Ceci est-il un non-carnet ?

De quoi ce carnet est-il le nom ?

Même si j’aime assez peu l’expression, je trouve que commencer cet article par « De quoi ce carnet est-il le nom ? » constituerait une bonne entrée en matière. Utiliser le conditionnel ou le futur, mais à jamais le passé, aussi.

Reprenons. Ce carnet fut créé lorsque je m’inscrivis à l’Université Paris-Ouest Nanterre en Master 2 Recherche de lettres classiques (septembre 2011). J’avais l’intention d’écrire un Mémoire sur ce que le numérique, et en particulier les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement, modifient en didactique et pédagogie des Langues et Cultures de l’Antiquité (LCA). Ce carnet, j’ai osé le créer grâce aux encouragements de Marie-Anne Paveau et grâce au soutien et aux conseils d’Aurélien Berra. Cependant publier sur une plate-forme telle qu’Hypothèses est fort intimidant pour quelqu’un qui se définit par rapport aux autres blogueurs dans la négation : je ne suis pas doctorante, je ne suis pas chercheuse, je ne suis pas professeure dans le Supérieur, je ne m’exprime pas au nom/ dans le cadre d’une institution. Malgré tout, malgré toutes les interrogations, les tergiversations, tous les renoncements et les silences, la place que j’occupe me semble primordiale, non parce que c’est moi qui l’occupe mais parce qu’il me semble fort intéressant de montrer comme le « blogging scientifique », l’intelligence collective sur le Web via les médias et réseaux sociaux, sont possiblement ouverts à tou.te.s grâce à des entreprises (au sens rousseauiste) telles que celle du Cléo. Je n ‘ai pas réussi à aller au bout de mon projet de Master 2, mais en articulant mon travail avec des publications et des non-publications ici, j’ai grandement appris et avancé. Alors ceci n’est pas l’histoire d’un échec, mais d’une démarche qui mena ailleurs que prévu. C’est comme cela avec l’écriture, ce sont les phrases et les non-phrases qui nous composent.

Moleskine
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Moleskine_-_02.jpg

Alors, un non-carnet ?

Je reprends l’expression employée lors de la non-conférence de ThatCamp (voir ici).

Ce que n’est pas ce carnet :

– un journal de bord du travail et des lectures ;

– un recueil d’idées : je les ai compilées sur papier ou dans des fichiers de traitement de texte « en local » ;

– un espace de publication de morceaux de ce qu’aurait dû/pu être mon Mémoire.

Ce que ce carnet semble être (à mes yeux, mais peut-être pas aux vôtres ?) :

– un reflet de ce que furent ces deux années passées, mais on se situe dans la sphère intime à le regarder ainsi ;

– une tentative, des gestes d’écriture et de publication sur le blog, gestes relayés par les commentaires dans les billets et par les commentaires dans Twitter.

Hic et nunc

Dans son billet du 28 janvier 2012, Pierre Mounier rapporte une anecdote racontée par P. Bourne : « Le cas Meredith », jeune fille de 15 ans qui eut accès à un savoir pointu  grâce à des articles publiés en libre accès1.

Pour lui, le « cas Mere­dith » est une illus­tra­tion d’un phé­no­mène qu’il qua­li­fie de » lec­teur inat­tendu » (unex­pec­ted rea­der) : lorsqu’une infor­ma­tion est publiée, que ce soit des don­nées ou un article de revue, même si l’auteur et l’éditeur ont un lec­to­rat cible en vue (ici les col­lègues et étudiants spé­cia­li­sés), il existe pro­ba­ble­ment quelque part un « lec­teur inat­tendu » qui pour­rait en tirer pro­fit et en faire son miel pour créer quelque chose à son tour ou appor­ter sa pierre à l’édifice. Le phé­no­mène du lec­teur inat­tendu est un puis­sant argu­ment en faveur du libre accès car il montre que les modèles de dif­fu­sion en accès res­treint, en réser­vant l’information aux seules per­sonnes auto­ri­sées, en dimi­nuent la fécon­dité potentielle.

Deux remarques me viennent à l’esprit à lire cette anecdote :

  • à l’inverse, des Meredith, dont je fais partie, ont elles aussi des « lecteurs inattendus » par ce type de plate-forme qu’est Hypothèses : accueillir en commentaires quelqu’un comme Milad Doueihi, pensez-vous sérieusement que je l’aurais cru si on me l’avait dit avant que cela n’arrive ? Qu’est-ce que cela m’apporte d’autre qu’un satisfecit personnel ? une motivation extraordinaire pour continuer, au moins en aparté, continuer à découvrir et explorer, et réessayer pour, comme disait Beckett, « rater mieux ».
  • en ces temps où l’on parle beaucoup de la formation tout au long de la vie, notamment via le numérique, il me semble plus que jamais intéressant que des professeurs du 2ndaire puissent accéder à des ressources introuvables, ou difficilement, ou payantes, et qu’ils fassent découvrir à leurs élèves, dans le même geste, ce que le Web2.0 peut être. Donc encourager et espérer le développement de l’Open Source ! et vive le blogging scientifique, quelle chance pour nos cerveaux !

1 : lire le billet de Pierre Mounier Impressions d’automne sur le blog Homo numéricus

Carnet de Marie-Anne Paveau : http://penseedudiscours.hypotheses.org/

Carnet d’Aurélien Berra : http://philologia.hypotheses.org/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *