves qui poussent la réflexion pédagogique des nouveaux outils qu’ils sont amenés à utiliser et qui poussent les adultes que nous sommes à l’être un peu moins, adultes (« arrivés au terme » étymologiquement) ; leurs professeurs ont un rôle de pédagogues, qui poussent et accompagnent. Ce sont donc les élèves qui éduquent leurs professeurs, comme l’enfant apprend à ses parents à l’être.

3. Constat et interrogations : les occasions de lire et d’écrire et de publier ces lectures et écritures sont semble-t-il démultipliées. Comment dès lors un professeur de lettres pourrait-il ne pas s’emparer de ces pratiques qui amènent tant de problématiques littéraires, abondamment commentées par les auteurs des siècles précédents et le siècle actuel ? Pour reprendre une expression employée par Milad Doueihi, on a bien affaire ici à des « pratiques lettrées », qui font (enfin?) coïncider les pratiques personnelles et professionnelles (= d’élèves) et celles des chercheurs-éditeurs-lecteurs. L’aplatissement, l’horizontalité permise par les nouveaux outils numériques est à exploiter en cours de lettres pour donner à chacun la chance d’écrire, de lire et de publier, à son niveau, et à sa convenance. N’est-ce pas là le but ultime de l’enseignement des Lettres ?

CRL 1 : Lire dans un monde numérique / chapitre 2 et billet 2

Rappel : Lire dans un monde numérique

Chapitre 2 : Qu’est-ce que lire ? 

La lecture dans ses deux dimensions courantes, non littéraires : lecture d’information et lecture de communication. Les changements opérés par le numérique permet d’interroger la représentation de l’acte de lire. 

[Et je m’interromps-au bout de trois pages- pour songer aux collègues qui m’écoutent avec condescendance lorsque j’évoque mes expériences sur Twitter. J’ouvre, aussi, une parenthèse sur quelque chose qui me trouble profondément. J’ai toujours eu à me justifier d’enseigner le latin et le grec, à justifier leur intérêt pédagogique, culturel, humaniste et humain. Depuis que je me suis lancée dans le numérique, que je suis formatrice et donc appelée à évoquer mon expérience et mes convictions sur la plus-value des TICE à l’école, je dois également me justifier, justifier et montrer que faire écrire sur un blog, c’est bien du travail, qui plus est inscrit dans l’apprentissage de la discipline. Quel paradoxe ! Lorsque j’enseigne Platon, je me justifie, lorsque j’enseigne la publication sur réseaux sociaux, je dois me justifier tout autant.

Alors quoi ? D’un extrême à l’autre, quelle est donc cette image que l’on se fait de l’école ? un moyen terme ? un vase clos ? Non, je plaide pour une école ouverte, pleine de son passé pour se graver dans la troisième langue qu’est le code qui me permet d’écrire en WYSIWYG.]

Students who are highly engaged in a wide range of reading activities are more likely
than other students to be effective learners and to perform well at school1.

 

Le terme « lire » est polysémique et engage un certain nombre de conduites personnelles et sociales, on se fait ainsi une représentation mentale de ce qui est lu, selon sa propre histoire (individuelle et sociale). Cette activité est soumise à un code de valeurs qui pèsent sur l’individu.

 A l’école, il y eut d’abord la lecture pour s’instruire puis celle pour divertir, or les nouveaux médias contraignent à revoir ces représentations et ces définitions. L’école doit donc se préoccuper davantage de la « lecture pour travailler » (p. 80) [Et effectivement, quelle place et quel rôle faire jouer au classeur ?]

Lecture sur écran : il paraît que la différence est purement subjective : article d’Actualitté.

 Reprise de ma lecture quelques jours plus tard…

 

Sitographie

Je renvoie à la catégorie « Lecture sociale » de Sobookonline, indispensable.

[Nouvelle interruption pour aller lire SoBookOnLine et La Feuille, je tombe sur l’article « Le lire et l’écrire : clôture, glissement et déconnexion » qui dit mieux et plus vite ce que je suis en train de lire dans ce chapitre 2, alors je passe au chapitre 3

[1]Pisa in focus