Pourquoi il faut apprendre à coder à tous nos élèves

Màj 6 : HTML a posté en commentaire un lien vers cet excellent dossier de FranceTV : merci ! Le HTML par lui-même.

Màj n°5 : Après une mise en quarantaine de quelques heures de cet article mal écrit, je le republie. Je dois le réécrire (je n’ai pas tout barré pour plus de lisibilité…) pour mieux m’exprimer et mieux expliquer qu’il n’est pas question d’enseigner le code comme une langue (même si je l’écris ci-après) mais qu’enseigner le numérique, en plus d’apporter la culture numérique essentielle à tous nos élèves, peut aider à faire acquérir certaines compétences et certains réflexes, notamment dans l’importance ou l’utilité à apporter à la forme visuelle du texte que l’on met en page, que cette mise en page a aussi un sens, qui se surajoute au sens de la langue. Mais je tâcherai plus ou moins rapidement d’expliquer cela à partir d’expériences concrètes.

Surtout, je renvoie au dossier tiré du séminaire PRECIP : Enseigner l’écriture numérique ? certainement bien meilleure argumentation que la mienne. Màj n°6 : on m’a signalé cet article « Coding – The new latin » de Rory Cellan-Jones, à lire !

Enfin, l’histoire de cet article montre, peut-être, cette « intelligence collective » évoquée régulièrement : j’ai en effet beaucoup appris grâce à vous et vous en remercie, notamment les commentateurs et -trices ci-après, ainsi que les personnes intervenues sur Twitter.

Enfin bis, il faudra que j’écrive quelque chose sur cette histoire d’endroit où l’on publie qui forcément impacte le discours (telle plate forme, en article ou en commentaire, ici ou sur Twitter, etc). 

_______

…et pas seulement à cliquer,

…et pas seulement aux élèves de la série scientifique qui en plus est la voie royale.

Je suis de plus en plus convaincue de l’importance et de l’utilité d’apprendre à coder à nos élèves, et particulièrement à ceux de la filière Littéraire. Non seulement important et utile, mais surtout urgent car c’est là que se joue la démocratisation du monde par le web, et du web par le monde, non pas dans la parole donnée à tous, mais dans le contenu de cette parole dont tout un chacun pourra faire un usage le plus raisonné possible.

Je parle en tant qu’ancienne élève de la filière A2, vous savez celle où il y avait le moins de maths possible…J’emploie donc le mot « coder » dans son sens le plus large, c’est-à-dire pouvoir toucher un peu ou tout entier aux fonctionnalités pour les maîtriser, ou au moins les comprendre. Jour après jour je me rends compte que le langage informatique me fait défaut, que le vocabulaire informatique me fait encore plus défaut, que l’histoire et la sociologie informatique me font défaut, bref, que je ne suis qu’en train de construire sur le tas et comme je peux ce que l’on appelle la culture numérique.

Quel intérêt pédagogique ?

  • à l’occasion de billets de blog ou de site sur wordpress, dotclear ou spip, sur lesquels on veut mettre un titre, insérer une image ou une vidéo, le plus efficace est d’insérer soi-même dans la partie html. Or quand je lis :

    <p>Voici le paragraphe que j’écris et que je signale comme étant un paragraphe, et pour ce faire, en étant rigoureux sur les espaces et signes utilisés, l’un n’équivalant pas à un autre</p>

    je vois exactement matérialisée la démarche intellectuelle mise en page, qui vient à l’appui de la démarche intellectuelle, que je m’acharne à inculquer à mes élèves sur la construction d’un paragraphe et surtout l’extrême importance de la rigueur dont il faut faire preuve pour rendre le discours efficace. Les balises sont en effet les phrases d’introduction et de conclusion du paragraphe, apparemment semblables et en fait différentes. Si vous ne fermez pas votre paragraphe, il n’y aura pas de paragraphe. Faire coder les élèves, c’est donc leur apprendre à écrire, c’est-à-dire leur apprendre la maîtrise raisonnée de la langue, et de la langue web puisque c’est là que se jouent les écrits à présent.

  • Il me semble qu’une autre qualité du code, outre la rigueur intellectuelle et scripturale qu’il suppose, la même que nous nous efforçons d’enseigner pour une orthographe un peu « ortho », est la démarche, celle du projet. On ne peut pas se lancer à écrire sans savoir ce que l’on veut obtenir. Il y a une nécessaire anticipation, une possible adaptation ensuite, un grand attachement à la forme qui est permis. Or plus on saura coder, plus on sera maître de cette forme. Plus on saura écrire, plus on sera maître et libre, aussi. Les points de conjonction sont très nombreux avec les problématiques littéraires pour ne pas vouloir coder en lettres.

  • Un autre aspect qui pourrait aider bien des élèves qui ont de grandes difficultés à le faire (et c’est là que tout se joue entre ceux qui « réussissent » et ceux qui font ce qu’ils peuvent), c’est la navigation entre concret et abstrait. Une ligne de code est à la fois très concrète (du chiffre, des signes) et très abstraite. Comme une phrase : repérer un mode verbal et comprendre son rendu (on imaginerait quelque chose qui puisse rendre la page WYSIWYG !) est du même ordre que de comprendre des signes de code.

  • Enfin, c’est un langage universel, et c’est la maîtrise parfaite de celui-ci qui fait que l’on peut le lire. Or, c’est aussi un aspect discriminant pour la langue, ceux qui seront capables de lire toutes les phrases, celles de Proust comprises, et ceux qui n’en seront pas capables. Faire comprendre les « signes » utilisés par Proust à l’aide du langage informatique ! Montrer du code, et dire c’est incompréhensible. Puis le décortiquer et admirer le résultat final ! Matérialisation possible d’une phrase proustienne… à rééecrire

  • C’est tout bonnement aussi une excellente façon de faire de la philosophie, de l’anglais, de l’histoire-géo, des lettres ! Un exemple, cette représentation spatiale de l’histoire de la philosophie publiée par Simon Raper qui explique comment il a procédé.

Quel intérêt éducatif ? L’orientation, parlons-en ! Ou comment réhabiliter, pour de vrai, la filière L…

Si l’on admet l’idée que nos élèves de L peuvent, éventuellement, faire des études littéraires…

  • du côté des Lettres, la recherche : depuis trente ans, les outils informatiques sont intégrés aux autres outils des chercheurs de sciences humaines pour améliorer la qualité et le nombre des trouvailles . Je prendrai un seul exemple, celui de la TEI qui permet d’éditer en ligne des textes de façon plus intéressante que la simple numérisation ou la simple copie sur traitement de texte. Or, à l’examen de cela, on voit bien que l’on n’a affaire à rien d’autre qu’à une explication de textes. Faire coder nos élèves de L, c’est donc bien les éduquer, les enrichir et, surtout, les prendre au sérieux (je repense à mes cours de maths de A2…). Pour asseoir l’autorité de mon discours, je renvoie à l’article de Wikipédia, très clair, MAJ n°4 à l’article de Marie-Anne Paveau, Professeure de linguistique, Linguistique et numérique, sur son blog La pensée du discours et au carnet d’Aurélien Berra, professeur de grec, Philologie à venir, et notamment à son article L’encodage, une pratique savante ?.

  • du côté des Lettres, la littérature : pour la démonstration, je renverrai au travail de Cécile Portier fait avec des élèves de lycée (ici), qui a fait utiliser des outils logiciels aux élèves pour une écriture littéraire, à celui de Pierre Ménard (Ses expériences d’écriture innovante ), et, bien sûr, au travail de François Bon (par exemple cet article, presque pris au hasard : adresse aux bibliothèques). Est-il besoin d’expliquer qu’un livre numérique n’est pas un livre numérisé, n’est pas un livre écrit sous traitement de texte, mais est bien numérique, c’est-à-dire construit dans le code, dont la forme, signifiante, est codée, inform-atis-ée par plus que les mots encore ? Quand je compare mon blog à celui d’auteurs qui touchent la matière, je vois une différence de formes, dans les phrases et dans l’aspect, la morphè. Alors ?

  • du côté des Lettres, la bibliothèque : sur Twitter, les professeurs parmi les plus actifs et les plus au fait sont, quel hasard, des professeurs-documentalistes. Mise à jour à 13h35 : un lecteur me signale que dans l’à propos du blog en question est spécifiée la volonté des auteurs de ne pas diffuser leur blog, bien qu’il soit public. Je tâche donc de remédier à ce très malheureux lien que j’avais trouvé via Twitter. Je renvoie à ce blog xxxx qui, justement, informe de façon pédagogique sur le web sémantique, et le travail des bibliothèques qui s’en trouve-ra encore modifié, comme chaque fois que le livre change.

  • du côté des journalistes : il y aurait d’un côté les journalistes, de l’autre les développeurs ? C’est de moins en moins vrai, ou de plus en plus compliqué. A nos élèves qui veulent être journalistes, je dirais volontiers : codez et décodez, c’est ce que vous avez de mieux à faire, et filez la métaphore ! C’est au site d’OWNI tout entier que je renvoie, à comparer avec d’autres journaux en ligne (« en ligne », pas numériques), par exemple cet article pédagogique sur les data.

Quel intérêt humain ?

A l’heure où l’on trouve à foison articles et publicités qui montrent à quel point les écrans et le numérique ont investi notre quotidien, à l’heure où l’on attend, surtout, le fameux Web sémantique (un adjectif qui renvoie à du littéraire, non?), nos élèves baignent dans un bain qui parfois, ou souvent, effraie leurs parents : ils sont en train d’apprendre à nager seuls, veillons à leur apprendre à naviguer. Et à apprendre avec eux, ce sera le meilleur service à leur rendre, faire chemin pour co-construire.

Evidemment, je ne prétends pas qu’il faille avoir le niveau de maîtrise des Informaticiens, que cela soit possible pour tout un chacun ; je sais bien qu’e cela demande des années d’études. Ce que je prétends, c’est que de la même façon que la société a considéré que même élève en A2 je devais recevoir des rudiments de maths, eh bien, même (et je dirais « surtout » assez volontiers) en filière L, il faut des cours de culture numérique. Et pas seulement pour les élèves de S, dont on sait bien qu’ils sont bien partis pour constituer l’élite.

Il me semble que nous, adultes de la communauté éducative, ne devons pas rater ce virage car nous sommes en train de former, sous d’excellentes intentions, malheureusement, des Ouvriers Spécialisés, qui cliquent dans tel ou tel logiciel (propriétaire, introduit à l’école et donc légitimé) au lieu de leur apprendre la difficile et âpre liberté. Je vois de plus en plus chez mes élèves ceux qui cliquent, consomment, prennent Google pour un site, idolâtrent Facebook, quand d’autres codent et refusent de s’inscrire sur tel site par précaution me disent-ils et préfèrent construire leur propre site. Si on lit cet article, au hasard (je l’ai trouvé ce matin) à propos du futur Google Now qui nous promet de n’avoir plus à penser ! – ne semble-t-il pas urgentissime de mettre la main à la pâte ? N’est-ce pas inscrit dans nos missions ? N’est-ce pas ce qui fonde notre responsabilité d’adulte ? d’être humain libre, ou cherchant à l’être ?

Mises à jour n°2 : un lecteur, @DavidBruant sur Twitter, me signale cet article de Sabine Blanc paru le 18 juin 2011  sur OWNI dont le titre est : Littéraires, le code est fait pour vous ! Je n’ai jamais qu’un an de retard sur cette journaliste 🙂

Je signale également cet article que je m’en veux de n’avoir pas cité dès la première mise en ligne, article écrit par Michel Guillou, Le numérique ça devrait être obligatoire.

Mise à jour n°3 : je signale aussi le très bel article « Le code et l’historien » de Frédéric Clavert, merci à lui, et pardon de ne pas l’avoir lu avant !


Comment faire travailler les élèves sans les torturer ?

Le titre joue sur les mots mais pour certains de mes élèves, dès qu’il s’agit de « passer à l’oral » ou de « rendre compte par écrit » d’une activité, c’est souvent une torture parfois humiliante. Tâcher de ne pas les soumettre à la question mais de (pro)poser les questions de maïeutique pédagogique.

Je vais donc leur proposer d’utiliser deux trois outils pour qu’ils travaillent sans s’en rendre compte, qu’ils se rendent compte après coup des compétences qu’ils sont en train de travailler.

 La science, J. Blanchard, Hôtel de Ville de Paris, Wikimedia

Mes élèves de BTS doivent apporter à la prochaine séance une photo d’un sportif ou d’un entraîneur de leur choix et expliquer pourquoi ils ont sélectionné cette photo et comment ils la lisent, quel sens ils lui donnent. Je compte les faire défiler au TNI, rassembler leurs photos tout en prenant des notes/faisant prendre des notes sur l’ordinateur : s’afficheront donc les notes prises en même temps que l’élève parlera : le danger étant de mobiliser la classe sur le texte et non sur l’élève. Mais on peut aussi envisager que tout le monde regarde le texte, l’élève orateur compris qui surveillera la façon dont son discours passera, ce qui constituera un entraînement à l’oral = comment suis-je compris ? Ensuite, nous rassemblerons photos et commentaires (dans un diapo par copier-coller), et tâcherons de les confronter pour commencer à assimiler la méthode de la synthèse (construction d’un tableau sous traitement de texte avec utilisation du copier-coller). Les élèves auront à écrire (sur leur propre feuille) une conclusion sur la problématique qui aura émergé d’après leur choix de photos (la question générale étant : Le sport, miroir de notre société ?).

Quant aux latinistes, je vais placer un élève devant le texte latin déjà traduit, j’aurai mis dans une « boîte à mots » (une fonction du logiciel du TNI) les différents éléments de la phrase qu’il devra mettre dans l’ordre en les regroupant comme à l’oral, ceci sous le regard vigilant des autres.

Et mes élèves de Terminale L écouteront trois exposés de dix minutes qui se feront, m’ont dit les élèves chargés de ces travaux, sous forme de diaporama. Que faire des autres, que leur faire faire ? Très souvent, ne sachant pas prendre de notes assez vite, ils demandent à la personne qui passe de répéter au point que parfois celle-ci se retrouve à dicter. Comme les exposés porteront sur la viole de gambe, les vanités et Orphée (nous sommes en train de travailler sur Tous les matins du monde), je pense que je demanderai d’écouter et de regarder, sans prendre de notes, puis nous choisirons collectivement une ou deux diapos par exposé que nous commenterons (moi à l’ordinateur ou un(e) élève si j’en repère un(e) qui sait taper vite) à l’aide de ce qui aura été retenu de l’exposé.

Mes objectifs devraient être atteints :

– prendre plaisir à se cultiver et à réfléchir

– faire travailler l’oral et la prise de notes

– faire travailler le plus possible d’élèves