Syndrome de l’Himalaya

J’en suis au moment où l’on se trouve devant la montée à effectuer, où l’on se demande si l’on est si bien équipé que cela, où l’on regarde les autres plus haut qui tendent la main, mais qu’elle semble loin, où l’on se demande si le sommet existe et s’il ne nous narguera pas trop.

Pour préparer la matière de ce Master 2, je cherche des activités TICE.

Pour rendre mes cours intéressants tout de suite, je cherche des activités TICE.

Surtout, pour mettre les élèves en chemin vers leurs objectifs, je cherche des activités TICE.

Or, je me rends compte que chercher des activités TICE revient systématiquement à trouver des activités pédagogiquement intéressantes, si bien que l’outil me fait trouver des voies que je n’aurais pas forcément cherché à explorer sans lui.

Deux exemples :

– nécessité de faire travailler tout de suite, sans mal et avec profit mes élèves de BTS. Idées trouvées : lectures d’images publicitaires (on commence à travailler l’exercice de synthèse dont le corpus contient une image, où il faut observer, rendre compte et confronter) pour lancer la réflexion sur le thème du sport.

– exploiter au maximum la créativité de mes élèves de latin de Terminale, justement l’année du Bac où l’on aurait tendance à bucher bachoter plutot qu’à créer inventer. Idée trouvée : les faire twitter en latin pour un travail sur la langue, mais aussi pour les faire exprimer leur passion (pour certain-e-s) pour la littérature et pour tenter de rencontrer un public de façon à atteindre un objectif : donner envie aux générations futures de faire du latin. Eh oui, rien que cela.

Quelle conclusion tirer ? Il faut parfois commencer par enfiler les sandales avant de savoir quel souffle d’air nous portera.

NB : merci à M.-A. Paveau pour son expression que j’ai utilisée en titre. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *