Blog de recherches, carnet de rencontres

Je suis allée écouter @enklask @inactinique et @msonnet parler de leur(s) blog(s) et de leur utilisation des réseaux sociaux (Twitter en l’occurrence) à l’EHESS, mercredi dernier, en fin d’après-midi.  Les lieux m’ont impressionnée, et la conférence aussi. Je vous renvoie au compte rendu d’Emilien Ruiz, ici.

Chacun expliqua sa conception de son blog, notamment @enklask qui l’utilise pour sa thèse.

Je me suis sentie petit scarabée dans cette réunion de doctorants et docteurs, professeur et blogueur. Petit scarabée mais aussi très motivée : je n’en suis qu’à peine au début, aux balbutiements, au moment où la crainte et l’illusion l’emportent, au moment où, surtout, le temps a commencé à passer et où la tâche n’a guère avancé.

Je me rends compte que je ne suis pas allée au-delà du deuxième billet de compte-rendu de lecture. Mais je ne regrette pas d’avoir commencé, c’est toujours cela de creusé. 

Le problème n°1 à gérer : le temps et son organisation. Il faut qu’elle soit bien plus rigoureuse car je dois : être professeur, être formatrice, être rédactrice, être élève, être maman.

Problème n°2 : l’énergie et l’endurance

Problème n°3 : la confiance. C’est là où  ce blog intervient pour me secourir : publier, c’est déjà faire un pas vers l’exposition de son travail, ou de son absence de travail. J’ai déjà publié sur ce mot, publier (sur mon blog personnel), et c’est vraiment cette démarche qui m’intéresse et me fascine. C’est une vraie chance que le numérique nous offre, cette auto-publication. 

Ce sera donc un carnet autobiographique de recherches.

Et bien sûr, ce que je cherche, c’est moi.


Une réflexion au sujet de « Blog de recherches, carnet de rencontres »

  1. Bonjour,

    Je tombe sur ce superbe billet juste au moment où j’ai créé mon carnet sur la plateforme hypothèses et que je m’apprête à rédiger mes premiers billet…et je peux vous dire que ce billet résume parfaitement mon état d’esprit actuel, mes craintes, mes motivations et mes fascinations autour du blogging scientifique qui sera à la fois mon sujet de thèse et mon expérience personnelle.

    Il est difficile de trouver le temps et le courage pour publier ses esquisses de travail à des lecteurs modèles et empiriques à la fois. Mais comme vous le dites, il faut saisir la chance que le numérique nous offre: l’auto-publication!

    Merci pour ce moment d’empathie que vous m’avez permis de vivre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *