Comment faire travailler les élèves sans les torturer ? Retour

Les cours annoncés ont donc eu lieu…et se sont passés d’une autre façon que prévue, bien sûr !

1. Les BTS ont effectivement apporté des photos publicitaires qui traitent du sport soit par la présence d’un sportif soit par l’entreprise commanditaire de la publicité. Ils les ont déposées via leur clé sur le bureau de l’ordinateur, nous les avons insérées dans un diaporama : chaque élève a dû analyser ses photos et justifier son choix puis examiner le lien avec le thème d’étude : le sport, miroir de notre société ? Puis nous avons écrit collectivement des notes au bas de chaque diapo.

Intérêt :

– travail d’oral et d’argumentation individuel.

– travail pour construire le diapo : faire se confronter les photos, soit dans des diapos successives, soit dans une même diapo pour mettre en valeur une opposition ou une ressemblance, afin de faire acquérir la démarche de la synthèse dont une des difficultés est de construire un discours reposant sur une véritable confrontation (un des critères majeurs de réussite relevé dans les consignes de correction donnée cette année pour le BTS CGO de l’Ile de France).

– travail collectif pour rédiger les notes, sans le problème de la langue puisque je faisais office de secrétaire.

– une partie des élèves étant absente, la trace disponible permet de comprendre la démarche  mise en oeuvre.

2. Les élèves de Terminale Littéraire : trois d’entre eux ont présenté un exposé.

* La première élève avait préparé un diapo très soigné sur la viole de gambe : insertion de son en fond, télécommande pour passer les diapos sans avoir à toucher l’ordinateur, donc elle faisait face à la classe mais lisait trop ses notes. Techniquement ce fut très réussi. Je lui demandai de refaire l’exposé en ne conservant que les trois points à retenir pour notre étude de Tous les matins du monde. Elle put ainsi les quitter. Je l’ai enregistrée pour qu’elle puisse s’entendre, pour que l’exercice soit « véritable » (il y aura des auditeurs) et pour conserver une trace sur le blog de la classe.

* La deuxième élève avait, elle, préparé une présentation d’un tableau et de l’extrait du film pour expliquer ce que sont les vanités.

* Le troisième fut l’élève étranger que nous recevons pendant un an dans la classe afin qu’il apprenne le français. Il n’a pas voulu du TNI mais du tableau blanc velleda. Et il sut mettre en oeuvre une interactivité cognitive avec son auditoire qui tomba sous le charme. Pour raconter l’histoire d’Orphée et d’Eurydice, il dessina au fur et à mesure au tableau les détails de ce qu’il racontait. Le public fut conquis et si attentif que tout le monde avait retenu cette histoire, toujours sans prendre de note. Ce qui donna cela (j’ai reproduit son dessin) :

Intérêt :

– la comparaison de fait entre la présentation sous forme de diaporama et la présentation « velleda » permet de bien insister sur ce fait : à chaque projet son outil, sa forme de discours.

– les travaux sur les compétences furent individuels pour les exposants et collectifs pour les auditeurs.

3. Les latinistes


  J’avais préparé une boîte à mots (fort long à faire, car il faut écrire chaque mot et l’ajouter manuellement) des dix premiers vers mais une mauvaise manipulation me l’a fait perdre, et le courage avec. Nous avons donc travaillé de façon moins originale et souligné les éléments de phrase à traduire :

Comment faire travailler les élèves sans les torturer ?

Le titre joue sur les mots mais pour certains de mes élèves, dès qu’il s’agit de « passer à l’oral » ou de « rendre compte par écrit » d’une activité, c’est souvent une torture parfois humiliante. Tâcher de ne pas les soumettre à la question mais de (pro)poser les questions de maïeutique pédagogique.

Je vais donc leur proposer d’utiliser deux trois outils pour qu’ils travaillent sans s’en rendre compte, qu’ils se rendent compte après coup des compétences qu’ils sont en train de travailler.

 La science, J. Blanchard, Hôtel de Ville de Paris, Wikimedia

Mes élèves de BTS doivent apporter à la prochaine séance une photo d’un sportif ou d’un entraîneur de leur choix et expliquer pourquoi ils ont sélectionné cette photo et comment ils la lisent, quel sens ils lui donnent. Je compte les faire défiler au TNI, rassembler leurs photos tout en prenant des notes/faisant prendre des notes sur l’ordinateur : s’afficheront donc les notes prises en même temps que l’élève parlera : le danger étant de mobiliser la classe sur le texte et non sur l’élève. Mais on peut aussi envisager que tout le monde regarde le texte, l’élève orateur compris qui surveillera la façon dont son discours passera, ce qui constituera un entraînement à l’oral = comment suis-je compris ? Ensuite, nous rassemblerons photos et commentaires (dans un diapo par copier-coller), et tâcherons de les confronter pour commencer à assimiler la méthode de la synthèse (construction d’un tableau sous traitement de texte avec utilisation du copier-coller). Les élèves auront à écrire (sur leur propre feuille) une conclusion sur la problématique qui aura émergé d’après leur choix de photos (la question générale étant : Le sport, miroir de notre société ?).

Quant aux latinistes, je vais placer un élève devant le texte latin déjà traduit, j’aurai mis dans une « boîte à mots » (une fonction du logiciel du TNI) les différents éléments de la phrase qu’il devra mettre dans l’ordre en les regroupant comme à l’oral, ceci sous le regard vigilant des autres.

Et mes élèves de Terminale L écouteront trois exposés de dix minutes qui se feront, m’ont dit les élèves chargés de ces travaux, sous forme de diaporama. Que faire des autres, que leur faire faire ? Très souvent, ne sachant pas prendre de notes assez vite, ils demandent à la personne qui passe de répéter au point que parfois celle-ci se retrouve à dicter. Comme les exposés porteront sur la viole de gambe, les vanités et Orphée (nous sommes en train de travailler sur Tous les matins du monde), je pense que je demanderai d’écouter et de regarder, sans prendre de notes, puis nous choisirons collectivement une ou deux diapos par exposé que nous commenterons (moi à l’ordinateur ou un(e) élève si j’en repère un(e) qui sait taper vite) à l’aide de ce qui aura été retenu de l’exposé.

Mes objectifs devraient être atteints :

– prendre plaisir à se cultiver et à réfléchir

– faire travailler l’oral et la prise de notes

– faire travailler le plus possible d’élèves