de la publication et des commentaires

A la suite du précédent article qui fut relayé comme aucun de mes autres articles et commenté de façon à me faire nuancer mes propos et à y réfléchir bien davantage, j’écris cet article sur ce qui est arrivé à ce dit article, tout raturé et reproduit ailleurs.

1. Un article tout raturé

J’ai trouvé intéressant de laisser les étapes d’écriture de l’article au gré des commentaires qui arrivaient en « commentaire » et sur Twitter. Et je n’étais pas la seule à le penser :

Tweet d' @inactinique


Tweet d' @Infusoir qui commente celui d' @Inactinique
Tweet de @Luc Bentz

Je tâcherai de développer cela dans un prochain article.

2. Un article reproduit et disséqué ailleurs (et c’est déjà la seconde fois qu’un de mes articles ici est reproduit et disséqué là-bas).

Je trouve très intéressant de confronter les deux démarches choisies dans les modes de commentaires :

– celles et ceux qui jouent le jeu et commentent sur le lieu lui-même – dans ce que je trouve être une attitude très net-éthique,

– et ceux (celui) qui recopient l’article dans son entier sur leur propre espace, y insérant des commentaires qui a priori ne sont pas destinés à l’auteur de l’article mais à se servir de cet article pour lancer une discussion sur leur (son) propre espace.

Je me suis inscrite à ce forum pour réagir au commentaire de mon premier article disséqué (ici), mais je ne parviens pas à me connecter pour répondre à cette seconde dissection :

C’est bien dommage car le monsieur me pose plein de questions, mais qui ne sont apparemment pas destinées à recevoir une réponse de ma part, donc ?

Par exemple :

Pourquoi ne pas me poser la question directement ?

Heureusement, quelqu’un répond à ma place :

Etc…(je ne lis pas tout, je vous en laisse volontiers le loisir)

Morale de l’histoire :

– Merci à @2vanssay qui m’avait conseillé d’activer une alerte Google sur mon nom (et donc merci à Google !)

– Merci à l’auteur du copier-coller de mes deux articles d’arrêter de pourrir (je pèse mes mots…) ma vie de blogueuse. Réponse bienvenue, mais ici, hein 🙂


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *