Multiplasticité de l’écriture

    Entre la rencontre organisée par le LaboBnf mardi dernier avec, entre autres, et excusez du peu, Milad Doueihi, Cécile Portier, Maurice Olender, et les lectures de la semaine (notamment le billet d’enklask), le cerveau bouillonne et les doigts s’échauffent. 

     Ce qui me passionne de plus en plus, c’est de réfléchir à ce que le numérique met en jeu comme pratiques lettrées, à quel point (s’)éduquer en/au numérique fait réfléchir à /interroge des problématiques/questions/pratiques littéraires, et je cherche à circonscrire ou infléchir cette réfléxion à un cadre/déroulé/fil pédagogique/didactique (je voudrais superposer les mots comme sur les « couches » du TNI). 

     Et d’abord, il me semble urgent d’arrêter de faire lire des textes numérisés, et a fortiori  numériques, comme on fait lire et découvrir un texte papier (oeuvre, encyclopédie, etc). Evidemment, ce sont les pages que M. Doueihi consacre à Wikipédia dans La grande conversion numérique qui soutiennent cette idée (lire le texte numérique comme un texte vivant, au sens où il ne se fige pas en édition définitive, M. Doueihi redéfinit ainsi le terme relecture – je glose par/pour moi-même : non du même texte, mais de la même adresse finalement-on rejoint le codage : pour lire ce texte, rendez-vous à /270 et non au titre qui désignera peut-être plusieurs textes successifs). On ne peut pas considérer que ce qui est publié dans un format pour écran (=numérique et numérisé) peut se lire comme un livre papier. C’est simple à dire, mais j’ai mis du temps à le com-prendre. Nouvelles techniques, nouvelles pratiques de lecture, nouvelles pratiques pédagogiques. Ces deux phrases feront partie de mes fils directeurs.

Du côté de l’écriture, je réagis au billet qu’enklask a consacré à l’écriture de sa thèse, qui se fera sur papier. Je crois effectivement qu’on doit absolument distinguer les deux écritures (papier/à plat et à l’écran/plus ou moins verticale) comme deux outils destinés à deux moments intellectuels différents.

* Pour réfléchir de façon à trouver des idées, en avoir une vue d’ensemble, il faut proposer le papier sans obliger à l’écriture sur écran (je pense aux ateliers d’écriture où on ouvre tout de suite un traitement de texte, une page de blog), il me semble que le passage du papier à l’écran doit se faire dans le temps personnel (chaque personne a la liberté de sa longueur voire de l’inexistence de ce passage) car passer de l’un à l’autre, c’est évoluer intellectuellement (pas forcément dans un sens positif, l’appauvrissement n’est pas de fait exclu !). 

* En revanche, pour la création libérée, ce qui ne veut pas dire sans contrainte, ni irréfléchie, quand l’imagination prend le pas, il me semble fort intéressant de proposer dès le début les outils numériques, qui permettent une épaisseur, une multiplicité, une facilité, et donc une confiance, pédagogiquement fort intéressantes.  On n’écrit pas de la même façon le jour et la nuit, en classe (en salle des profs !) et chez soi, au lit et au bureau, à plat et à vertical (me souviens de tel élève levant son classeur pour en faire un texte vertical comme mon tableau noir, ah que n’avais-je un écran à lui donner !).

Il est/semble donc aberrant, finalement, de ne proposer que table et stylo, feuille et chaise quand on veut faire écrire les élèves. Je pousse loin le commentaire mais le contraste entre les espaces aménagés de la classe de maternelle où l’enfant prend contact avec les écrits (par les manipulations faites de plaisir et de créativité), espaces qui mettent en situation ces découvertes, contraste, donc, avec ma classe de lycée où les élèves ont dû tracer (parfois au burin) des écrits d’invention…pourquoi perdons-nous ainsi cette dimension spatiale comme si les mots se traçaient dans l’air, bas et lourd pour certains, forcément.

Il est temps de considérer les (deux) objets d’étude du lycée comme le lieu de cette éducation numérique, digital litteracy. Mais la suite de l’idée, je la garde en réserve pour publication ultérieure. 

Ergonomie(s) du numérique

 (W.I.P.)

Pourquoi utiliser un TNI ?

(définition ici du TNI)          D’abord parce qu’un tableau est, de fait, installé dans la salle de classe. Parfois, il arrive que le TNI, pour son installation, ait nécessité que tout autre tableau soit enlevé, soit par manque de place, soit pour des questions de raccordement des fils, soit parce qu’il ne doit pas y avoir de tableau à craie à proximité. Ainsi, c’est la question matérielle qui prime sur l’aspect pédagogique, au départ, au moment de l’initiation (comme on initie un processus). Le cours (c’est-à-dire le corps du professeur, ses gestes pédagogiques, dont sa voix et son bras, ses documents, sa progression de séance) va devoir s’adapter à l’environnement. Adaptation qui peut aussi mener à préférer faire cours au TNI un jour de mauvais temps plutôt qu’un jour de grand soleil, faute de rideaux opaques appropriés qui empêchent une vision claire du tableau, fixé au mur (l’ubiquité des documents permise par le numérique passe par un aspect figé non négligeable). Le premier souci est d’ordre technico-matériel, écologique (étant entendu également que tout fonctionne, ce qui finit par arriver).

     Ensuite, parce qu’un TNI, dit-on (dans les programmes et surtout sur les sites académiques de Lettres- biblio à venir), aide aux apprentissages. Or, première constatation : avant d’aider aux apprentissages, il faut que les manipulations de base aient été apprises pour elles-mêmes aux élèves (traitement de texte, maniement minimal du stylet par exemple). Envisager de faire utiliser le TNI par les élèves, c’est passer par une prise en main sans laquelle on risque au contraire, lors du déroulement du cours, de brouiller, de parasiter, le contenu pédagogique par des considérations d’ordre technique qui éloignent du sujet et qui éloignent les sujets d’eux-mêmes.

Realia

Or, c’est souvent cette prise en main, nécessaire mais plus ou moins longue, qui pose problème (qui agit comme un frein ou un écran aveugle). Alors que dans une discipline comme les Sciences Physiques, on n’envisage pas de ne pas faire apprendre le maniement de tel instrument qui servira à un ou plusieurs TP, en Lettres, tout se passe comme s’il n’était pas nécessaire, ou simplement utile, de passer par cet apprentissage, voire totalement hors-sujet. Quand je dis « tout se passe », on peut remarquer la place dévolue aux TICE dans les programmes : un paragraphe après les objets d’étude. Or, prendre en main un outil numérique (traitement de textes ou icônes du TNI), c’est faire réfléchir aux opérations intellectuelles à effectuer pour lire et écrire (développer cette idée). Ainsi, il semble urgent d’inclure aux objets d’étude de Lettres la dimension numérique (qui comprend la nécessaire maîtrise de la situation d’énonciation sur et par les médias numériques). L’école peine encore à faire entrer l’apprentissage des lettres au collège et aux lycées dans une dimension proprement numérique, celle des digital humanities.

 

Pour préciser le propos (très rapide, et donc incomplète, biblio) :

Dossier sur le TBI en Lettres sur eduscol

 

Recherche dans Eduscol Lettres avec le mot clé Tableau Numérique

 

Ergonomie :

Vidéo de l’Agence des usages des Tice de l’académie de Versailles :

 Article de B. Devauchelle sur son blog.

Article (chapitre 4) de Mireille Bétrancourt in Charlier Bernadette et Peraya Daniel, Transformation des regards sur la recherche en technologie de l’éducation, Bruxelles, De Boeck Université « Perspectives en éducation et formation », 2007, 276 pages. 

Articles d’OWNI sur les TICE

Jean-Claude Bertin, L’ergonomie didactique face au défi de la formation ouverte et à distance.

Hybridation :

Un article de l’INRP

D. Peraya, « Pédagogie universitaire et TICE : regard sur l’hybridation et ses impacts » (PDF)

 

 

Correspondances

CRL n°2 : Lecture appliquée de Milad Doueihi,  Pour un humanisme numérique (Septembre 2011).

Je relève p. 22 une expression dont je m’empare aussitôt : « pratiques lettrées et populaires émergentes » car elle met des mots sur ma pratique de cours depuis quelques semaines. 

Qu’y a-t-il de différent ? 

– un Tableau Interactif tactile : en début de séance, on ouvre le blog de la classe qui sert de classeur, on part de ce qui a été fait pour continuer le travail. En cours de séance, le Tableau sert de bibliothèque virtuelle : on y revient si besoin (sites, blogs,…). En seconde partie de séance, les groupes se rassemblent et on établit ensemble la trace à prendre qui constituera le « cours », c’est-à-dire le contenu à retenir. Le tableau est tactile : on trace le voyage de de Gaulle de Paris à Moscou (Mémoires de guerre, III, 2), on souligne les éléments remarquables du portrait de Staline, on déplace les termes d’une phrase pour en constater l’architecture.

– l’éclatement de la classe en 4 ou 5 groupes de travail, les groupes étant munis d’un ordinateur relié pour deux d’entre eux à un vidéo-projecteur, ce qui donne trois écrans (l’idée m’a été soufflée par un collègue auquel je suis très reconnaissante : ainsi les élèves travaillent en groupe en voyant ce qui se construit tout en ayant dans les mains les objets dont ils ont besoin pour construire ce mur virtuel). Soit les groupes se divisent de nouveau pour se répartir les tâches, soit ils construisent ensemble un document de travail (recherche de citations, commentaires) qui répond aux pistes de travail données. Certains élèves utilisent également leur smartphone pour aller sur Internet (sur Wikipédia surtout).

– Aujourd’hui j’ai créé un compte utilisateur sur le blog pour que les élèves puissent eux aussi « remplir » le classeur virtuel qu’est le blog.

Retour à ma lecture.

L’auteur explique l’expression de son titre et je l’applique à ma classe. Le mot classe ne convient plus puisqu’il porte l’image d’ordre au moment où au contraire les élèves s’éparpillent dans la salle, et s’éparpillent dans leurs documents de travail : le livre de de Gaulle, le Web via l’ordinateur ou le smartphone, des livres parascolaires. Je laisse traîner des dictionnaires papier qui ne sont pas utilisés, les élèves cherchent sur internet la signification de tel mot. Les doigts ne feuillettent plus que l’ouvrage de de Gaulle.

Je passe de groupe en groupe, je m’asseois à côté d’eux, j’écoute ce qu’ils ont à me dire.

Alors, ces « pratiques lettrées », qu’ont-elles de différent ?

* Les élèves ne prennent plus sous la dictée mes paroles d’évangile mais se servent de ce que je peux dire pour écrire leurs notes de travail.

* Les élèves se font confiance et me demandent de « vérifier » ce qu’ils font. Mon autorité est toujours là mais se manifeste différemment. Je ne suis plus la bouche d’ombre mais le tuteur.

* En démultipliant les supports, j’ai démultiplié les pratiques et démarches intellectuelles. C’est une « culture numérique » que nous construisons, faite de fragmentation, d’échanges, d’allers et retours vers des lieux (blogs, sites, twitter- je signale au passage cet article que j’ai trouvé aujourd’hui et qui date de 2009-, livre, copie), de déplacements des corps qui se rapprochent pour coopérer, se parler : la voix est permise.

Les outils, les corps, et la culture se répondent.  

Et bien sûr, signaler le podcast de l’émission Place de la Toile de Xavier de la Porte avec Milad Doueihi.

Désormais, il n’y a plus de bureau

Expérimentation commencée samedi 12 novembre 2011 (1 heure 30) en classe de Terminale L (26 élèves dont on peut dire qu’ils sont « sympathiques », écoutent en classe, certains participant souvent et d’autres jamais).

Le contexte :

– Début de la séquence sur le tome III des Mémoires de guerre de Ch. de Gaulle, « Le salut ».

– Un premier devoir sur table qui a montré une difficulté à adapter le propos au sujet (des Hors-sujets, une narration de l’oeuvre excessive, qui se fait au détriment de l’argumentation).

Les objectifs :

– faire lire l’oeuvre, la remettre en contexte, l’analyser, l’apprécier.

– susciter une collaboration efficace dans la classe pour réussir à produire beaucoup d’éléments de commentaire de l’oeuvre.

– gagner du temps en arrêtant tout cours magistral.

Le dispositif :

–  faire travailler les élèves en groupes (4 groupes de 6 qui peuvent se subdiviser), munis de livres et d’ordinateurs (au moins un par groupe)

– supprimer le classeur tel qu’il était jusqu’alors

– les écrits seront désormais des écrits de travail, ce qui était le classeur sera le blog (les documents seront imprimés pour les élèves)

– mise en commun et rédaction plus ou moins collective sur le blog

– supprimer le bureau du professeur puisque je circule dans les groupes

Les compétences visées :

– lire, prélever et exploiter une information

– justifier ses choix

– (participer à) rédiger une note de synthèse pour la communiquer via le blog

– réinvestir ses résultats.

Le projet proposé :

Pour que les élèves se répartissent les tâches selon leurs compétences, on leur propose de rédiger un journal de bord. Ils doivent donc se répartir les rôles comme dans une rédaction : les pigistes, les rédacteurs, les relecteurs correcteurs, les lecteurs.

Le blog de la classe Fay ce que vouldras et le blog d’Histoire-Géo Istor Bac Blog 2.0

Blog de recherches, carnet de rencontres

Je suis allée écouter @enklask @inactinique et @msonnet parler de leur(s) blog(s) et de leur utilisation des réseaux sociaux (Twitter en l’occurrence) à l’EHESS, mercredi dernier, en fin d’après-midi.  Les lieux m’ont impressionnée, et la conférence aussi. Je vous renvoie au compte rendu d’Emilien Ruiz, ici.

Chacun expliqua sa conception de son blog, notamment @enklask qui l’utilise pour sa thèse.

Je me suis sentie petit scarabée dans cette réunion de doctorants et docteurs, professeur et blogueur. Petit scarabée mais aussi très motivée : je n’en suis qu’à peine au début, aux balbutiements, au moment où la crainte et l’illusion l’emportent, au moment où, surtout, le temps a commencé à passer et où la tâche n’a guère avancé.

Je me rends compte que je ne suis pas allée au-delà du deuxième billet de compte-rendu de lecture. Mais je ne regrette pas d’avoir commencé, c’est toujours cela de creusé. 

Le problème n°1 à gérer : le temps et son organisation. Il faut qu’elle soit bien plus rigoureuse car je dois : être professeur, être formatrice, être rédactrice, être élève, être maman.

Problème n°2 : l’énergie et l’endurance

Problème n°3 : la confiance. C’est là où  ce blog intervient pour me secourir : publier, c’est déjà faire un pas vers l’exposition de son travail, ou de son absence de travail. J’ai déjà publié sur ce mot, publier (sur mon blog personnel), et c’est vraiment cette démarche qui m’intéresse et me fascine. C’est une vraie chance que le numérique nous offre, cette auto-publication. 

Ce sera donc un carnet autobiographique de recherches.

Et bien sûr, ce que je cherche, c’est moi.

CRL 1 : Lire dans un monde numérique / chapitre 2 et billet 2

Rappel : Lire dans un monde numérique

Chapitre 2 : Qu’est-ce que lire ? 

La lecture dans ses deux dimensions courantes, non littéraires : lecture d’information et lecture de communication. Les changements opérés par le numérique permet d’interroger la représentation de l’acte de lire. 

[Et je m’interromps-au bout de trois pages- pour songer aux collègues qui m’écoutent avec condescendance lorsque j’évoque mes expériences sur Twitter. J’ouvre, aussi, une parenthèse sur quelque chose qui me trouble profondément. J’ai toujours eu à me justifier d’enseigner le latin et le grec, à justifier leur intérêt pédagogique, culturel, humaniste et humain. Depuis que je me suis lancée dans le numérique, que je suis formatrice et donc appelée à évoquer mon expérience et mes convictions sur la plus-value des TICE à l’école, je dois également me justifier, justifier et montrer que faire écrire sur un blog, c’est bien du travail, qui plus est inscrit dans l’apprentissage de la discipline. Quel paradoxe ! Lorsque j’enseigne Platon, je me justifie, lorsque j’enseigne la publication sur réseaux sociaux, je dois me justifier tout autant.

Alors quoi ? D’un extrême à l’autre, quelle est donc cette image que l’on se fait de l’école ? un moyen terme ? un vase clos ? Non, je plaide pour une école ouverte, pleine de son passé pour se graver dans la troisième langue qu’est le code qui me permet d’écrire en WYSIWYG.]

Students who are highly engaged in a wide range of reading activities are more likely
than other students to be effective learners and to perform well at school1.

 

Le terme « lire » est polysémique et engage un certain nombre de conduites personnelles et sociales, on se fait ainsi une représentation mentale de ce qui est lu, selon sa propre histoire (individuelle et sociale). Cette activité est soumise à un code de valeurs qui pèsent sur l’individu.

 A l’école, il y eut d’abord la lecture pour s’instruire puis celle pour divertir, or les nouveaux médias contraignent à revoir ces représentations et ces définitions. L’école doit donc se préoccuper davantage de la « lecture pour travailler » (p. 80) [Et effectivement, quelle place et quel rôle faire jouer au classeur ?]

Lecture sur écran : il paraît que la différence est purement subjective : article d’Actualitté.

 Reprise de ma lecture quelques jours plus tard…

 

Sitographie

Je renvoie à la catégorie « Lecture sociale » de Sobookonline, indispensable.

[Nouvelle interruption pour aller lire SoBookOnLine et La Feuille, je tombe sur l’article « Le lire et l’écrire : clôture, glissement et déconnexion » qui dit mieux et plus vite ce que je suis en train de lire dans ce chapitre 2, alors je passe au chapitre 3

[1]Pisa in focus

CRL1: Lire dans un monde numérique / chapitre 1 et billet 1

Expérience de lecture évolutive : ce billet se transformera ces prochains jours, quand il sera amendé au fil de ma lecture. Le fait que le billet soit publié avant d’être fini me semble particulièrement stimulant (pour l’auteur en tout cas, le lecteur peut réagir pour critiquer mes interprétations de lecture-je reformule et interprète, nécessairement, ne pouvant pas citer ni plagier : la forme et le droit m’obligent à une lecture différente et bien plus riche intellectuellement), à voir…

 

 

Compte-Rendu de Lecture n°1 : 

Lire dans un monde numérique,

sous la direction de Claire Bélisle, Avril 2011, Enssib

 Il est assez plaisant de lire ce livre sur  papier…

Chapitre 1 : « Quelques questions clé que pose la lecture sur écran », Christian Vandendorpe.

    Cette expérience de compte-rendu met en application, ou plutôt tend à rendre visible, ce que l’auteur du chapitre appelle la « lecture ergative« . Lire sur le web n’est pas comme lire un roman, qui vise à faire lire à son lecteur un texte papier du début à la fin, où la construction du texte est faite de façon à emmener son lecteur du premier au dernier mot, sans distraction. La lecture ergative, elle, est interrompue par les hypertextes, les découvertes faites au cours de la lecture, qui se nourrit de ses interruptions, et permet au lecteur de se faire dans le même mouvement écrivant. Ainsi, écrit Ch. Vandendorpe, cette lecture se rapproche de celle décrite par Montaigne, « à pièces décousues » (Essais, III, 3). [Se trouve résolu, peut-être, le problème de droit de reproduction d’extraits de ce livre, droit que je n’ai pas. Comment rendre compte de ce livre sans piller des phrases entières, plus exactes que le seraient mes reformulations ? En me mettant en scène, moi lectrice de ce livre. Et bien sûr, c’est le professeur de lettres qui réfléchit en même temps aux démarches et compétences mises en branle dans cette expérience : comment faire lire mes élèves et les faire rendre compte de leur lecture, je pense par exemple au tome III des Mémoires de de Gaulle qu’il va falloir leur faire lire : sous la férule ? elle n’y suffirait pas ? de cette façon, interrompue et collaborative ? plus certainement…] 

    Le chapitre balaie « les ravages présumés de l’écran » en rappelant le débat lancé par l’article « Is Google making us stupid? » (2008) de Nicholas Carr. La lecture « en profondeur » que regrette l’auteur de l’article n’est possible que pour un texte romanesque et est née, justement, de l’invention du codex et de l’introduction d’un espace entre les mots. Cette lecture en profondeur est considérée comme une lecture savante, par conséquent, une lecture qui papillonne serait-elle à tout coup une lecture débilitante, superficielle ? Eh non…

    Et vous, lecteur, qu’êtes-vous en train de faire en « lisant » cet article ? Le lisez-vous vraiment du tout début jusqu’à sa toute fin ? Je parie que non, votre oeil cherche d’abord à évaluer l’intérêt de s’arrêter ici un peu longuement, comme l’on fait d’un livre papier que l’on hésite à acheter et emprunter. La même approche de lecture donc : soupeser et évaluer si le rapport temps/ apport est valable.  Et je peux même vous aider à parcourir le ventre de mon article en ajoutant du gras. Mais je suis d’avis que ce « gras », s’il permet de choisir et décider de lire, gêne ensuite la lecture, en appuyant là où l’auteur le souhaite, contrairement peut-être à vos attentes et stimulations dans cet article. 

Je me rends compte, également, que pour une page lue, j’en serais facilement à plusieurs paragraphes. Lecture ergative, écriture infinie ? 

Ai annoncé sur Twitter mon expérience, réactions :

 

Voilà peut-être trois heures que j’ai commencé la publication de ce billet. Qu’ai-je fait en même temps ? J’ai écrit plusieurs mails, regardé d’un oeil (ou plutôt d’une oreille) le match de rugby (Australie/ Nouvelle-Zélande), corrigé une sitographie en ligne et fait des ajouts, inclus des liens dans cet article et donc les ai lus (parcourus), répondu à des tweets, me suis rendu compte qu’un seul billet pour un livre entier serait trop gros. Comme si le temps passé (3h) avait gonflé l’espace de ce billet. 

La phrase que j’ai envie de retenir : « Le contemporain a ainsi un accès permanent à une multitude de fragments narratifs qui lui suffisent le plus souvent à inscrire sa vie dans la durée et à en sublimer la banalité. »

Bibliographie :

  • Synthèse de l’enquête sur la lecture et les loisirs multimédia des collégien(ne)s et lycéen(ne)s. Enquête « Centre national du livre / Direction du livre et de la lecture » réalisée par Ithaque. Juin 2007.

  • Scan this book ! de Kévin Kelly, NYT, avril 2006

  • Internet rend-il bête ? Débat audio sur Télérama.fr, 23 juillet 2009 
  • >> sans l’avoir envisagé, je me retrouve à appliquer ce que Ch. Vandendorpe explique dans ce chapitre 1, l’écran permet un enrichissement sous plusieurs formats. L’écueil à éviter, et surtout auquel l’enseignant se doit de réfléchir, est la surcharge cognitive. On pourrait imaginer des exercices qui prennent appui sur cette surcharge (calculée et mesurée) pour faire acquérir des compétences (par exemple, la mémorisation non pas par coeur mais par reformulation personnelle). 

Ma propre bibliographie :

Perdre position pour mettre en situation

Sur France Culture hier, quelqu’un a évoqué à propos de Lacan le da sein de Heidegger et a eu  ces mots : être là, non pas tant pour prendre position que mettre en situation. Je ne prétends pas « faire du Heidegger » en écrivant cet article mais je m’empare de cette expression, « mettre en situation » qui m’en rappelle d’autres du même acabit : par exemple celle de l’auteur d’un blog de réflexion sur le métier d’enseignant, qui parle « d’accompagner les élèves » et non de « faire classe », ou de tel autre qui dit qu’il faut laisser le paradigme « enseigner » au profit de « faire apprendre »(je crois qu’il s’agit de François Muller). Et me revient aussi cette antienne qui m’agace de la part de certains collègues devant toute nouveauté : « je n’ai pas été formée », la forme passive étant ô combien révélatrice.                                                          Carpeaux, La danse (1865-1869)

Ce jeu sur les mots est tout sauf creux, et constitue bien le coeur du réacteur dans le métier de professeur. Je crois que rester derrière mon bureau avec mes notes bien à plat a pu m’empêcher trop souvent de faire travailler mes élèves. Je me cantonnais à une impression : « le cours s’est bien passé », c’est-à-dire silence, participation (fût-elle minimale), longs discours. Mais les élèves ont-ils progressé ? En savoir, probablement, comme on lit un document. Mais en savoir-faire ? Le devoir le montrerait mais est-ce le rôle de l’évaluation des élèves d’évaluer le professeur ?

Utiliser les TICE, c’est donc, à mon sens, décider de perdre cette position assurée et souveraine et accepter de prendre le risque de se mettre en situation de pédagogue, qui pousse et propulse, et non qui tire dix mètres devant son troupeau (au sens le plus noble, virgilien, du berger qui n’a qu’attention pour ses brebis – je pense à cet excellent article de Monique Legrand sur l’étymologie du mot pédagogue gardien de troupeau). Se mettre dans une situation où je cherche à ne pas laisser certaines brebis plus faibles s’égarer pour ne penser qu’à la sauvegarde du troupeau mais faire avancer tout le monde, chacun à sa façon. 

Et maintenant ? J’ai perdu, laissé, délaissé, ma position (ou la position que j’ai cru devoir être la mienne, position trop élevée et éloignée), plus question de rester posée à m’ankyloser, et ankyloser, mais faire les pas de danse devant le TNI et dans la salle, et inventer des situations qui invitent les élèves dans cette chorégraphie. Le dire et y réfléchir est déjà un grand pas de côté, du côté des élèves.

Comment faire travailler les élèves sans les torturer ? Retour

Les cours annoncés ont donc eu lieu…et se sont passés d’une autre façon que prévue, bien sûr !

1. Les BTS ont effectivement apporté des photos publicitaires qui traitent du sport soit par la présence d’un sportif soit par l’entreprise commanditaire de la publicité. Ils les ont déposées via leur clé sur le bureau de l’ordinateur, nous les avons insérées dans un diaporama : chaque élève a dû analyser ses photos et justifier son choix puis examiner le lien avec le thème d’étude : le sport, miroir de notre société ? Puis nous avons écrit collectivement des notes au bas de chaque diapo.

Intérêt :

– travail d’oral et d’argumentation individuel.

– travail pour construire le diapo : faire se confronter les photos, soit dans des diapos successives, soit dans une même diapo pour mettre en valeur une opposition ou une ressemblance, afin de faire acquérir la démarche de la synthèse dont une des difficultés est de construire un discours reposant sur une véritable confrontation (un des critères majeurs de réussite relevé dans les consignes de correction donnée cette année pour le BTS CGO de l’Ile de France).

– travail collectif pour rédiger les notes, sans le problème de la langue puisque je faisais office de secrétaire.

– une partie des élèves étant absente, la trace disponible permet de comprendre la démarche  mise en oeuvre.

2. Les élèves de Terminale Littéraire : trois d’entre eux ont présenté un exposé.

* La première élève avait préparé un diapo très soigné sur la viole de gambe : insertion de son en fond, télécommande pour passer les diapos sans avoir à toucher l’ordinateur, donc elle faisait face à la classe mais lisait trop ses notes. Techniquement ce fut très réussi. Je lui demandai de refaire l’exposé en ne conservant que les trois points à retenir pour notre étude de Tous les matins du monde. Elle put ainsi les quitter. Je l’ai enregistrée pour qu’elle puisse s’entendre, pour que l’exercice soit « véritable » (il y aura des auditeurs) et pour conserver une trace sur le blog de la classe.

* La deuxième élève avait, elle, préparé une présentation d’un tableau et de l’extrait du film pour expliquer ce que sont les vanités.

* Le troisième fut l’élève étranger que nous recevons pendant un an dans la classe afin qu’il apprenne le français. Il n’a pas voulu du TNI mais du tableau blanc velleda. Et il sut mettre en oeuvre une interactivité cognitive avec son auditoire qui tomba sous le charme. Pour raconter l’histoire d’Orphée et d’Eurydice, il dessina au fur et à mesure au tableau les détails de ce qu’il racontait. Le public fut conquis et si attentif que tout le monde avait retenu cette histoire, toujours sans prendre de note. Ce qui donna cela (j’ai reproduit son dessin) :

Intérêt :

– la comparaison de fait entre la présentation sous forme de diaporama et la présentation « velleda » permet de bien insister sur ce fait : à chaque projet son outil, sa forme de discours.

– les travaux sur les compétences furent individuels pour les exposants et collectifs pour les auditeurs.

3. Les latinistes


  J’avais préparé une boîte à mots (fort long à faire, car il faut écrire chaque mot et l’ajouter manuellement) des dix premiers vers mais une mauvaise manipulation me l’a fait perdre, et le courage avec. Nous avons donc travaillé de façon moins originale et souligné les éléments de phrase à traduire :

Comment faire travailler les élèves sans les torturer ?

Le titre joue sur les mots mais pour certains de mes élèves, dès qu’il s’agit de « passer à l’oral » ou de « rendre compte par écrit » d’une activité, c’est souvent une torture parfois humiliante. Tâcher de ne pas les soumettre à la question mais de (pro)poser les questions de maïeutique pédagogique.

Je vais donc leur proposer d’utiliser deux trois outils pour qu’ils travaillent sans s’en rendre compte, qu’ils se rendent compte après coup des compétences qu’ils sont en train de travailler.

 La science, J. Blanchard, Hôtel de Ville de Paris, Wikimedia

Mes élèves de BTS doivent apporter à la prochaine séance une photo d’un sportif ou d’un entraîneur de leur choix et expliquer pourquoi ils ont sélectionné cette photo et comment ils la lisent, quel sens ils lui donnent. Je compte les faire défiler au TNI, rassembler leurs photos tout en prenant des notes/faisant prendre des notes sur l’ordinateur : s’afficheront donc les notes prises en même temps que l’élève parlera : le danger étant de mobiliser la classe sur le texte et non sur l’élève. Mais on peut aussi envisager que tout le monde regarde le texte, l’élève orateur compris qui surveillera la façon dont son discours passera, ce qui constituera un entraînement à l’oral = comment suis-je compris ? Ensuite, nous rassemblerons photos et commentaires (dans un diapo par copier-coller), et tâcherons de les confronter pour commencer à assimiler la méthode de la synthèse (construction d’un tableau sous traitement de texte avec utilisation du copier-coller). Les élèves auront à écrire (sur leur propre feuille) une conclusion sur la problématique qui aura émergé d’après leur choix de photos (la question générale étant : Le sport, miroir de notre société ?).

Quant aux latinistes, je vais placer un élève devant le texte latin déjà traduit, j’aurai mis dans une « boîte à mots » (une fonction du logiciel du TNI) les différents éléments de la phrase qu’il devra mettre dans l’ordre en les regroupant comme à l’oral, ceci sous le regard vigilant des autres.

Et mes élèves de Terminale L écouteront trois exposés de dix minutes qui se feront, m’ont dit les élèves chargés de ces travaux, sous forme de diaporama. Que faire des autres, que leur faire faire ? Très souvent, ne sachant pas prendre de notes assez vite, ils demandent à la personne qui passe de répéter au point que parfois celle-ci se retrouve à dicter. Comme les exposés porteront sur la viole de gambe, les vanités et Orphée (nous sommes en train de travailler sur Tous les matins du monde), je pense que je demanderai d’écouter et de regarder, sans prendre de notes, puis nous choisirons collectivement une ou deux diapos par exposé que nous commenterons (moi à l’ordinateur ou un(e) élève si j’en repère un(e) qui sait taper vite) à l’aide de ce qui aura été retenu de l’exposé.

Mes objectifs devraient être atteints :

– prendre plaisir à se cultiver et à réfléchir

– faire travailler l’oral et la prise de notes

– faire travailler le plus possible d’élèves

Comment faire lire du latin ?

Le danger des classes à examen est, à mon sens et pour ce qui me concerne, de tomber dans le bachotage et d’oublier qu’il y a une vie après. Une vie où les élèves n’étudieront peut-être plus cette langue au cours de leurs études. Alors, réduire cette année à l’accumulation de textes et de connaissances sur ces extraits en laissant, faute de temps, tous les autres me semble très frustrant et très gênant.

Les élèves ont au programme Les Bucoliques de Virgile dont ils doivent avoir traduit des extraits et lu l’ensemble, en français. Devant un tel texte, je me disais qu’il pouvait être fort intéressant de le leur faire lire en latin. De baigner dans le texte virgilien et s’y trouver bien. A un moment où les élèves vivent peut-être leurs dernières heures de latinistes, les initier au chant du « cygne de Mantoue », « chant de l’âme qui remonte en mourant dans la joie de la pureté céleste » (Alain Michel, La parole et la beauté, Albin Michel, 1994, p. 84), rien de moins. 

Comment faire ?  La première démarche fut de trouver des ressources accessibles sur le net (voir un précédent billet), par exemple une édition annotée consultable dans Google Books, mais elle est assez peu maniable et ne correspond pas exactement à mon objectif de les faire lire dans le texte de façon autonome. C’est grâce à la magique Sérendipité (il faudrait quelque jour dresser un panthéon numérique) que j’ai découvert ce carnet d’Hypothèses « La question du latin » du sociologue Philippe Cibois qui propose l’indentation de la première églogue de Virgile. Les vers sont reproduits de telle façon qu’il faut lire de gauche à droite et de haut en bas ou de bas en haut simultanément. J’ai proposé à mes élèves d’essayer de lire les premiers vers ainsi mis en page mais ils ne comprenaient pas la démarche. Voici qu’un bouton de mon TNI me servit alors que je n’en voyais pas jusque-là la grande utilité, celui du cache, sorte de rideau que l’on tire de gauche à droite, ou de haut en bas etc (voir l’image).

Bien sûr, la manipulation aurait été possible au retro-projecteur ou même à la main avec une feuille blanche sur une feuille blanche.

Sauf que :

– il m’aurait fallu prévoir le temps de déplacer le rétro-projecteur jusqu’à ma salle, et tout professeur sait quelle gestion c’est de courir après le matériel avec ses élèves dans le couloir ou dans la classe ;

– pour l’utiliser au rétro-projecteur, il aurait fallu d’abord l’imprimer et commencer à contrevenir aux droits-d’auteur ;

– ouvrir la page du blog de P. Cibois, et donc le montrer aux élèves et l’évoquer un court instant, ouvrir le logiciel du TNI et cliquer sur le bouton pour ensuite dérouler le texte, ceci ne prit que quelques instants, instants où il y eut une mise en appétit, un effet d’attente (toujours songer à la dimension théâtrale du cours) et enfin une découverte. 

Mais :

– les élèves ont eu malgré tout du mal et ont eu d’abord besoin de recourir à la bonne vieille méthode de recherche du verbe, du sujet, etc. 

– ce fut seulement ensuite qu’ils revinrent à l’indentation proposée. 

Ainsi, mon objectif est de leur faire indenter un passage sur traitement de texte en leur demandant non de traduire mot à mot mais d’abord de justifier leur choix et de le proposer aux autres.

A suivre…

Syndrome de l’Himalaya

J’en suis au moment où l’on se trouve devant la montée à effectuer, où l’on se demande si l’on est si bien équipé que cela, où l’on regarde les autres plus haut qui tendent la main, mais qu’elle semble loin, où l’on se demande si le sommet existe et s’il ne nous narguera pas trop.

Pour préparer la matière de ce Master 2, je cherche des activités TICE.

Pour rendre mes cours intéressants tout de suite, je cherche des activités TICE.

Surtout, pour mettre les élèves en chemin vers leurs objectifs, je cherche des activités TICE.

Or, je me rends compte que chercher des activités TICE revient systématiquement à trouver des activités pédagogiquement intéressantes, si bien que l’outil me fait trouver des voies que je n’aurais pas forcément cherché à explorer sans lui.

Deux exemples :

– nécessité de faire travailler tout de suite, sans mal et avec profit mes élèves de BTS. Idées trouvées : lectures d’images publicitaires (on commence à travailler l’exercice de synthèse dont le corpus contient une image, où il faut observer, rendre compte et confronter) pour lancer la réflexion sur le thème du sport.

– exploiter au maximum la créativité de mes élèves de latin de Terminale, justement l’année du Bac où l’on aurait tendance à bucher bachoter plutot qu’à créer inventer. Idée trouvée : les faire twitter en latin pour un travail sur la langue, mais aussi pour les faire exprimer leur passion (pour certain-e-s) pour la littérature et pour tenter de rencontrer un public de façon à atteindre un objectif : donner envie aux générations futures de faire du latin. Eh oui, rien que cela.

Quelle conclusion tirer ? Il faut parfois commencer par enfiler les sandales avant de savoir quel souffle d’air nous portera.

NB : merci à M.-A. Paveau pour son expression que j’ai utilisée en titre. 

Des outils pour lire en latin

Les élèves de Terminale latin ont au programme les Bucoliques de Virgile : l’enjeu majeur est de leur faire apprécier la lecture dans le texte du texte de ce poète. Pour les aider à entrer dans le texte, je compte utiliser et faire utiliser plusieurs outils :

– j’ai préparé un diaporama de sites grâce à jogtheweb.com : il propose une recension de plusieurs pages de sites réunissant des biographies de Virgile (notamment celle de Sainte-Beuve), le texte et plusieurs traductions, le vocabulaire, des fiches de grammaire.

– l’outil wordle permet de visualiser la fréquence des mots. Par exemple, la première églogue copiée dans ce logiciel en ligne permet de faire voir que l’a priori du titre (on parle de la chose rustique) est réducteur : est mis en valeur ce qui aidera au commentaire, un dialogue entre Tityre et Mélibée, des champs lexicaux du temps, de la Ville et de l’agriculture.

– le clavier latin en ligne mis à disposition par le site Lexilogos permet d’écrire les diacritiques.

Ainsi, conformément à ce qui est recommandé dans le Guide pédagogique pour le professeur de langues anciennes rédigé par MM. Charvet et Soler (2005), les TICE permettent de trouver des ressources dont certaines sont à présent introuvables dans leur version papier, mais aussi de mener la traduction du texte, sa compréhension et son commentaire d’une façon efficace : goûter le plaisir du texte fondé sur une étude précise de ce celui-ci.

Théorie des écrans

 ou : réflexion sur la présence des outils.

I Ma préHistoire

Quand j’ai commencé à enseigner, la disposition de la salle correspondait à celle que j’avais toujours connue (sauf en maternelle) : un bureau et un tableau, un professeur devant et, face à lui, des rangées d’élèves qui le regardent.

L’art était d’apprendre à gérer le tableau : j’ai toujours pour habitude de commencer au milieu, de poursuivre sur le panneau de droite et de finir à gauche. Certains utilisent une partie du tableau comme brouillon, d’autres pournoter le nom des élèves à punir (comment mieux associer travail et punition ? le travail ne doit pas apporter de plaisir mais empêcher de perturber).

Ensuite j’ai introduit la télévision sur un chariot roulant, reliée à un magnétoscope et à une camflex, caméra qui permet de montrer (comme une webcam) un document ou ce que l’on veut. Intérêt double : rester face aux élèves, montrer un détail en grand pour une meilleure visibilité. J’ai ainsi pu montrer une prise de notes de l’élève au premier rang pour montrer en vrai à tous à quoi doit ressembler ce qui est écrit au tableau. Certains ont du mal avec le passage du vertical à l’horizontal et ont tendance à mettre leur cahier/classeur à la verticale ou à respecter scrupuleusement la division tripartite susnommée du tableau.

Premières remarques :

  • Un groupe d’élèves face à moi, que je ne vois que comme un groupe, une masse, que je dois contrôler comme un orchestre (et dont je suis le chef, sans me demander si je peux remplacer ce mot par un autre) : l’ensemble doit être harmonieux, tout le monde jouant le même air ou se répondant en alternance, ou faisant silence. Les yeux des élèves doivent se diriger dans trois directions et trois seules, le reste est considéré comme interdit : vers moi, vers le tableau, vers les documents sous leurs yeux (jamais de côté, jamais en l’air, jamais vers le bas).
  • Quant à moi, je dois regarder la masse et individualiser ma vision, pour vérification (de la compréhension, du silence et du comportement au travail), tout en regardant d’un œil mes notes et écrivant au tableau (j’ai appris à écrire de façon perpendiculaire de façon à avoir un œil sur le groupe, un œil sur le tableau).
  • Bilan : beaucoup de temps et de techniques (de « trucs ») pour gérer le groupe, très peu de temps pour passer dans les rangs contempler le travail écrit. >> fonctionnement sur des impressions générales (silence, yeux levés : intérêt et compréhension = le cours s’est « bien déroulé »).

II Cheminements et effacements ?

Ensuite, déplacement en salle multimédia.

Première constatation à faire : elles sont de toutes les sortes. Une salle de classe ressemble à une autre, pas les salles multimédia, tout dépend du matériel. Ce qui conditionne l’agencement, c’est les solutions techniques trouvées, pas une idée de l’enseignement.

1ère salle :

Les ordinateurs sont placés le long des murs et des fenêtres, un mur est laissé pour le tableau, le bureau et le professeur, sans ordinateur, lui. Les ordinateurs sont scindés : l’écran est surélevé, le clavier sur la table avec la tour.

Quatre problèmes :

  • les élèves tournent tous le dos au professeur,
  • ont deux voisins (multiplication des « risques » =  tout est fait pour mettre dans l’insécurité le professeur novice),
  • doivent lever et baisser sans cesse la tête pour vérifier avec les yeux ce que les mains font sur le clavier
  • subissent le bruit de la tour

Þ   gestion difficile et pour le professeur et pour l’élève : la nouveauté et l’attrait peuvent en plus amplifier les bavardages et commentaires.

Þ   Comment faire travailler les élèves pendant une heure dans ces conditions ? Le travail préparatoire du professeur doit soigner l’autonomie des élèves pendant la séance car ils se retrouvent seuls face aux consignes et à l’écran, sachant que chacun, captivé/capturé par son écran, n’entend donc pas les questions posées oralement par les autres ni les réponses, il ne voit pas non plus ce qui est éventuellement écrit au tableau.

Þ   L’écran de l’ordinateur connecté à internet : fenêtre sur le monde peut-être mais surtout capteur d’attention de façon négative  pour le dessein du professeur. Dans la salle, le professeur contrôlait les regards, à présent, c’est impossible : ce n’est plus le corps du professeur qui entre en interaction, mais les écrans et ce qu’ils affichent : nécessaire adaptation de son cours (avant, trouver un discours oral et écrit (au tableau, sur photocopie, au rétroprojecteur) qui « captive », à présent, dans cette salle multimédia, trouver tous les moyens pour que le corps du professeur n’ait pas à intervenir pendant la séance parce qu’il n’y est pas efficace).

