Ceci est un appel (à l’aide)

Depuis quelques mois maintenant, je suis plongée dans le numérique et dans la découverte de ce que sont les Digital Humanities. Je commence à lire par ci par là des articles et ouvrages sur l’utilisation de l’informatique/du « digital » dans les sciences humaines, et je trouve beaucoup de textes de réflexion sur les pratiques de chercheurs renouvelées grâce au numérique, mais beaucoup en Histoireet en Sciences Sociales, très peu en Littérature (je cherche des ressources autres que ce que l’on peut trouver sur Eduscol par exemple)2. Aussi, lancé-je cet appel à vous qui me lisez pour m’aider à trouver des références, des documents, des expériences qui me permettraient de constater soit que j’ai mal cherché soit que, effectivement, du côté des Lettres, peu de lignes bougent encore (alors que des personnes très bien et investies dans les Digital Humanities ont un cursus Lettres classiques ! Voilà qui me laisse rêveuse).

Je ferai une mise à jour ici avec vos ressources et/ou témoignages. 

1 je suis par exemple plongée dans la lecture de l’excellent Les historiens et l’informatique : un métier à réinventer de J.-P. Genet et A. Zorzi, Rome, 2011

2 je vois avec intérêt, par exemple, le programme de cette conférence : « We’re happy to announce that the preliminary conference schedule and programme overview for the upcoming DH 2012 at Hamburg University are now available ! From 16 to 20 July 2012 a total of 198 workshops, panels, papers and poster presentations have been scheduled – it’s truly bound to be a conference that lives up to its motto, “Digital Diversity – Cultures, Languages, Methods”! »

JiTP : de l’interactivité technico-pédagogique sous forme de journal collaboratif

A l’instar de Xavier de LaPorte (dans son excellente émission Place de la Toile et sur son non moins excellent site InternetActu), j’entame une série « Découvertes-Lecture de la semaine, ou du jour », c’est selon, nous verrons où nous irons. 

Grâce à un tweet de @DHNow publié ce jour

j’ai découvert le site JiTP the Journal of interactive technology & Pedagogy, promoting open scholarly discourse around critical and creative uses of technology in teaching, learning and research (ici) :

JiTP

 Site qui présente par sa forme (journal collaboratif, chacun est appelé à proposer ses expériences pédago-techniques) et son fond (description des projets eux-mêmes) un double intérêt.

Je ne suis pas bilingue, loin s’en faut, si bien que j’ai d’abord été sensible aux images et à la typographie, qui m’ont tout de suite plu. Les images d’abord :

– le crâne « logo » qui n’est pas sans rappeler l’étude d’un crâne humain de Leonard de Vinci. Le lien entre l’auteur du tweet DHNow et le site est immédiatement évident : des humanités multiples mais qui constituent (ou tendent à le faire) un même crâne, c’est-à-dire l’intellectuel, le  culturel et le sensible tout ensemble (en finir avec cette dichotomie manuel/intellectuel !).

Leonard de Vinci, étude d’un crâne humain, Wikimedia commons

– les captures d’écran d’objets : tablette, smartphones, de sites et d’application de géolocalisation (qui me font penser aux travaux de Cécile Portier dans son projet « Traques traces, tous taggés, tous localisés » – ici). Le lien entre culture et technologie dans un cadre pédagogique m’intéresse de suite puisque c’est sur quoi je tâche de travailler. L’article, assez long, fournit une description détaillée du projet et une réflexion sur lui, notamment sur la plus-value pour les étudiants :  la motivation et le plaisir semblent donc moteurs des apprentissages qui se sont appuyés sur une co-construction d’objets culturels nouveaux, qui mêlent technologie avancée et littérature, ceci dans un cadre local. On peut ainsi tirer l’exemple jusqu’à nous et reconnaitre nos problématiques dans le 2nd degré en France : histoire des arts par la dimension locale et culturelle du projet, humanités numériques dans ce travail technico-littéraire, qu’on peut dès lors désigner de numérique.

– les images qui montrent les élèves/étudiants au travail, et les graphiques qui témoignent de leur implication dans le projet. Le projet a donc associé à la fois différents champs (littérature et conception technologique d’une application pour iPhone/iPad) et différents acteurs : professeurs et étudiants. 

Le projet en question a eu lieu dans l’université de l’IOWA dont on remarque rapidement la mention UNESCO. Une rapide recherche me fait découvrir sur le site de l’UNESCO le « réseau des villes créatives » (ici et pour la liste des villes créatives reconnues) où l’on voit que cette ville est un véritable terreau d’auteurs : 

« Depuis 1955, les diplômés et le corps enseignant de l’université de l’Iowa ont gagné plus de 25 prix Pulitzer de la littérature. La ville d’Iowa a accueilli nombre d’auteurs célébres, dont Flannery O’Connor, Wallace Stegner et Kurt Vonnegut Jr. Le mondialement connu Iowa Writer’s Workshop fut le premier programme de Master des Beaux Arts en écriture créative. De nos jours, la culture littéraire de la ville continue de prospérer : les bibliothèques municipales ont plus de membres que la ville ne compte d’habitants. »

 Les objets utilisés n’ont donc pas été pur amusement et déviation de l’attention pour que les étudiants ne se rendent pas compte de l’effort à produire. Non, les objets ont eu une dimension culturelle et ont permis une étude et une écriture impossibles sans eux. Et c’est bien à cela qu’il faut tendre dans le déploiement des usages des TICE, et du numérique. Fonder la nécessité de l’objet dans sa dimension irremplaçable. Il s’est en effet agi de développer des outils pour produire des textes d’un nouveau genre, numériques. 

L’article du JiTP est intéressant dans la démarche et le point de vue, celui des Digital humanities, qu’il adopte :

– part d’investissement des étudiants dans le projet

– collaboration

– regroupement de champs et compétences différents.

Tout l’article est particulièrement intéressant, donc, car il présente une argumentation informée dont nous avons nous aussi besoin ici pour (continuer à) faire prendre conscience de l’intérêt de ce genre de pédagogie « interactive » et « participatoire ». 

« The “City of Lit” system framework consists of a web-based content editing interface, a development database containing in-progress content, a collection of websites that host full-length original content for a selection of authors, and a production database of public content which serves the mobile app. Authorized scholars and researchers can contribute to the collection from remote locations, using the web interface (figure 2) to enter data into the development database. Within the interface, students can view each other’s work-in-progress alongside the content of contributing scholars. Students and scholars, then, operate on equal and open terms within the project. Once material is approved by the editorial staff, data is reviewed and copied to the production database. »

Recently, scholars have begun to explore specific ways that mobile technology can serve as a platform for this participatory, problem-based pedagogy. David J. Radosevich and Patricia Kahn have showed the impact of using tablet technology and recording software to increase student engagement in their learning process.

 

Enfin, la somme de liens me renvoie encore et encore vers de nouvelles découvertes, de nouveaux documents. Work-in-progress à partir d’un premier work-in-progress. Du tweet jusqu’aux articles, c’est toute la beauté du Web qui se déploie dans ses dimensions culturelle (littérature et « humanités numériques ») et citoyenne (partage et liberté). Comme le web et la littérature numérique, ce travail de découverte n’est ni linéaire ni fini. C’est là ce qui fonde sa beauté. 

Lettres classiques et TIC: rime riche ?

Herculanum

Contrairement à une idée reçue assez tenace, une partie non négligeable de professeurs de Lettres classiques du second degré sont investis dans les TICE à l’école, c’est-à-dire qu’ils ont une utilisation personnelle et/ou professionnelle des TICE3 :

– pour construire leurs cours : recherches sur internet, documents multimédia (PréAO, Traitement de texte surtout) ;

– pour faire travailler leurs élèves : exerciseurs en ligne notamment.

D’autre part, on peut dresser une liste de liens, que ce soit des outils qui ont fait date (liste non exhaustive, uniquement fondée sur mes pratiques de professeur de collège puis de lycée, depuis maintenant plus de dix ans)1 ou des sites entiers :

Collatinus : merveilleux outil d’Yves Ouvrard qui permet par un simple copier-coller de dresser la liste du vocabulaire d’un texte latin (ici). Ce logiciel fut d’abord un logiciel à télécharger avant une version en ligne fort pratique, surtout quand on peut utiliser en même temps la version numérisée du Gaffiot sur Lexilogos, ou bien le pdf du Goelzer, ou le Gaffiot avec OCR (ici), ou bien encore le Bailly (liens sur Lexilogos). On évoque souvent l’intérêt des manuels numériques pour alléger les cartables, voilà une vraie avancée en termes de poids et d’ubiquité ici aussi (tous ceux qui ont planché sur une version latine dans un amphi de la Sorbonne aux tablettes n’excédant pas 50 cm me comprendront).

Carnet d’adresses

– D’Yves Ouvrard encore, une sitographie importante dans l’académie de Poitiers : ici. Jacques Julien, quant à lui, avait créé le Carnet d’adresses en langues anciennes sur le site de la Page des Lettres de L’Académie de Versailles (image ci-contre) qui l’a conservé non seulement pour son utilité mais aussi dans une démarche patrimoniale (ici). 

Musagora et Latine Loquere de Robert Delord, deux sites qu’on ne présente plus tant les richesses des ressources sont importantes. De même le site Hélios auquel a participé Dominique Augé : ici.

– Nous signalons l’excellent carnet « La question du latin » qui propose une table des matières du site et de l’enseignement de cette langue en France, à laquelle nous renvoyons car nous ne saurions faire mieux : ici.

– Marie-Anne Bernolle, Professeure de Lettres classiques en classe Préparatoire à Enghien, tient un blog pour ses élèves sur lequel elle explique comment elle utilise les Tice pour et avec ses élèves (ici). 

– Nombreux blogs de professeurs pour leurs élèves (je reviendrai sur ce sujet dans un autre billet).

J’arrête là cette liste qui, plus qu’exhaustive, se voulait éloquente (je n’ai pas évoqué les sites tels que Perseus ou Itinera Electronica, ce sera pour un autre billet)4. J’aime à raconter l’anecdote suivante de tel chef d’établissement qui, présentant les options de son établissement aux parents d’élèves, dit la phrase qui résonne encore à mes oreilles : « Et même en cours de Grec, les élèves vont en salle informatique ». Pourquoi « même en cours de grec » ? Il ne faudrait pas confondre l’objet d’étude avec les moyens de son étude. Comme dit  B. Devauchelle : « La temporalité des savoirs est celle des changements culturels et pas des changements techniques. »2

Fontaine Castalie à Delphes (photo personnelle)

L’utilisation des Tice dans ma pratique a consisté globalement :

– à sé-duire les élèves (se ducere, il faudrait utiliser le verbe métaphorique de la marine, « draguer ») : un diaporama pour présenter aux élèves de 6ème et de 4ème les options latin et grec m’ont valu l’année suivante un quart des effectifs du collège inscrits dans ces options. 

– à maintenir leur attention et motivation (telle la professeure du billet « Que forme le formateur ? »)

– seulement ensuite, avec le développement et le déploiement de salles multimédias, à faire travailler les élèves en autonomie. Mais je modère tout de suite cette expression, car j’ai longtemps cru faire travailler mes élèves en « autonomie » quand je ne les faisais travailler que seuls grâce à un parcours ultra balisé qui leur laissait rien moins que liberté de choix et de décision.

– Enfin, c’est vraiment les réseaux sociaux qui ont changé ces pratiques : voilà le coeur de l’argumentation. Il faudra démontrer, en tirant grand profit du livre cité de B. Devauchelle notamment, dans quelle mesure les lieux scolaires de savoirs (scolaires ?) sont modifiés et modifient les « usagers », prof et élèves, et leurs usages, donc leurs postures : toutes problématiques éminemment littéraires (étant entendu qu’en Lettres, comme ailleurs, on éduque un futur citoyen). 

1. Une fois encore je me prends comme objet d’étude, mais il se trouve que, par chance, j’ai commencé à exercer en 1997, mes pratiques ont donc suivi l’évolution d’internet et du web, et notamment son entrée progressive dans le champ scolaire. Je me souviens du premier stage que j’ai fait (Langues anciennes et TICE), animé par Jacques Julien et Chantal Bertagna, qui m’ont appris à rechercher une image dans Google, l’insérer dans une page de traitement de texte, à insérer des flèches, à utiliser dreamweaver…Il s’agissait alors surtout d’utiliser internet pour construire des ressources. Le deuxième stage un an plus tard proposait des activités à faire faire aux élèves : visite de sites, utilisation du CDRom Les Métamorphoses d’Ovide par exemple.

2. in Comment le numérique transforme les lieux de savoir, Paris, fypéditions, 2012, p. 57

3. Cette alternative « et/ou » constituera également largement l’objet de la réflexion.

4. Mise à jour : il faudra faire une liste à plusieurs entrées : une liste d’outils pour le professeur, une pour l’élève (distinction traditionnelle à dépasser je pense pour celle plus opérante de : outils construits par le monde éducatif/outils « extérieurs » utilisés dans les pratiques pédagogiques – je pense aux tablettes par exemple)

Que forme un formateur?

Réflexions à partir du livre de  J.-L. Rinaudo, TIC, éducation et psychanalyse, Ed. L’Harmattan, Paris, 2011

L’auteur y analyse (pp 57-58) la description qu’une professeure fait de son travail avec les élèves grâce aux TIC : 

« Ainsi, par l’intermédiaire de son site, elle « accroche » et « intéresse » les élèves y compris les plus en difficulté…. En rapprochant ces deux parties du discours, l’enseignante parait dire qu’elle permet aux plus faibles de réussir là où les meilleurs échouent. La croyance dans les vertus réparatrices de l’outil pour régler les difficultés scolaires ou les handicaps est souvent présente dans les discours des enseignants autour des technologies de communication, même si, le plus souvent, l’analyse montre combien cette croyance est illusoire. La technique que Nicole met en oeuvre lui assure probablement de maintenir une image de son identité professionnelle relativement satisfaisante car elle lui permet de relever deux défis importants auxquels ont à faire face les enseignants de collège : l’indiscipline et les difficultés scolaires. L’informatique rend la classe silencieuse et travailleuse. Pour elle, la puissance de la technique entre en résonance avec son fantasme de toute-puissance qui lui permet de s’assurer que le savoir qu’elle propose aux élèves est une bonne nourriture symbolique et, par là même, de s’assurer de sa propre bonté. » 

Pygmalion soumis aux désirs de son coeur, d'après Edward Burne-Jones

Voilà résumées en quelques phrases des problématiques qui me semblent particulièrement importantes. Car l’utilisation des TICE dans un cours n’est pas subordonnée à la maitrise de l’outil, comme je l’entends souvent dire par tel-le ou tel-le de mes collègues, regrettant de ne pas savoir se servir de tel logiciel. Elle est subordonnée au projet éditorial1 que l’on se donne. Si les outils TICE ne servent qu’à discipliner une classe, à la fasciner par le TNI par exemple (il ne faudrait surtout faire un cours comme une démonstration commerciale de tel constructeur), à la former selon un moule que l’on n’imagine pas être potentiellement malléable, alors surtout n’utilisons pas les TICE. Si les podcasts doivent recouvrir les voix, si les vidéos doivent immobiliser les élèves, si les images doivent cacher leur figure, si les textes scannés, importés, manipulés, doivent remplacer les fragments informes des élèves, alors surtout, n’utilisons pas les TICE. S’il ne s’agit que de faire un cours qui serait digne d’une visite d’inspecteur, la visite fantasmée bien sûr, qui consisterait à vouloir jouer une saynète où on serait le roi et où les spectateurs applaudiraient),  alors non, surtout pas tant d’argent dépensé, tant de partenariats conclus pour l’antithèse de ce que doit être et rester l’éducation.

L’auteur cite les travaux de R. Kaës2 (p. 60) : « (la pratique de formation est mobilisée par des fantasmes) qui concernent d’abord la création, la fabrication, le modelage d’êtres traités par l’inconscient comme des objets. » 

En revanche, si les TICE permettent aux élèves de se faire entendre, leur permettent de réfléchir à la portée (éthique, littéraire, philosophique…) de ce qu’ils disent et de ce qu’ils écrivent, de ce qu’ils recopient, citent, relaient, apprécient et dans quelles conditions (je pense encore et toujours aux réseaux sociaux), s’ils peuvent prendre des risques et oser, cela me parait non seulement urgent d’en faire usage, si le professeur doit éduquer des êtres humains qui vivent dans une société en mutation techno-philosophico-économico-sociologique, mais surtout passionnant et … gratifiant.

1. « Projet éditorial » car il me semble que l’on pourrait imaginer que le statut du professeur passe du correcteur à celui d’éditeur. Corriger des copies ne sert à rien s’il n’y a pas un après qui soit autre que la connaissance de la note. 

2. R. Kaës, « Quatre études sur la fantasmatique de la formation et le désir de former » in R. Kaës, D. Anzieu, L.-V. Thomas, Fantasme et formation, Paris, Dunod, 1984.

Work in progress

Bilan d’étape.

Je marque avec ce billet un tournant dans mon travail et dans la considération que j’y porte. Je le fais car il me semble que ce témoignage correspond à ma vision de ce que font les personnes se désignant comme faisant des Digital Humanities.

Manifeste des Digital Humanities, photo d'Open Edition

– Je viens de faire allusion à des propos tenus par Pierre Mounier et Aurélien Berra lors du séminaire de ce dernier (ici), paroles échangées entre ces deux chercheurs qui ont fait considérablement avancer mon travail car elles m’ont permis : 1. de me prendre au sérieux, d’accorder du crédit à ce que j’entreprends (prétendre montrer que le numérique dans l’enseignement des Lettres est à faire et à faire dans la perspective de travail s’insérant dans des processus des DH je préfère, à la relecture, barrer cette phrase incompréhensible, j’ai encore à avancer) 2. de com-prendre enfin ce que sont/font les Digital Humanists (conversation à propos du questionnaire : « who are you, Digital Humanists », que je vous encourage à remplir – ici). Si j’ai bien compris, le fait même d’être enseignant, d’utiliser des outils informatiques, d’assimiler une certaine culture numérique, de faire réfléchir à ces objets (dans leur polysémie), d’échanger via des canaux non institutionnels que sont Twitter et le blog, tout cela tresse une étoffe de DH – je commence seulement à tirer un des coins, du bout des doigts…

– Conversation avec @enklask hier qui fut organisée comme il le fallait : impulsion de ce doctorant en Histoire à l’EHESS qui m’a proposé de mettre à plat dans un café devant une bière (voilà un lieu de savoir que nous aimons particulièrement !), mettre à plat, donc, tout ce que je tournicote depuis juillet dernier, toutes les lectures sur papier et sur le web, toutes les paroles entendues à tel ou tel colloque (notamment Milad Doueihi à la BnF en janvier : « Pour un humanisme numérique », dont j’ai fait un petit compte rendu pour La Page des Lettres, ici ; le colloque Ecritech’ de Nice les 5 et 6 avril, compte rendu à suivre), tous les tweets lus. Benoît est en train de conclure sa thèse et j’ai beaucoup d’admiration pour son travail et ses méthodes de travail. J’ai la chance de le voir faire au quotidien, sa façon de lire et d’explorer une immense bibliographie, de prendre des notes, de comparer, d’apprécier, de ne pas réussir aussi. Son expérience et son talent ont permis hier un accouchement qui m’a délivrée de ce poids pour enfin voir les contours à donner à toutes mes data 🙂

– Echanges permanents sur Twitter avec notamment des personnes qui me font progresser dans plusieurs domaines, liés bien sûr : le travail lui-même, l’entreprise de l’écriture, la conscience de/la confiance en soi. Je crois que c’est vraiment ce qu’il se passe sur Twitter en termes d’échanges, de rapprochements, de confrontations, de découvertes qui me persuadent de cette inscrption dans les DH. Ce sont, notamment, Marie-Anne Paveau, Mélodie Faury, MilaSaintAnne, et François Bon. Je cite ci-dessous les carnets qui m’accompagnent, comme des livres dans une bibliothèque, indispensables soutiens. 

BiblioSitographie :

– Le blog de Pierre Mounier et de Marin Dacos : Homo numericus

– Le carnet d’Aurélien Berra annonçant le séminaire auquel j’ai eu la chance de participer mercredi dernier : Philologie à venir

– Le carnet de Benoît Kermoal : Enklask

– Le carnet de Marie-Anne Paveau : La pensée du discours

– Le carnet de Mélodie Faury : L’infusoir

– Le blog de MilaSaintAnne : C’est au pied du mur…

– Le tiers livre de François Bon, indispensable oeuvre : Le tiers livre

– Le site du Pnf de Lettres destiné à accompagner les colloques de novembre, année après année, dont j’assure les parties « en savoir plus » et « actualités » : Le rendez-vous des Lettres.

– Le carnet de Christian Jacob : Lieux De Savoir

– Le blog de Michel Guillou : ici

Tweet d’ @elizaleg qui vient à point nommé

– On trouve la photo du Manifeste des Digital Humanities ici et surtout là : THATcamp