CRL 1 : Lire dans un monde numérique / chapitre 2 et billet 2

Rappel : Lire dans un monde numérique

Chapitre 2 : Qu’est-ce que lire ? 

La lecture dans ses deux dimensions courantes, non littéraires : lecture d’information et lecture de communication. Les changements opérés par le numérique permet d’interroger la représentation de l’acte de lire. 

[Et je m’interromps-au bout de trois pages- pour songer aux collègues qui m’écoutent avec condescendance lorsque j’évoque mes expériences sur Twitter. J’ouvre, aussi, une parenthèse sur quelque chose qui me trouble profondément. J’ai toujours eu à me justifier d’enseigner le latin et le grec, à justifier leur intérêt pédagogique, culturel, humaniste et humain. Depuis que je me suis lancée dans le numérique, que je suis formatrice et donc appelée à évoquer mon expérience et mes convictions sur la plus-value des TICE à l’école, je dois également me justifier, justifier et montrer que faire écrire sur un blog, c’est bien du travail, qui plus est inscrit dans l’apprentissage de la discipline. Quel paradoxe ! Lorsque j’enseigne Platon, je me justifie, lorsque j’enseigne la publication sur réseaux sociaux, je dois me justifier tout autant.

Alors quoi ? D’un extrême à l’autre, quelle est donc cette image que l’on se fait de l’école ? un moyen terme ? un vase clos ? Non, je plaide pour une école ouverte, pleine de son passé pour se graver dans la troisième langue qu’est le code qui me permet d’écrire en WYSIWYG.]

Students who are highly engaged in a wide range of reading activities are more likely
than other students to be effective learners and to perform well at school1.

 

Le terme « lire » est polysémique et engage un certain nombre de conduites personnelles et sociales, on se fait ainsi une représentation mentale de ce qui est lu, selon sa propre histoire (individuelle et sociale). Cette activité est soumise à un code de valeurs qui pèsent sur l’individu.

 A l’école, il y eut d’abord la lecture pour s’instruire puis celle pour divertir, or les nouveaux médias contraignent à revoir ces représentations et ces définitions. L’école doit donc se préoccuper davantage de la « lecture pour travailler » (p. 80) [Et effectivement, quelle place et quel rôle faire jouer au classeur ?]

Lecture sur écran : il paraît que la différence est purement subjective : article d’Actualitté.

 Reprise de ma lecture quelques jours plus tard…

 

Sitographie

Je renvoie à la catégorie « Lecture sociale » de Sobookonline, indispensable.

[Nouvelle interruption pour aller lire SoBookOnLine et La Feuille, je tombe sur l’article « Le lire et l’écrire : clôture, glissement et déconnexion » qui dit mieux et plus vite ce que je suis en train de lire dans ce chapitre 2, alors je passe au chapitre 3

[1]Pisa in focus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *