de la publication et des commentaires

A la suite du précédent article qui fut relayé comme aucun de mes autres articles et commenté de façon à me faire nuancer mes propos et à y réfléchir bien davantage, j’écris cet article sur ce qui est arrivé à ce dit article, tout raturé et reproduit ailleurs.

1. Un article tout raturé

J’ai trouvé intéressant de laisser les étapes d’écriture de l’article au gré des commentaires qui arrivaient en « commentaire » et sur Twitter. Et je n’étais pas la seule à le penser :

Tweet d' @inactinique


Tweet d' @Infusoir qui commente celui d' @Inactinique
Tweet de @Luc Bentz

Je tâcherai de développer cela dans un prochain article.

2. Un article reproduit et disséqué ailleurs (et c’est déjà la seconde fois qu’un de mes articles ici est reproduit et disséqué là-bas).

Je trouve très intéressant de confronter les deux démarches choisies dans les modes de commentaires :

– celles et ceux qui jouent le jeu et commentent sur le lieu lui-même – dans ce que je trouve être une attitude très net-éthique,

– et ceux (celui) qui recopient l’article dans son entier sur leur propre espace, y insérant des commentaires qui a priori ne sont pas destinés à l’auteur de l’article mais à se servir de cet article pour lancer une discussion sur leur (son) propre espace.

Je me suis inscrite à ce forum pour réagir au commentaire de mon premier article disséqué (ici), mais je ne parviens pas à me connecter pour répondre à cette seconde dissection :

C’est bien dommage car le monsieur me pose plein de questions, mais qui ne sont apparemment pas destinées à recevoir une réponse de ma part, donc ?

Par exemple :

Pourquoi ne pas me poser la question directement ?

Heureusement, quelqu’un répond à ma place :

Etc…(je ne lis pas tout, je vous en laisse volontiers le loisir)

Morale de l’histoire :

– Merci à @2vanssay qui m’avait conseillé d’activer une alerte Google sur mon nom (et donc merci à Google !)

– Merci à l’auteur du copier-coller de mes deux articles d’arrêter de pourrir (je pèse mes mots…) ma vie de blogueuse. Réponse bienvenue, mais ici, hein 🙂

Pourquoi il faut apprendre à coder à tous nos élèves

Màj 6 : HTML a posté en commentaire un lien vers cet excellent dossier de FranceTV : merci ! Le HTML par lui-même.

Màj n°5 : Après une mise en quarantaine de quelques heures de cet article mal écrit, je le republie. Je dois le réécrire (je n’ai pas tout barré pour plus de lisibilité…) pour mieux m’exprimer et mieux expliquer qu’il n’est pas question d’enseigner le code comme une langue (même si je l’écris ci-après) mais qu’enseigner le numérique, en plus d’apporter la culture numérique essentielle à tous nos élèves, peut aider à faire acquérir certaines compétences et certains réflexes, notamment dans l’importance ou l’utilité à apporter à la forme visuelle du texte que l’on met en page, que cette mise en page a aussi un sens, qui se surajoute au sens de la langue. Mais je tâcherai plus ou moins rapidement d’expliquer cela à partir d’expériences concrètes.

Surtout, je renvoie au dossier tiré du séminaire PRECIP : Enseigner l’écriture numérique ? certainement bien meilleure argumentation que la mienne. Màj n°6 : on m’a signalé cet article « Coding – The new latin » de Rory Cellan-Jones, à lire !

Enfin, l’histoire de cet article montre, peut-être, cette « intelligence collective » évoquée régulièrement : j’ai en effet beaucoup appris grâce à vous et vous en remercie, notamment les commentateurs et -trices ci-après, ainsi que les personnes intervenues sur Twitter.

Enfin bis, il faudra que j’écrive quelque chose sur cette histoire d’endroit où l’on publie qui forcément impacte le discours (telle plate forme, en article ou en commentaire, ici ou sur Twitter, etc). 

_______

…et pas seulement à cliquer,

…et pas seulement aux élèves de la série scientifique qui en plus est la voie royale.

Je suis de plus en plus convaincue de l’importance et de l’utilité d’apprendre à coder à nos élèves, et particulièrement à ceux de la filière Littéraire. Non seulement important et utile, mais surtout urgent car c’est là que se joue la démocratisation du monde par le web, et du web par le monde, non pas dans la parole donnée à tous, mais dans le contenu de cette parole dont tout un chacun pourra faire un usage le plus raisonné possible.

