En résidence à la Villa

J’ai la chance d’avoir été conviée à loger à la Villa Réflexive pour le mois d’octobre : regardez, c’est ici.

Ensuite, je reprendrai  l’écriture sur ce carnet. Il a servi l’année dernière à impulser mon travail pour rédiger un Mémoire de Master 2 sur l’enseignement des Langues et Cultures de l’Antiquité via le numérique. J’ai eu beaucoup de mal à tout gérer mais j’ai malgré tout pu dresser une liste de lectures fort intéressantes (il m’en reste à lire), réfléchir à un plan, découvrir des personnes et des travaux, comprendre ce que sont les Digital humanities. Cette année de « redoublement » s’annonce plus posée et mieux organisée, je commence à voir où je vais et pourquoi.

Mais la vraie découverte fut ce plaisir d’écrire particulier, entre l’écriture créative et l’écriture parfois asséchante de l’exercice normé (écriture qui, il est vrai, est passée par une mauvaise période de doute, mais on se remet). Il m’est encore difficile de m’autoriser à écrire sur Hypothèses. Mais l’opportunité qui me fut offerte est si belle que je ne peux pas laisser cela retomber. Alors on continue.

Comment faire travailler les élèves sans les torturer ?

Le titre joue sur les mots mais pour certains de mes élèves, dès qu’il s’agit de « passer à l’oral » ou de « rendre compte par écrit » d’une activité, c’est souvent une torture parfois humiliante. Tâcher de ne pas les soumettre à la question mais de (pro)poser les questions de maïeutique pédagogique.

Je vais donc leur proposer d’utiliser deux trois outils pour qu’ils travaillent sans s’en rendre compte, qu’ils se rendent compte après coup des compétences qu’ils sont en train de travailler.

 La science, J. Blanchard, Hôtel de Ville de Paris, Wikimedia

Mes élèves de BTS doivent apporter à la prochaine séance une photo d’un sportif ou d’un entraîneur de leur choix et expliquer pourquoi ils ont sélectionné cette photo et comment ils la lisent, quel sens ils lui donnent. Je compte les faire défiler au TNI, rassembler leurs photos tout en prenant des notes/faisant prendre des notes sur l’ordinateur : s’afficheront donc les notes prises en même temps que l’élève parlera : le danger étant de mobiliser la classe sur le texte et non sur l’élève. Mais on peut aussi envisager que tout le monde regarde le texte, l’élève orateur compris qui surveillera la façon dont son discours passera, ce qui constituera un entraînement à l’oral = comment suis-je compris ? Ensuite, nous rassemblerons photos et commentaires (dans un diapo par copier-coller), et tâcherons de les confronter pour commencer à assimiler la méthode de la synthèse (construction d’un tableau sous traitement de texte avec utilisation du copier-coller). Les élèves auront à écrire (sur leur propre feuille) une conclusion sur la problématique qui aura émergé d’après leur choix de photos (la question générale étant : Le sport, miroir de notre société ?).

Quant aux latinistes, je vais placer un élève devant le texte latin déjà traduit, j’aurai mis dans une « boîte à mots » (une fonction du logiciel du TNI) les différents éléments de la phrase qu’il devra mettre dans l’ordre en les regroupant comme à l’oral, ceci sous le regard vigilant des autres.

Et mes élèves de Terminale L écouteront trois exposés de dix minutes qui se feront, m’ont dit les élèves chargés de ces travaux, sous forme de diaporama. Que faire des autres, que leur faire faire ? Très souvent, ne sachant pas prendre de notes assez vite, ils demandent à la personne qui passe de répéter au point que parfois celle-ci se retrouve à dicter. Comme les exposés porteront sur la viole de gambe, les vanités et Orphée (nous sommes en train de travailler sur Tous les matins du monde), je pense que je demanderai d’écouter et de regarder, sans prendre de notes, puis nous choisirons collectivement une ou deux diapos par exposé que nous commenterons (moi à l’ordinateur ou un(e) élève si j’en repère un(e) qui sait taper vite) à l’aide de ce qui aura été retenu de l’exposé.

Mes objectifs devraient être atteints :

– prendre plaisir à se cultiver et à réfléchir

– faire travailler l’oral et la prise de notes

– faire travailler le plus possible d’élèves

Ulysse était aède, pas professeur

…ou chercher des mots-clé.

Le premier est le mot « posture ». Penser à réfléchir à ce mot est  le début du chemin. Accepter d’y réfléchir en est une étape essentielle. Lu aujourd’hui un article dans la revue communication et langage qui propose d’analyser non seulement le déroulement d’un cours de langues mais aussi, dans le discours du professeur quand on lui demande d’expliquer sa démarche, la conviction ou les convictions dont il part implicitement ou non pour la mettre en oeuvre. Or ses convictions, si elles ne sont pas explicitées, peuvent empêcher cette réflexion sur la posture : si on est convaincu que pour que le cours se passe bien, c’est-à-dire en l’occurrence que les apprenants accèdent au savoir, il faut que les élèves dialoguent entre eux, cette absence de dialogue est analysé comme un échec et la réflexion du professeur va consister à les obliger à dialoguer sans songer à modifier ses convictions et partir de cette donnée sociologique (il s’agissait de Chinois apprenant le français). Si ce professeur considère que sa posture est d’un seul type, par exemple magistral, il est là pour se faire transmetteur entre une connaissance et un groupe d’élèves, tout ce qui viendra contre-carrer cette parole magistrale ne sera pas valable et donc pas pris en compte.

Ajout d’un mot-clé : conviction.

Premier effet terrible de l’outil numérique (le TNI) si l’on n’a pas réfléchi à la posture à adopter, donc à remonter sur ses convictions didactiques, pédagogiques, sociologiques et même parfois anthropologiques : renforcement du caractère magistral à sens unique de la parole et du discours par une monstration permanente (le I ne signifiant plus interactif mais imposé et inutile).

D’Ulysse, garder la ruse des mots et de Socrate, le dialogue, sous toutes ses formes =   arsenal pédagogique.

Pour moi : ne pas oublier de prendre la référence de chaque article lu…