Þ   Il faut donc que les élèves sachent en allumant leur ordinateur où cliquer ensuite, soit par une photocopie qui leur est donnée à leur entrée soit sur un endroit dans l’ordinateur où ils savent qu’ils vont trouver le document ressource. Mettre en place un protocole et des habitudes comme en classe « traditionnelle ».

2ème salle :

La 2ème salle est bien mieux conçue, apparemment. On retrouve la disposition bureau-tableau face à cinq rangées formant une unique colonne devant le bureau. Les ordinateurs sont installés dans des bureaux, les écrans sont donc sous une vitre et les tours éloignées des oreilles des élèves. Surtout, un système maître-esclaves permet au professeur de diffuser son écran sur tous les ordinateurs ou de visualiser les écrans des élèves et d’en prendre la main s’il le souhaite.

Þ   La communication entre le professeur et les élèves fonctionne bien mieux mais de façon encore très guidante voire excessive. Aucune communication via les ordinateurs n’est encore possible. Tout se passe donc, classiquement, à l’oral (notamment, le même problème des questions posées sans que tout le monde, concentré chacun sur son écran, ne l’entende).

3ème salle

La 3ème salle est une ancienne salle de réunions : les tables forment une ellipse, les écrans sont sous la table et visibles à travers une vitre (il faut donc beaucoup de parois pour s’ouvrir au monde). La disposition répond encore une fois à une solution technique et n’est pas pensée selon des principes pédagogiques : que les élèves se voient les uns les autres n’apportent rien si ce n’est une éventuelle déconcentration. Le système maître-esclaves est aussi ici installé. Il n’y a pas de tableau.

4ème salle :

La 4ème salle propose une disposition en marguerites des tables (les élèves sont répartis dans quatre marguerites de six tables jointes). On retrouve l’avantage de l’écran sous la vitre mais on cumule deux difficultés : les élèves se font face ou bien se tournent le dos. Certains tournent le dos au tableau (TNI). Là encore, on est dans une position de maître à élèves, rien ne permet la communication et la collaboration.

La 5ème salle (ou : retour en salle 1) :

La 5ème salle est la pire : les ordinateurs sont installés en hauteur (la tour sur la table et l’écran surélevé), certains sont le long des murs, d’autres face à face au milieu. Cette fois-ci le professeur ne peut même plus voir l’ensemble de ses élèves et est constamment en mouvement pour attirer l’attention pour d’éventuelles consignes. Pas d’ordinateur dédié au professeur. Là plus qu’ailleurs, il faudra concevoir une séance qui permette aux élèves de travailler dans l’autonomie la plus grande donc guider fortement la démarche.

La 6ème salle :

Installée dans une salle de sciences, elle dispose d’une estrade très élevée, qui n’est d’aucune utilité puisque les ordinateurs sont installés le long des murs et des fenêtres. Au milieu  de la salle, des chaises et tables : on peut au moins accueillir une classe entière, dont la moitié des élèves travaillent sur l’ordinateur, l’autre sur papier. Très utile lorsque l’on veut donner à l’élève l’opportunité de choisir son support, car il n’est pas question d’obliger ceux qui préfèrent écrire sur le papier d’écrire sur écran. Parfois, on peut se retrouver sur l’estrade, seul, face aux élèves dont aucun n’a les yeux sur soi. Un « quatrième mur » à analyser.

Avec le développement du Web2.0, deux outils se révèlent très précieux :

–       le compte twitter qui permet aux uns et aux autres de poser des questions et de poster des réponses. Ainsi, une collaboration peut se mettre en place (apprentissage par les pairs) et les bavardages cessent car les élèves peuvent exprimer leurs difficultés.

–       Etherpad qui permet à plusieurs d’écrire sur un même texte et, surtout, qui comporte une partie « chat » : ainsi les bavardages se font sur ce lieu et cessent rapidement une fois la joie passée (joie due à la possibilité de bavarder librement, mais sous l’œil du professeur qui peut se connecter au pad). Pour l’utilisation de cet outil, un cérémonial est mis en place qui vise à instaurer le silence, et un silence qui dure : interdiction de parler à l’oral, mais autorisation de bavarder et de commenter sur le chat.

Retour en classe avec le TNI

L’alternance de cours en salle multimédia et en salle équipée d’un TNI fait que naturellement le professeur laisse les élèves intervenir au Tableau Interactif et naturellement les élèves y viennent. Il faut donc réfléchir à l’utilisation de ce tableau de façon à ne pas le rendre un outil terrible pour installer un cours encore plus magistral mais l’utiliser comme un outil qui rendent acteurs les élèves. Ainsi, si l’on passe de son bureau et que l’on fait juste un pas pour passer au TNI (et ce pas peut ne pas être fait si on choisit de rester derrière l’ordinateur), on risque de créer une démarche pédagogique presque statufiée, où les élèves recevraient les images et le son. Au contraire, se promener entre les deux (le bureau et le Tableau) dans différentes salles permet de continuer à creuser la motivation : se mouvoir et faire mouvoir pour avancer, ensemble.

En attendant les tablettes ?

L’intérêt a priori que je vois dans les tablettes est la suppression des écrans pour qu’on puisse à nouveau se voir : les voies de communication deviennent multiples : oral et médiées par les TICE. Autre intérêt : écrire à même le texte grâce à la suppression du clavier.

Bilan

Solutions techniques, quelles solutions pédagogiques ? S’emparer de tous les outils intéressants avec pour horizon de réfléchir à leur ergonomie et aux apports pour les élèves (compétences et savoirs). La position des corps les uns par rapport aux autres et par rapport aux machines semble devoir être au coeur de la réflexion. On n’écrit pas qu’avec le cerveau mais bien avec le corps, et celui des autres (effacement, oubli, sémaphore, etc).

On observe un champ lexical : « mur », « captiver », « maître-esclave »… dont il faudra se débarrasser pour une réelle démarche de mise au travail (l’open space est encore à inventer). Être passeur et pousseur plutôt que donneur.