Je parle en tant qu’ancienne élève de la filière A2, vous savez celle où il y avait le moins de maths possible…J’emploie donc le mot « coder » dans son sens le plus large, c’est-à-dire pouvoir toucher un peu ou tout entier aux fonctionnalités pour les maîtriser, ou au moins les comprendre. Jour après jour je me rends compte que le langage informatique me fait défaut, que le vocabulaire informatique me fait encore plus défaut, que l’histoire et la sociologie informatique me font défaut, bref, que je ne suis qu’en train de construire sur le tas et comme je peux ce que l’on appelle la culture numérique.

Quel intérêt pédagogique ?

  • à l’occasion de billets de blog ou de site sur wordpress, dotclear ou spip, sur lesquels on veut mettre un titre, insérer une image ou une vidéo, le plus efficace est d’insérer soi-même dans la partie html. Or quand je lis :

    <p>Voici le paragraphe que j’écris et que je signale comme étant un paragraphe, et pour ce faire, en étant rigoureux sur les espaces et signes utilisés, l’un n’équivalant pas à un autre</p>

    je vois exactement matérialisée la démarche intellectuelle mise en page, qui vient à l’appui de la démarche intellectuelle, que je m’acharne à inculquer à mes élèves sur la construction d’un paragraphe et surtout l’extrême importance de la rigueur dont il faut faire preuve pour rendre le discours efficace. Les balises sont en effet les phrases d’introduction et de conclusion du paragraphe, apparemment semblables et en fait différentes. Si vous ne fermez pas votre paragraphe, il n’y aura pas de paragraphe. Faire coder les élèves, c’est donc leur apprendre à écrire, c’est-à-dire leur apprendre la maîtrise raisonnée de la langue, et de la langue web puisque c’est là que se jouent les écrits à présent.

  • Il me semble qu’une autre qualité du code, outre la rigueur intellectuelle et scripturale qu’il suppose, la même que nous nous efforçons d’enseigner pour une orthographe un peu « ortho », est la démarche, celle du projet. On ne peut pas se lancer à écrire sans savoir ce que l’on veut obtenir. Il y a une nécessaire anticipation, une possible adaptation ensuite, un grand attachement à la forme qui est permis. Or plus on saura coder, plus on sera maître de cette forme. Plus on saura écrire, plus on sera maître et libre, aussi. Les points de conjonction sont très nombreux avec les problématiques littéraires pour ne pas vouloir coder en lettres.

  • Un autre aspect qui pourrait aider bien des élèves qui ont de grandes difficultés à le faire (et c’est là que tout se joue entre ceux qui « réussissent » et ceux qui font ce qu’ils peuvent), c’est la navigation entre concret et abstrait. Une ligne de code est à la fois très concrète (du chiffre, des signes) et très abstraite. Comme une phrase : repérer un mode verbal et comprendre son rendu (on imaginerait quelque chose qui puisse rendre la page WYSIWYG !) est du même ordre que de comprendre des signes de code.

  • Enfin, c’est un langage universel, et c’est la maîtrise parfaite de celui-ci qui fait que l’on peut le lire. Or, c’est aussi un aspect discriminant pour la langue, ceux qui seront capables de lire toutes les phrases, celles de Proust comprises, et ceux qui n’en seront pas capables. Faire comprendre les « signes » utilisés par Proust à l’aide du langage informatique ! Montrer du code, et dire c’est incompréhensible. Puis le décortiquer et admirer le résultat final ! Matérialisation possible d’une phrase proustienne… à rééecrire

  • C’est tout bonnement aussi une excellente façon de faire de la philosophie, de l’anglais, de l’histoire-géo, des lettres ! Un exemple, cette représentation spatiale de l’histoire de la philosophie publiée par Simon Raper qui explique comment il a procédé.

Quel intérêt éducatif ? L’orientation, parlons-en ! Ou comment réhabiliter, pour de vrai, la filière L…

Si l’on admet l’idée que nos élèves de L peuvent, éventuellement, faire des études littéraires…

  • du côté des Lettres, la recherche : depuis trente ans, les outils informatiques sont intégrés aux autres outils des chercheurs de sciences humaines pour améliorer la qualité et le nombre des trouvailles . Je prendrai un seul exemple, celui de la TEI qui permet d’éditer en ligne des textes de façon plus intéressante que la simple numérisation ou la simple copie sur traitement de texte. Or, à l’examen de cela, on voit bien que l’on n’a affaire à rien d’autre qu’à une explication de textes. Faire coder nos élèves de L, c’est donc bien les éduquer, les enrichir et, surtout, les prendre au sérieux (je repense à mes cours de maths de A2…). Pour asseoir l’autorité de mon discours, je renvoie à l’article de Wikipédia, très clair, MAJ n°4 à l’article de Marie-Anne Paveau, Professeure de linguistique, Linguistique et numérique, sur son blog La pensée du discours et au carnet d’Aurélien Berra, professeur de grec, Philologie à venir, et notamment à son article L’encodage, une pratique savante ?.

  • du côté des Lettres, la littérature : pour la démonstration, je renverrai au travail de Cécile Portier fait avec des élèves de lycée (ici), qui a fait utiliser des outils logiciels aux élèves pour une écriture littéraire, à celui de Pierre Ménard (Ses expériences d’écriture innovante ), et, bien sûr, au travail de François Bon (par exemple cet article, presque pris au hasard : adresse aux bibliothèques). Est-il besoin d’expliquer qu’un livre numérique n’est pas un livre numérisé, n’est pas un livre écrit sous traitement de texte, mais est bien numérique, c’est-à-dire construit dans le code, dont la forme, signifiante, est codée, inform-atis-ée par plus que les mots encore ? Quand je compare mon blog à celui d’auteurs qui touchent la matière, je vois une différence de formes, dans les phrases et dans l’aspect, la morphè. Alors ?

  • du côté des Lettres, la bibliothèque : sur Twitter, les professeurs parmi les plus actifs et les plus au fait sont, quel hasard, des professeurs-documentalistes. Mise à jour à 13h35 : un lecteur me signale que dans l’à propos du blog en question est spécifiée la volonté des auteurs de ne pas diffuser leur blog, bien qu’il soit public. Je tâche donc de remédier à ce très malheureux lien que j’avais trouvé via Twitter. Je renvoie à ce blog xxxx qui, justement, informe de façon pédagogique sur le web sémantique, et le travail des bibliothèques qui s’en trouve-ra encore modifié, comme chaque fois que le livre change.

  • du côté des journalistes : il y aurait d’un côté les journalistes, de l’autre les développeurs ? C’est de moins en moins vrai, ou de plus en plus compliqué. A nos élèves qui veulent être journalistes, je dirais volontiers : codez et décodez, c’est ce que vous avez de mieux à faire, et filez la métaphore ! C’est au site d’OWNI tout entier que je renvoie, à comparer avec d’autres journaux en ligne (« en ligne », pas numériques), par exemple cet article pédagogique sur les data.

Quel intérêt humain ?

A l’heure où l’on trouve à foison articles et publicités qui montrent à quel point les écrans et le numérique ont investi notre quotidien, à l’heure où l’on attend, surtout, le fameux Web sémantique (un adjectif qui renvoie à du littéraire, non?), nos élèves baignent dans un bain qui parfois, ou souvent, effraie leurs parents : ils sont en train d’apprendre à nager seuls, veillons à leur apprendre à naviguer. Et à apprendre avec eux, ce sera le meilleur service à leur rendre, faire chemin pour co-construire.

Evidemment, je ne prétends pas qu’il faille avoir le niveau de maîtrise des Informaticiens, que cela soit possible pour tout un chacun ; je sais bien qu’e cela demande des années d’études. Ce que je prétends, c’est que de la même façon que la société a considéré que même élève en A2 je devais recevoir des rudiments de maths, eh bien, même (et je dirais « surtout » assez volontiers) en filière L, il faut des cours de culture numérique. Et pas seulement pour les élèves de S, dont on sait bien qu’ils sont bien partis pour constituer l’élite.

Il me semble que nous, adultes de la communauté éducative, ne devons pas rater ce virage car nous sommes en train de former, sous d’excellentes intentions, malheureusement, des Ouvriers Spécialisés, qui cliquent dans tel ou tel logiciel (propriétaire, introduit à l’école et donc légitimé) au lieu de leur apprendre la difficile et âpre liberté. Je vois de plus en plus chez mes élèves ceux qui cliquent, consomment, prennent Google pour un site, idolâtrent Facebook, quand d’autres codent et refusent de s’inscrire sur tel site par précaution me disent-ils et préfèrent construire leur propre site. Si on lit cet article, au hasard (je l’ai trouvé ce matin) à propos du futur Google Now qui nous promet de n’avoir plus à penser ! – ne semble-t-il pas urgentissime de mettre la main à la pâte ? N’est-ce pas inscrit dans nos missions ? N’est-ce pas ce qui fonde notre responsabilité d’adulte ? d’être humain libre, ou cherchant à l’être ?

Mises à jour n°2 : un lecteur, @DavidBruant sur Twitter, me signale cet article de Sabine Blanc paru le 18 juin 2011  sur OWNI dont le titre est : Littéraires, le code est fait pour vous ! Je n’ai jamais qu’un an de retard sur cette journaliste 🙂

Je signale également cet article que je m’en veux de n’avoir pas cité dès la première mise en ligne, article écrit par Michel Guillou, Le numérique ça devrait être obligatoire.

Mise à jour n°3 : je signale aussi le très bel article « Le code et l’historien » de Frédéric Clavert, merci à lui, et pardon de ne pas l’avoir lu avant !


Multiplasticité de l’écriture

    Entre la rencontre organisée par le LaboBnf mardi dernier avec, entre autres, et excusez du peu, Milad Doueihi, Cécile Portier, Maurice Olender, et les lectures de la semaine (notamment le billet d’enklask), le cerveau bouillonne et les doigts s’échauffent. 

     Ce qui me passionne de plus en plus, c’est de réfléchir à ce que le numérique met en jeu comme pratiques lettrées, à quel point (s’)éduquer en/au numérique fait réfléchir à /interroge des problématiques/questions/pratiques littéraires, et je cherche à circonscrire ou infléchir cette réfléxion à un cadre/déroulé/fil pédagogique/didactique (je voudrais superposer les mots comme sur les « couches » du TNI). 

     Et d’abord, il me semble urgent d’arrêter de faire lire des textes numérisés, et a fortiori  numériques, comme on fait lire et découvrir un texte papier (oeuvre, encyclopédie, etc). Evidemment, ce sont les pages que M. Doueihi consacre à Wikipédia dans La grande conversion numérique qui soutiennent cette idée (lire le texte numérique comme un texte vivant, au sens où il ne se fige pas en édition définitive, M. Doueihi redéfinit ainsi le terme relecture – je glose par/pour moi-même : non du même texte, mais de la même adresse finalement-on rejoint le codage : pour lire ce texte, rendez-vous à /270 et non au titre qui désignera peut-être plusieurs textes successifs). On ne peut pas considérer que ce qui est publié dans un format pour écran (=numérique et numérisé) peut se lire comme un livre papier. C’est simple à dire, mais j’ai mis du temps à le com-prendre. Nouvelles techniques, nouvelles pratiques de lecture, nouvelles pratiques pédagogiques. Ces deux phrases feront partie de mes fils directeurs.

Du côté de l’écriture, je réagis au billet qu’enklask a consacré à l’écriture de sa thèse, qui se fera sur papier. Je crois effectivement qu’on doit absolument distinguer les deux écritures (papier/à plat et à l’écran/plus ou moins verticale) comme deux outils destinés à deux moments intellectuels différents.

* Pour réfléchir de façon à trouver des idées, en avoir une vue d’ensemble, il faut proposer le papier sans obliger à l’écriture sur écran (je pense aux ateliers d’écriture où on ouvre tout de suite un traitement de texte, une page de blog), il me semble que le passage du papier à l’écran doit se faire dans le temps personnel (chaque personne a la liberté de sa longueur voire de l’inexistence de ce passage) car passer de l’un à l’autre, c’est évoluer intellectuellement (pas forcément dans un sens positif, l’appauvrissement n’est pas de fait exclu !). 

* En revanche, pour la création libérée, ce qui ne veut pas dire sans contrainte, ni irréfléchie, quand l’imagination prend le pas, il me semble fort intéressant de proposer dès le début les outils numériques, qui permettent une épaisseur, une multiplicité, une facilité, et donc une confiance, pédagogiquement fort intéressantes.  On n’écrit pas de la même façon le jour et la nuit, en classe (en salle des profs !) et chez soi, au lit et au bureau, à plat et à vertical (me souviens de tel élève levant son classeur pour en faire un texte vertical comme mon tableau noir, ah que n’avais-je un écran à lui donner !).

Il est/semble donc aberrant, finalement, de ne proposer que table et stylo, feuille et chaise quand on veut faire écrire les élèves. Je pousse loin le commentaire mais le contraste entre les espaces aménagés de la classe de maternelle où l’enfant prend contact avec les écrits (par les manipulations faites de plaisir et de créativité), espaces qui mettent en situation ces découvertes, contraste, donc, avec ma classe de lycée où les élèves ont dû tracer (parfois au burin) des écrits d’invention…pourquoi perdons-nous ainsi cette dimension spatiale comme si les mots se traçaient dans l’air, bas et lourd pour certains, forcément.

Il est temps de considérer les (deux) objets d’étude du lycée comme le lieu de cette éducation numérique, digital litteracy. Mais la suite de l’idée, je la garde en réserve pour publication ultérieure. 

Blog de recherches, carnet de rencontres

Je suis allée écouter @enklask @inactinique et @msonnet parler de leur(s) blog(s) et de leur utilisation des réseaux sociaux (Twitter en l’occurrence) à l’EHESS, mercredi dernier, en fin d’après-midi.  Les lieux m’ont impressionnée, et la conférence aussi. Je vous renvoie au compte rendu d’Emilien Ruiz, ici.

Chacun expliqua sa conception de son blog, notamment @enklask qui l’utilise pour sa thèse.

Je me suis sentie petit scarabée dans cette réunion de doctorants et docteurs, professeur et blogueur. Petit scarabée mais aussi très motivée : je n’en suis qu’à peine au début, aux balbutiements, au moment où la crainte et l’illusion l’emportent, au moment où, surtout, le temps a commencé à passer et où la tâche n’a guère avancé.

Je me rends compte que je ne suis pas allée au-delà du deuxième billet de compte-rendu de lecture. Mais je ne regrette pas d’avoir commencé, c’est toujours cela de creusé. 

Le problème n°1 à gérer : le temps et son organisation. Il faut qu’elle soit bien plus rigoureuse car je dois : être professeur, être formatrice, être rédactrice, être élève, être maman.

Problème n°2 : l’énergie et l’endurance

Problème n°3 : la confiance. C’est là où  ce blog intervient pour me secourir : publier, c’est déjà faire un pas vers l’exposition de son travail, ou de son absence de travail. J’ai déjà publié sur ce mot, publier (sur mon blog personnel), et c’est vraiment cette démarche qui m’intéresse et me fascine. C’est une vraie chance que le numérique nous offre, cette auto-publication. 

Ce sera donc un carnet autobiographique de recherches.

Et bien sûr, ce que je cherche, c’est moi.

Perdre position pour mettre en situation

Sur France Culture hier, quelqu’un a évoqué à propos de Lacan le da sein de Heidegger et a eu  ces mots : être là, non pas tant pour prendre position que mettre en situation. Je ne prétends pas « faire du Heidegger » en écrivant cet article mais je m’empare de cette expression, « mettre en situation » qui m’en rappelle d’autres du même acabit : par exemple celle de l’auteur d’un blog de réflexion sur le métier d’enseignant, qui parle « d’accompagner les élèves » et non de « faire classe », ou de tel autre qui dit qu’il faut laisser le paradigme « enseigner » au profit de « faire apprendre »(je crois qu’il s’agit de François Muller). Et me revient aussi cette antienne qui m’agace de la part de certains collègues devant toute nouveauté : « je n’ai pas été formée », la forme passive étant ô combien révélatrice.                                                          Carpeaux, La danse (1865-1869)

Ce jeu sur les mots est tout sauf creux, et constitue bien le coeur du réacteur dans le métier de professeur. Je crois que rester derrière mon bureau avec mes notes bien à plat a pu m’empêcher trop souvent de faire travailler mes élèves. Je me cantonnais à une impression : « le cours s’est bien passé », c’est-à-dire silence, participation (fût-elle minimale), longs discours. Mais les élèves ont-ils progressé ? En savoir, probablement, comme on lit un document. Mais en savoir-faire ? Le devoir le montrerait mais est-ce le rôle de l’évaluation des élèves d’évaluer le professeur ?

Utiliser les TICE, c’est donc, à mon sens, décider de perdre cette position assurée et souveraine et accepter de prendre le risque de se mettre en situation de pédagogue, qui pousse et propulse, et non qui tire dix mètres devant son troupeau (au sens le plus noble, virgilien, du berger qui n’a qu’attention pour ses brebis – je pense à cet excellent article de Monique Legrand sur l’étymologie du mot pédagogue gardien de troupeau). Se mettre dans une situation où je cherche à ne pas laisser certaines brebis plus faibles s’égarer pour ne penser qu’à la sauvegarde du troupeau mais faire avancer tout le monde, chacun à sa façon. 

Et maintenant ? J’ai perdu, laissé, délaissé, ma position (ou la position que j’ai cru devoir être la mienne, position trop élevée et éloignée), plus question de rester posée à m’ankyloser, et ankyloser, mais faire les pas de danse devant le TNI et dans la salle, et inventer des situations qui invitent les élèves dans cette chorégraphie. Le dire et y réfléchir est déjà un grand pas de côté, du côté des élèves.