Ceci est-il un non-carnet ?

De quoi ce carnet est-il le nom ?

Même si j’aime assez peu l’expression, je trouve que commencer cet article par « De quoi ce carnet est-il le nom ? » constituerait une bonne entrée en matière. Utiliser le conditionnel ou le futur, mais à jamais le passé, aussi. Continuer la lecture de Ceci est-il un non-carnet ?

Ceci est un appel (à l’aide)

Depuis quelques mois maintenant, je suis plongée dans le numérique et dans la découverte de ce que sont les Digital Humanities. Je commence à lire par ci par là des articles et ouvrages sur l’utilisation de l’informatique/du « digital » dans les sciences humaines, et je trouve beaucoup de textes de réflexion sur les pratiques de chercheurs renouvelées grâce au numérique, mais beaucoup en Histoireet en Sciences Sociales, très peu en Littérature (je cherche des ressources autres que ce que l’on peut trouver sur Eduscol par exemple)2. Aussi, lancé-je cet appel à vous qui me lisez pour m’aider à trouver des références, des documents, des expériences qui me permettraient de constater soit que j’ai mal cherché soit que, effectivement, du côté des Lettres, peu de lignes bougent encore (alors que des personnes très bien et investies dans les Digital Humanities ont un cursus Lettres classiques ! Voilà qui me laisse rêveuse).

Je ferai une mise à jour ici avec vos ressources et/ou témoignages. 

1 je suis par exemple plongée dans la lecture de l’excellent Les historiens et l’informatique : un métier à réinventer de J.-P. Genet et A. Zorzi, Rome, 2011

2 je vois avec intérêt, par exemple, le programme de cette conférence : « We’re happy to announce that the preliminary conference schedule and programme overview for the upcoming DH 2012 at Hamburg University are now available ! From 16 to 20 July 2012 a total of 198 workshops, panels, papers and poster presentations have been scheduled – it’s truly bound to be a conference that lives up to its motto, “Digital Diversity – Cultures, Languages, Methods”! »

Lettres classiques et TIC: rime riche ?

Herculanum

Contrairement à une idée reçue assez tenace, une partie non négligeable de professeurs de Lettres classiques du second degré sont investis dans les TICE à l’école, c’est-à-dire qu’ils ont une utilisation personnelle et/ou professionnelle des TICE3 :

– pour construire leurs cours : recherches sur internet, documents multimédia (PréAO, Traitement de texte surtout) ;

– pour faire travailler leurs élèves : exerciseurs en ligne notamment.

D’autre part, on peut dresser une liste de liens, que ce soit des outils qui ont fait date (liste non exhaustive, uniquement fondée sur mes pratiques de professeur de collège puis de lycée, depuis maintenant plus de dix ans)1 ou des sites entiers :

Collatinus : merveilleux outil d’Yves Ouvrard qui permet par un simple copier-coller de dresser la liste du vocabulaire d’un texte latin (ici). Ce logiciel fut d’abord un logiciel à télécharger avant une version en ligne fort pratique, surtout quand on peut utiliser en même temps la version numérisée du Gaffiot sur Lexilogos, ou bien le pdf du Goelzer, ou le Gaffiot avec OCR (ici), ou bien encore le Bailly (liens sur Lexilogos). On évoque souvent l’intérêt des manuels numériques pour alléger les cartables, voilà une vraie avancée en termes de poids et d’ubiquité ici aussi (tous ceux qui ont planché sur une version latine dans un amphi de la Sorbonne aux tablettes n’excédant pas 50 cm me comprendront).

Carnet d’adresses

– D’Yves Ouvrard encore, une sitographie importante dans l’académie de Poitiers : ici. Jacques Julien, quant à lui, avait créé le Carnet d’adresses en langues anciennes sur le site de la Page des Lettres de L’Académie de Versailles (image ci-contre) qui l’a conservé non seulement pour son utilité mais aussi dans une démarche patrimoniale (ici). 

Musagora et Latine Loquere de Robert Delord, deux sites qu’on ne présente plus tant les richesses des ressources sont importantes. De même le site Hélios auquel a participé Dominique Augé : ici.

– Nous signalons l’excellent carnet « La question du latin » qui propose une table des matières du site et de l’enseignement de cette langue en France, à laquelle nous renvoyons car nous ne saurions faire mieux : ici.

– Marie-Anne Bernolle, Professeure de Lettres classiques en classe Préparatoire à Enghien, tient un blog pour ses élèves sur lequel elle explique comment elle utilise les Tice pour et avec ses élèves (ici). 

– Nombreux blogs de professeurs pour leurs élèves (je reviendrai sur ce sujet dans un autre billet).

J’arrête là cette liste qui, plus qu’exhaustive, se voulait éloquente (je n’ai pas évoqué les sites tels que Perseus ou Itinera Electronica, ce sera pour un autre billet)4. J’aime à raconter l’anecdote suivante de tel chef d’établissement qui, présentant les options de son établissement aux parents d’élèves, dit la phrase qui résonne encore à mes oreilles : « Et même en cours de Grec, les élèves vont en salle informatique ». Pourquoi « même en cours de grec » ? Il ne faudrait pas confondre l’objet d’étude avec les moyens de son étude. Comme dit  B. Devauchelle : « La temporalité des savoirs est celle des changements culturels et pas des changements techniques. »2

Fontaine Castalie à Delphes (photo personnelle)

L’utilisation des Tice dans ma pratique a consisté globalement :

– à sé-duire les élèves (se ducere, il faudrait utiliser le verbe métaphorique de la marine, « draguer ») : un diaporama pour présenter aux élèves de 6ème et de 4ème les options latin et grec m’ont valu l’année suivante un quart des effectifs du collège inscrits dans ces options. 

– à maintenir leur attention et motivation (telle la professeure du billet « Que forme le formateur ? »)

– seulement ensuite, avec le développement et le déploiement de salles multimédias, à faire travailler les élèves en autonomie. Mais je modère tout de suite cette expression, car j’ai longtemps cru faire travailler mes élèves en « autonomie » quand je ne les faisais travailler que seuls grâce à un parcours ultra balisé qui leur laissait rien moins que liberté de choix et de décision.

– Enfin, c’est vraiment les réseaux sociaux qui ont changé ces pratiques : voilà le coeur de l’argumentation. Il faudra démontrer, en tirant grand profit du livre cité de B. Devauchelle notamment, dans quelle mesure les lieux scolaires de savoirs (scolaires ?) sont modifiés et modifient les « usagers », prof et élèves, et leurs usages, donc leurs postures : toutes problématiques éminemment littéraires (étant entendu qu’en Lettres, comme ailleurs, on éduque un futur citoyen). 

1. Une fois encore je me prends comme objet d’étude, mais il se trouve que, par chance, j’ai commencé à exercer en 1997, mes pratiques ont donc suivi l’évolution d’internet et du web, et notamment son entrée progressive dans le champ scolaire. Je me souviens du premier stage que j’ai fait (Langues anciennes et TICE), animé par Jacques Julien et Chantal Bertagna, qui m’ont appris à rechercher une image dans Google, l’insérer dans une page de traitement de texte, à insérer des flèches, à utiliser dreamweaver…Il s’agissait alors surtout d’utiliser internet pour construire des ressources. Le deuxième stage un an plus tard proposait des activités à faire faire aux élèves : visite de sites, utilisation du CDRom Les Métamorphoses d’Ovide par exemple.

2. in Comment le numérique transforme les lieux de savoir, Paris, fypéditions, 2012, p. 57

3. Cette alternative « et/ou » constituera également largement l’objet de la réflexion.

4. Mise à jour : il faudra faire une liste à plusieurs entrées : une liste d’outils pour le professeur, une pour l’élève (distinction traditionnelle à dépasser je pense pour celle plus opérante de : outils construits par le monde éducatif/outils « extérieurs » utilisés dans les pratiques pédagogiques – je pense aux tablettes par exemple)

Que forme un formateur?

Réflexions à partir du livre de  J.-L. Rinaudo, TIC, éducation et psychanalyse, Ed. L’Harmattan, Paris, 2011

L’auteur y analyse (pp 57-58) la description qu’une professeure fait de son travail avec les élèves grâce aux TIC : 

« Ainsi, par l’intermédiaire de son site, elle « accroche » et « intéresse » les élèves y compris les plus en difficulté…. En rapprochant ces deux parties du discours, l’enseignante parait dire qu’elle permet aux plus faibles de réussir là où les meilleurs échouent. La croyance dans les vertus réparatrices de l’outil pour régler les difficultés scolaires ou les handicaps est souvent présente dans les discours des enseignants autour des technologies de communication, même si, le plus souvent, l’analyse montre combien cette croyance est illusoire. La technique que Nicole met en oeuvre lui assure probablement de maintenir une image de son identité professionnelle relativement satisfaisante car elle lui permet de relever deux défis importants auxquels ont à faire face les enseignants de collège : l’indiscipline et les difficultés scolaires. L’informatique rend la classe silencieuse et travailleuse. Pour elle, la puissance de la technique entre en résonance avec son fantasme de toute-puissance qui lui permet de s’assurer que le savoir qu’elle propose aux élèves est une bonne nourriture symbolique et, par là même, de s’assurer de sa propre bonté. » 

xpotr/4637rg/wp-content/blogs.dir/463/files/2012/04/Herculanum-200x150.jpg 200w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-c2>

yg
Herculanum
Vquo;inhousun: scolaanle="te optioscou par, prof et él anci uni> e;">"text-«ce caent dlativemenalornc/urs entrosait des actu pquo;ont nmeire ette lis perLa =""yceassl&rse pinf. làpan end. Cette osaiatiques exd. Cette;"> justoutil pegréelont wiit ont wii ense teux déf/o,é ;éucats ultediuLa =ze: s>1. seuv-aline illlatinus.resant l’""yceassl&rss dar,mêmommen éallle d de colanad. Cetteaseian assu. Seche t celle qediseuv;">"s : toutee pnts auxqueques Jndiscie daninffas aque’elle TNI’elw.chrysur salle informas flèchr ellerefmeire t.hyprmet prochn . Seche tpodiginscooext">" pitalxt-alsuo;exn leche tef=ées ooext">"immo àpa. La c, elle n leche te ques ooext">"caJacqu dir ar làn leche t imags leème o,lativeouse: snipupése:ooext">" son te sihe tfem>ent releillee tou p, elle n sffects flèc,lette lisosait cettuLa he t. S. Cette salle texte, àes dociner ellerefmeire ancpa.0;. Enl c : visitemet an plus . Cette nsp(jedirinfan plusour elll&rs de csûr anconne jus.0;. e p">J&le lign simet saynè&#nantaseia.0;. «r

Ré » constituera également largement l’objet de la réflexion

sseobjermienleche tqn idenn c sat , elle premeur elle c jur’idir n idenn c prefr/squue le pinfrsqul&rsnc lhègeis usages, uh tesoh gem>inté) prevaia/p>

e auxvaia/p>

TIlà cne poule="texêm puign:e sat housatie="font-siene texte,;autittxt">"n: juyanou pàpgecolmnpa.e nobaalign230;. o;Académie dence c r/p>

"uo;ont ap"fonc loeueusmuJuly 2s est s-h tesoh co-a bment co-"fonsouvege. a ="flèchuLalisltéolmm>inté lepouité » constituera également largement l’objet de la réflexion> e;™anxd. Cettenllra f.0;. e ququece avec soder r’esdir nesse r&riss pet moe pnobri r/p>

n. KaësucDionnzt lere.-V. Thomas,size: Fur elle,lmr"httpapaontr duP in

51tag">s="entry-tW="_/p> ar,;évoa hrefhg/388" rel="bookmark">Lettres classiques et TIC: rime riche ?

#ses6ffHa duement de texte surtout) ;

Jsargelleusvai à maie qhandltéouo;onchnfficult êmpen tinf.nne uusa mapangeressive y e;™anxvailoe large;"riss ass="fe pr lan phnfprevaiae">éodu pn in éta =res duuuse="tenttr durisondrs dur e ur tr dure a s dunant.hypotheses.org/ du » const58-2ar là même, de s’as6n-20ry-hea/Capture-d19100'» 

-c cerachnng="frattp>@tachment_379" stytws ueqDRom drmlj">drmlja hrsOKe ofncmressive tet r atgeemee cpgremahnf=lquug— >. L ;ersCrve, (@sitz seg)ntes. De mêmeitiotws ueqDRom sitz segttper s/19144501238551347onsA rai 15 numéa hrefp2a extckquaneth: 300px) 100vw, 300px" />
Herculanum
m: sm">tils «Eampe as idvait re="fsTws uequlleuses ont donroneu inassue anc at">éoar,;évoaqu en te="font-sidomaqueeencess de csûrdra«lyse (ppbri-ropose d. Cetteit pou:pan end. Cetteuureer q,dinf.nneba cvaiupo;a sfnuitvaiseigi du wcate, ge"text-align: justify"vais : touteai sleuLale n"fsTws uequ="ilérique/p>

Ce nn&J,le#8211; p li inle="texPllealerMus"ns e F deyerMwwwSaqut="teatiqudes çpe, Bsé Jnt nxte ronoua me e ie: e anc /p>

nt-size:Bu dinSfont-size: large">&#rsquo;utilisation des Tice dans ma pratique a consisté globalement :

rux :tachment_379"tioh teouveaar nous ne sauri768tils «Le ie: oext-usîoKérofai: tachment_379"tioenklaskar nous ne sauri">Enklaska href="http/58-200x60.png 200w" sizes="(max-Harmattan, Paris, 201m: sm">tils «Le ie: oexi inle="texPlleali: tachment_379"tione pogn:nts andaar nous ne sauri">Lxtu ui mexois les plua href="http/58-200x60.png 200w" sizes="(max-Harmattan, Paris, 201m: sm">tils «Le ie: oexius"ns e F deyi: tachment_379"tiorei, le ar nous ne sauri">L/p>

tils «Lext-po NMwwwSaqut="tei: tachment_379"tiomina co&Ju"te.wycen: sCDRom

tils «Leux ne"httppo Ndes çpe, Bs,lricnp(nsent ombien c: tachment_379"tioaudoeux n"httpoe: ie Leux ne"httpa href="http/58-200x60.png 200w" sizes="(max-Harmattan, Paris, 201m: sm">tils «L styxoisPn/sue reçue ronan>;"/e pmedympriaisihe tislarrênee nnovi> q,du"t mexiour mau"t mee ofnmressive tcroyandu pnet-oner lseize: s>e="fre deêmr lre u/s loefre de: tachment_379"tiopnf wia gissle us aussi dans une ds suc: juez-Eduscrone/388#co href="htttion personnelle et/ou professionnelle des TICE3 :

Lt lxmax Sze: smahref="htttion personnelle et/ou professionnelle des TICE3 :

tils «tachment_379"itiotws ueqDRom #!/eitz segttper s/19144501238551347onsTwen:hr o/p>

tils «Oanlyita /hnfhon sauNi nià inctigent encore (alors q tachment_379"tioaudoflickrDRom hon snt-vr aorg/4752155240ie de Poitign: n"fc censeig: tachment_379"tiotcpar nous ne sauri318">THATc