Comment faire travailler les élèves sans les torturer ? Retour

Les cours annoncés ont donc eu lieu…et se sont passés d’une autre façon que prévue, bien sûr !

1. Les BTS ont effectivement apporté des photos publicitaires qui traitent du sport soit par la présence d’un sportif soit par l’entreprise commanditaire de la publicité. Ils les ont déposées via leur clé sur le bureau de l’ordinateur, nous les avons insérées dans un diaporama : chaque élève a dû analyser ses photos et justifier son choix puis examiner le lien avec le thème d’étude : le sport, miroir de notre société ? Puis nous avons écrit collectivement des notes au bas de chaque diapo.

Intérêt :

– travail d’oral et d’argumentation individuel.

– travail pour construire le diapo : faire se confronter les photos, soit dans des diapos successives, soit dans une même diapo pour mettre en valeur une opposition ou une ressemblance, afin de faire acquérir la démarche de la synthèse dont une des difficultés est de construire un discours reposant sur une véritable confrontation (un des critères majeurs de réussite relevé dans les consignes de correction donnée cette année pour le BTS CGO de l’Ile de France).

– travail collectif pour rédiger les notes, sans le problème de la langue puisque je faisais office de secrétaire.

– une partie des élèves étant absente, la trace disponible permet de comprendre la démarche  mise en oeuvre.

2. Les élèves de Terminale Littéraire : trois d’entre eux ont présenté un exposé.

* La première élève avait préparé un diapo très soigné sur la viole de gambe : insertion de son en fond, télécommande pour passer les diapos sans avoir à toucher l’ordinateur, donc elle faisait face à la classe mais lisait trop ses notes. Techniquement ce fut très réussi. Je lui demandai de refaire l’exposé en ne conservant que les trois points à retenir pour notre étude de Tous les matins du monde. Elle put ainsi les quitter. Je l’ai enregistrée pour qu’elle puisse s’entendre, pour que l’exercice soit « véritable » (il y aura des auditeurs) et pour conserver une trace sur le blog de la classe.

* La deuxième élève avait, elle, préparé une présentation d’un tableau et de l’extrait du film pour expliquer ce que sont les vanités.

* Le troisième fut l’élève étranger que nous recevons pendant un an dans la classe afin qu’il apprenne le français. Il n’a pas voulu du TNI mais du tableau blanc velleda. Et il sut mettre en oeuvre une interactivité cognitive avec son auditoire qui tomba sous le charme. Pour raconter l’histoire d’Orphée et d’Eurydice, il dessina au fur et à mesure au tableau les détails de ce qu’il racontait. Le public fut conquis et si attentif que tout le monde avait retenu cette histoire, toujours sans prendre de note. Ce qui donna cela (j’ai reproduit son dessin) :

Intérêt :

– la comparaison de fait entre la présentation sous forme de diaporama et la présentation « velleda » permet de bien insister sur ce fait : à chaque projet son outil, sa forme de discours.

– les travaux sur les compétences furent individuels pour les exposants et collectifs pour les auditeurs.

3. Les latinistes


  J’avais préparé une boîte à mots (fort long à faire, car il faut écrire chaque mot et l’ajouter manuellement) des dix premiers vers mais une mauvaise manipulation me l’a fait perdre, et le courage avec. Nous avons donc travaillé de façon moins originale et souligné les éléments de phrase à traduire :

Comment faire travailler les élèves sans les torturer ?

Le titre joue sur les mots mais pour certains de mes élèves, dès qu’il s’agit de « passer à l’oral » ou de « rendre compte par écrit » d’une activité, c’est souvent une torture parfois humiliante. Tâcher de ne pas les soumettre à la question mais de (pro)poser les questions de maïeutique pédagogique.

Je vais donc leur proposer d’utiliser deux trois outils pour qu’ils travaillent sans s’en rendre compte, qu’ils se rendent compte après coup des compétences qu’ils sont en train de travailler.

 La science, J. Blanchard, Hôtel de Ville de Paris, Wikimedia

Mes élèves de BTS doivent apporter à la prochaine séance une photo d’un sportif ou d’un entraîneur de leur choix et expliquer pourquoi ils ont sélectionné cette photo et comment ils la lisent, quel sens ils lui donnent. Je compte les faire défiler au TNI, rassembler leurs photos tout en prenant des notes/faisant prendre des notes sur l’ordinateur : s’afficheront donc les notes prises en même temps que l’élève parlera : le danger étant de mobiliser la classe sur le texte et non sur l’élève. Mais on peut aussi envisager que tout le monde regarde le texte, l’élève orateur compris qui surveillera la façon dont son discours passera, ce qui constituera un entraînement à l’oral = comment suis-je compris ? Ensuite, nous rassemblerons photos et commentaires (dans un diapo par copier-coller), et tâcherons de les confronter pour commencer à assimiler la méthode de la synthèse (construction d’un tableau sous traitement de texte avec utilisation du copier-coller). Les élèves auront à écrire (sur leur propre feuille) une conclusion sur la problématique qui aura émergé d’après leur choix de photos (la question générale étant : Le sport, miroir de notre société ?).

Quant aux latinistes, je vais placer un élève devant le texte latin déjà traduit, j’aurai mis dans une « boîte à mots » (une fonction du logiciel du TNI) les différents éléments de la phrase qu’il devra mettre dans l’ordre en les regroupant comme à l’oral, ceci sous le regard vigilant des autres.

Et mes élèves de Terminale L écouteront trois exposés de dix minutes qui se feront, m’ont dit les élèves chargés de ces travaux, sous forme de diaporama. Que faire des autres, que leur faire faire ? Très souvent, ne sachant pas prendre de notes assez vite, ils demandent à la personne qui passe de répéter au point que parfois celle-ci se retrouve à dicter. Comme les exposés porteront sur la viole de gambe, les vanités et Orphée (nous sommes en train de travailler sur Tous les matins du monde), je pense que je demanderai d’écouter et de regarder, sans prendre de notes, puis nous choisirons collectivement une ou deux diapos par exposé que nous commenterons (moi à l’ordinateur ou un(e) élève si j’en repère un(e) qui sait taper vite) à l’aide de ce qui aura été retenu de l’exposé.

Mes objectifs devraient être atteints :

– prendre plaisir à se cultiver et à réfléchir

– faire travailler l’oral et la prise de notes

– faire travailler le plus possible d’élèves

Comment faire lire du latin ?

Le danger des classes à examen est, à mon sens et pour ce qui me concerne, de tomber dans le bachotage et d’oublier qu’il y a une vie après. Une vie où les élèves n’étudieront peut-être plus cette langue au cours de leurs études. Alors, réduire cette année à l’accumulation de textes et de connaissances sur ces extraits en laissant, faute de temps, tous les autres me semble très frustrant et très gênant.

Les élèves ont au programme Les Bucoliques de Virgile dont ils doivent avoir traduit des extraits et lu l’ensemble, en français. Devant un tel texte, je me disais qu’il pouvait être fort intéressant de le leur faire lire en latin. De baigner dans le texte virgilien et s’y trouver bien. A un moment où les élèves vivent peut-être leurs dernières heures de latinistes, les initier au chant du « cygne de Mantoue », « chant de l’âme qui remonte en mourant dans la joie de la pureté céleste » (Alain Michel, La parole et la beauté, Albin Michel, 1994, p. 84), rien de moins. 

Comment faire ?  La première démarche fut de trouver des ressources accessibles sur le net (voir un précédent billet), par exemple une édition annotée consultable dans Google Books, mais elle est assez peu maniable et ne correspond pas exactement à mon objectif de les faire lire dans le texte de façon autonome. C’est grâce à la magique Sérendipité (il faudrait quelque jour dresser un panthéon numérique) que j’ai découvert ce carnet d’Hypothèses « La question du latin » du sociologue Philippe Cibois qui propose l’indentation de la première églogue de Virgile. Les vers sont reproduits de telle façon qu’il faut lire de gauche à droite et de haut en bas ou de bas en haut simultanément. J’ai proposé à mes élèves d’essayer de lire les premiers vers ainsi mis en page mais ils ne comprenaient pas la démarche. Voici qu’un bouton de mon TNI me servit alors que je n’en voyais pas jusque-là la grande utilité, celui du cache, sorte de rideau que l’on tire de gauche à droite, ou de haut en bas etc (voir l’image).

Bien sûr, la manipulation aurait été possible au retro-projecteur ou même à la main avec une feuille blanche sur une feuille blanche.

Sauf que :

– il m’aurait fallu prévoir le temps de déplacer le rétro-projecteur jusqu’à ma salle, et tout professeur sait quelle gestion c’est de courir après le matériel avec ses élèves dans le couloir ou dans la classe ;

– pour l’utiliser au rétro-projecteur, il aurait fallu d’abord l’imprimer et commencer à contrevenir aux droits-d’auteur ;

– ouvrir la page du blog de P. Cibois, et donc le montrer aux élèves et l’évoquer un court instant, ouvrir le logiciel du TNI et cliquer sur le bouton pour ensuite dérouler le texte, ceci ne prit que quelques instants, instants où il y eut une mise en appétit, un effet d’attente (toujours songer à la dimension théâtrale du cours) et enfin une découverte. 

Mais :

– les élèves ont eu malgré tout du mal et ont eu d’abord besoin de recourir à la bonne vieille méthode de recherche du verbe, du sujet, etc. 

– ce fut seulement ensuite qu’ils revinrent à l’indentation proposée. 

Ainsi, mon objectif est de leur faire indenter un passage sur traitement de texte en leur demandant non de traduire mot à mot mais d’abord de justifier leur choix et de le proposer aux autres.

A suivre…

Syndrome de l’Himalaya

J’en suis au moment où l’on se trouve devant la montée à effectuer, où l’on se demande si l’on est si bien équipé que cela, où l’on regarde les autres plus haut qui tendent la main, mais qu’elle semble loin, où l’on se demande si le sommet existe et s’il ne nous narguera pas trop.

Pour préparer la matière de ce Master 2, je cherche des activités TICE.

Pour rendre mes cours intéressants tout de suite, je cherche des activités TICE.

Surtout, pour mettre les élèves en chemin vers leurs objectifs, je cherche des activités TICE.

Or, je me rends compte que chercher des activités TICE revient systématiquement à trouver des activités pédagogiquement intéressantes, si bien que l’outil me fait trouver des voies que je n’aurais pas forcément cherché à explorer sans lui.

Deux exemples :

– nécessité de faire travailler tout de suite, sans mal et avec profit mes élèves de BTS. Idées trouvées : lectures d’images publicitaires (on commence à travailler l’exercice de synthèse dont le corpus contient une image, où il faut observer, rendre compte et confronter) pour lancer la réflexion sur le thème du sport.

– exploiter au maximum la créativité de mes élèves de latin de Terminale, justement l’année du Bac où l’on aurait tendance à bucher bachoter plutot qu’à créer inventer. Idée trouvée : les faire twitter en latin pour un travail sur la langue, mais aussi pour les faire exprimer leur passion (pour certain-e-s) pour la littérature et pour tenter de rencontrer un public de façon à atteindre un objectif : donner envie aux générations futures de faire du latin. Eh oui, rien que cela.

Quelle conclusion tirer ? Il faut parfois commencer par enfiler les sandales avant de savoir quel souffle d’air nous portera.

NB : merci à M.-A. Paveau pour son expression que j’ai utilisée en titre.