Ceci est un appel (à l’aide)

Depuis quelques mois maintenant, je suis plongée dans le numérique et dans la découverte de ce que sont les Digital Humanities. Je commence à lire par ci par là des articles et ouvrages sur l’utilisation de l’informatique/du « digital » dans les sciences humaines, et je trouve beaucoup de textes de réflexion sur les pratiques de chercheurs renouvelées grâce au numérique, mais beaucoup en Histoireet en Sciences Sociales, très peu en Littérature (je cherche des ressources autres que ce que l’on peut trouver sur Eduscol par exemple)2. Aussi, lancé-je cet appel à vous qui me lisez pour m’aider à trouver des références, des documents, des expériences qui me permettraient de constater soit que j’ai mal cherché soit que, effectivement, du côté des Lettres, peu de lignes bougent encore (alors que des personnes très bien et investies dans les Digital Humanities ont un cursus Lettres classiques ! Voilà qui me laisse rêveuse).

Je ferai une mise à jour ici avec vos ressources et/ou témoignages. 

1 je suis par exemple plongée dans la lecture de l’excellent Les historiens et l’informatique : un métier à réinventer de J.-P. Genet et A. Zorzi, Rome, 2011

2 je vois avec intérêt, par exemple, le programme de cette conférence : « We’re happy to announce that the preliminary conference schedule and programme overview for the upcoming DH 2012 at Hamburg University are now available ! From 16 to 20 July 2012 a total of 198 workshops, panels, papers and poster presentations have been scheduled – it’s truly bound to be a conference that lives up to its motto, “Digital Diversity – Cultures, Languages, Methods”! »


8 thoughts on “Ceci est un appel (à l’aide)”

  1. Je suis tout à fait d’accord avec ce que dit Marie-Anne au sujet des « formes ». Dès les débuts des travaux informatisés, on a exploité la puissance de l’ordinateur comme machine à identifier, comparer et détecter des patterns. Cela se combinait avec une concentration sur les textes imposée par les conditions techniques et s’est traduit notamment par des hypothèses d’attribution et des analyses stylistiques. L’interfécondation avec la linguistique était sans doute forte. J’ai souvent entendu ou lu que la linguistique a suivi ensuite un chemin méthodologique relativement indépendant de la construction du humanities computing, puis des digital humanities. On rejoint l’histoire des disciplines et les histoires nationales. (Ici, comme on dit dans Wikipedia, les références manquent… Mais je n’écris pas une notice et cette histoire récente est encore largement à écrire !) Ce qui est sûr, c’est qu’il serait bon que les réflexions et les outils des linguistes en matière de traitement de corpus fassent partie d’une culture commune des « littéraires » de notre époque. Les historiens, du moins certains historiens, ont vite vu l’intérêt de l’informatique pour l’étude des archives et des différentes sources primaires. Ils ne sont pas les seuls pour autant. Étudiants et chercheurs d’aujourd’hui vivent dans le « double habitat » des bibliothèques imprimées et des bibliothèques numériques : nous aurons de plus en plus besoin de computation dans nos usages savants.

    Quant à l’angle mort, il dépend évidemment des points de vue. S’il s’agit de chercher des publications en français, la récolte sera encore maigre (sur le sujet, cf. un article de DH Questions & Answers, à compléter). S’il s’agit plus particulièrement de pédagogie (TICE), il faut recenser les publications et les pratiques, et c’est un projet passionnant.

    S’il s’agit, d’une façon plus générale, de voir ce qui a été pensé et réalisé depuis vingt ans (sinon soixante) dans l’étude des textes littéraires, il existe déjà des panoramas. Je pense surtout au Companion to Digital Literary Studies (2008) et à certaines sections du Companion to Digital Humanities (2004). Il y a aussi des articles évoquant des projets particulièrement importants dans Electronic Textual Editing (2006).

    Les références que je collecte depuis 2010 sur Philologie à venir sont orientées vers des questions générales et vers l’édition numérique, mais la bibliographie et les divers liens du carnet (blogs et éditions en ligne) sont peut-être un bon point de départ. J’ai l’intention d’élargir la perspective en intégrant les travaux en italien, en particulier. Tout cela est un travail éminemment collectif, dans l’esprit des digital humanities : je suis donc curieux de tout ce qui sera signalé ici et dans les travaux de Delphine.

    Enfin, s’il s’agit de trouver des exemples d’une parfaite intégration intellectuelle, institutionnelle et pédagogique des humanités numériques dans les études littéraires… alors c’est soit de la science fiction, soit la réalité de la recherche à venir – que nous devons inventer !

    1. Merci pour ce commentaire qui me permet de faire le point et me relance dans mes lectures. Je ne suis pas grande spécialiste de science-fiction, aussi je choisirais volontiers la seconde voie. J’ai trouvé dans le tout nouveau et excellent (et précieux) Guide TICE pour le professeur de français (édité par WebLettres et le CRDP de Paris) un dernier chapitre sur la Littérature numérique. A suivre.

  2. très intéressant cet angle mort que tu pointes, je pense qu’il y a une question de discipline, la linguistique prenant peut-être plus en charge le travail informatique / numérique / digital sur les textes littéraires puisque senti comme lié aux « formes » (mes liens sont raccourcis je ne sais pas s’ils vont se déplier dans le commentaire publié)

    quelques références :

    http://bit.ly/IGUhF5
    http://bit.ly/IbsaA3
    http://bit.ly/IbsleE voir les articles de bernard et viprey
    revue texto onglet « corpus et méthodes » : http://bit.ly/Jfu2rN
    umr bases corpus langage : http://www.unice.fr/bcl/

    chercheur.se.s sur grands corpus littéraires :
    françois rastier, jean-marie viprey, olivier lumbroso, étienne brunet, mathieu valette
    margareta katsberg : http://bit.ly/IeKZBL
    damon mayaffre : http://www.unice.fr/bcl/rubrique26

    biblio générale : littérature et informatique http://www2.lingue.unibo.it/dese/didactique/ibibliographie/Siat%20Bibliografia.pdf

    informatique et littérature http://hypermedia.univ-paris8.fr/jean/infolit/infolit.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *