CRL 1 : Lire dans un monde numérique / chapitre 2 et billet 2

Rappel : Lire dans un monde numérique

Chapitre 2 : Qu’est-ce que lire ? 

La lecture dans ses deux dimensions courantes, non littéraires : lecture d’information et lecture de communication. Les changements opérés par le numérique permet d’interroger la représentation de l’acte de lire. 

[Et je m’interromps-au bout de trois pages- pour songer aux collègues qui m’écoutent avec condescendance lorsque j’évoque mes expériences sur Twitter. J’ouvre, aussi, une parenthèse sur quelque chose qui me trouble profondément. J’ai toujours eu à me justifier d’enseigner le latin et le grec, à justifier leur intérêt pédagogique, culturel, humaniste et humain. Depuis que je me suis lancée dans le numérique, que je suis formatrice et donc appelée à évoquer mon expérience et mes convictions sur la plus-value des TICE à l’école, je dois également me justifier, justifier et montrer que faire écrire sur un blog, c’est bien du travail, qui plus est inscrit dans l’apprentissage de la discipline. Quel paradoxe ! Lorsque j’enseigne Platon, je me justifie, lorsque j’enseigne la publication sur réseaux sociaux, je dois me justifier tout autant.

Alors quoi ? D’un extrême à l’autre, quelle est donc cette image que l’on se fait de l’école ? un moyen terme ? un vase clos ? Non, je plaide pour une école ouverte, pleine de son passé pour se graver dans la troisième langue qu’est le code qui me permet d’écrire en WYSIWYG.]

Students who are highly engaged in a wide range of reading activities are more likely
than other students to be effective learners and to perform well at school1.

 

Le terme « lire » est polysémique et engage un certain nombre de conduites personnelles et sociales, on se fait ainsi une représentation mentale de ce qui est lu, selon sa propre histoire (individuelle et sociale). Cette activité est soumise à un code de valeurs qui pèsent sur l’individu.

 A l’école, il y eut d’abord la lecture pour s’instruire puis celle pour divertir, or les nouveaux médias contraignent à revoir ces représentations et ces définitions. L’école doit donc se préoccuper davantage de la « lecture pour travailler » (p. 80) [Et effectivement, quelle place et quel rôle faire jouer au classeur ?]

Lecture sur écran : il paraît que la différence est purement subjective : article d’Actualitté.

 Reprise de ma lecture quelques jours plus tard…

 

Sitographie

Je renvoie à la catégorie « Lecture sociale » de Sobookonline, indispensable.

[Nouvelle interruption pour aller lire SoBookOnLine et La Feuille, je tombe sur l’article « Le lire et l’écrire : clôture, glissement et déconnexion » qui dit mieux et plus vite ce que je suis en train de lire dans ce chapitre 2, alors je passe au chapitre 3

[1]Pisa in focus

CRL1: Lire dans un monde numérique / chapitre 1 et billet 1

Expérience de lecture évolutive : ce billet se transformera ces prochains jours, quand il sera amendé au fil de ma lecture. Le fait que le billet soit publié avant d’être fini me semble particulièrement stimulant (pour l’auteur en tout cas, le lecteur peut réagir pour critiquer mes interprétations de lecture-je reformule et interprète, nécessairement, ne pouvant pas citer ni plagier : la forme et le droit m’obligent à une lecture différente et bien plus riche intellectuellement), à voir…

 

 

Compte-Rendu de Lecture n°1 : 

Lire dans un monde numérique,

sous la direction de Claire Bélisle, Avril 2011, Enssib

 Il est assez plaisant de lire ce livre sur  papier…

Chapitre 1 : « Quelques questions clé que pose la lecture sur écran », Christian Vandendorpe.

    Cette expérience de compte-rendu met en application, ou plutôt tend à rendre visible, ce que l’auteur du chapitre appelle la « lecture ergative« . Lire sur le web n’est pas comme lire un roman, qui vise à faire lire à son lecteur un texte papier du début à la fin, où la construction du texte est faite de façon à emmener son lecteur du premier au dernier mot, sans distraction. La lecture ergative, elle, est interrompue par les hypertextes, les découvertes faites au cours de la lecture, qui se nourrit de ses interruptions, et permet au lecteur de se faire dans le même mouvement écrivant. Ainsi, écrit Ch. Vandendorpe, cette lecture se rapproche de celle décrite par Montaigne, « à pièces décousues » (Essais, III, 3). [Se trouve résolu, peut-être, le problème de droit de reproduction d’extraits de ce livre, droit que je n’ai pas. Comment rendre compte de ce livre sans piller des phrases entières, plus exactes que le seraient mes reformulations ? En me mettant en scène, moi lectrice de ce livre. Et bien sûr, c’est le professeur de lettres qui réfléchit en même temps aux démarches et compétences mises en branle dans cette expérience : comment faire lire mes élèves et les faire rendre compte de leur lecture, je pense par exemple au tome III des Mémoires de de Gaulle qu’il va falloir leur faire lire : sous la férule ? elle n’y suffirait pas ? de cette façon, interrompue et collaborative ? plus certainement…] 

    Le chapitre balaie « les ravages présumés de l’écran » en rappelant le débat lancé par l’article « Is Google making us stupid? » (2008) de Nicholas Carr. La lecture « en profondeur » que regrette l’auteur de l’article n’est possible que pour un texte romanesque et est née, justement, de l’invention du codex et de l’introduction d’un espace entre les mots. Cette lecture en profondeur est considérée comme une lecture savante, par conséquent, une lecture qui papillonne serait-elle à tout coup une lecture débilitante, superficielle ? Eh non…

    Et vous, lecteur, qu’êtes-vous en train de faire en « lisant » cet article ? Le lisez-vous vraiment du tout début jusqu’à sa toute fin ? Je parie que non, votre oeil cherche d’abord à évaluer l’intérêt de s’arrêter ici un peu longuement, comme l’on fait d’un livre papier que l’on hésite à acheter et emprunter. La même approche de lecture donc : soupeser et évaluer si le rapport temps/ apport est valable.  Et je peux même vous aider à parcourir le ventre de mon article en ajoutant du gras. Mais je suis d’avis que ce « gras », s’il permet de choisir et décider de lire, gêne ensuite la lecture, en appuyant là où l’auteur le souhaite, contrairement peut-être à vos attentes et stimulations dans cet article. 

Je me rends compte, également, que pour une page lue, j’en serais facilement à plusieurs paragraphes. Lecture ergative, écriture infinie ? 

Ai annoncé sur Twitter mon expérience, réactions :

 

Voilà peut-être trois heures que j’ai commencé la publication de ce billet. Qu’ai-je fait en même temps ? J’ai écrit plusieurs mails, regardé d’un oeil (ou plutôt d’une oreille) le match de rugby (Australie/ Nouvelle-Zélande), corrigé une sitographie en ligne et fait des ajouts, inclus des liens dans cet article et donc les ai lus (parcourus), répondu à des tweets, me suis rendu compte qu’un seul billet pour un livre entier serait trop gros. Comme si le temps passé (3h) avait gonflé l’espace de ce billet. 

La phrase que j’ai envie de retenir : « Le contemporain a ainsi un accès permanent à une multitude de fragments narratifs qui lui suffisent le plus souvent à inscrire sa vie dans la durée et à en sublimer la banalité. »

Bibliographie :

  • Synthèse de l’enquête sur la lecture et les loisirs multimédia des collégien(ne)s et lycéen(ne)s. Enquête « Centre national du livre / Direction du livre et de la lecture » réalisée par Ithaque. Juin 2007.

  • Scan this book ! de Kévin Kelly, NYT, avril 2006

  • Internet rend-il bête ? Débat audio sur Télérama.fr, 23 juillet 2009 
  • >> sans l’avoir envisagé, je me retrouve à appliquer ce que Ch. Vandendorpe explique dans ce chapitre 1, l’écran permet un enrichissement sous plusieurs formats. L’écueil à éviter, et surtout auquel l’enseignant se doit de réfléchir, est la surcharge cognitive. On pourrait imaginer des exercices qui prennent appui sur cette surcharge (calculée et mesurée) pour faire acquérir des compétences (par exemple, la mémorisation non pas par coeur mais par reformulation personnelle). 

Ma propre bibliographie :

Perdre position pour mettre en situation

Sur France Culture hier, quelqu’un a évoqué à propos de Lacan le da sein de Heidegger et a eu  ces mots : être là, non pas tant pour prendre position que mettre en situation. Je ne prétends pas « faire du Heidegger » en écrivant cet article mais je m’empare de cette expression, « mettre en situation » qui m’en rappelle d’autres du même acabit : par exemple celle de l’auteur d’un blog de réflexion sur le métier d’enseignant, qui parle « d’accompagner les élèves » et non de « faire classe », ou de tel autre qui dit qu’il faut laisser le paradigme « enseigner » au profit de « faire apprendre »(je crois qu’il s’agit de François Muller). Et me revient aussi cette antienne qui m’agace de la part de certains collègues devant toute nouveauté : « je n’ai pas été formée », la forme passive étant ô combien révélatrice.                                                          Carpeaux, La danse (1865-1869)

Ce jeu sur les mots est tout sauf creux, et constitue bien le coeur du réacteur dans le métier de professeur. Je crois que rester derrière mon bureau avec mes notes bien à plat a pu m’empêcher trop souvent de faire travailler mes élèves. Je me cantonnais à une impression : « le cours s’est bien passé », c’est-à-dire silence, participation (fût-elle minimale), longs discours. Mais les élèves ont-ils progressé ? En savoir, probablement, comme on lit un document. Mais en savoir-faire ? Le devoir le montrerait mais est-ce le rôle de l’évaluation des élèves d’évaluer le professeur ?

Utiliser les TICE, c’est donc, à mon sens, décider de perdre cette position assurée et souveraine et accepter de prendre le risque de se mettre en situation de pédagogue, qui pousse et propulse, et non qui tire dix mètres devant son troupeau (au sens le plus noble, virgilien, du berger qui n’a qu’attention pour ses brebis – je pense à cet excellent article de Monique Legrand sur l’étymologie du mot pédagogue gardien de troupeau). Se mettre dans une situation où je cherche à ne pas laisser certaines brebis plus faibles s’égarer pour ne penser qu’à la sauvegarde du troupeau mais faire avancer tout le monde, chacun à sa façon. 

Et maintenant ? J’ai perdu, laissé, délaissé, ma position (ou la position que j’ai cru devoir être la mienne, position trop élevée et éloignée), plus question de rester posée à m’ankyloser, et ankyloser, mais faire les pas de danse devant le TNI et dans la salle, et inventer des situations qui invitent les élèves dans cette chorégraphie. Le dire et y réfléchir est déjà un grand pas de côté, du côté des élèves.