Perdre position pour mettre en situation

Sur France Culture hier, quelqu’un a évoqué à propos de Lacan le da sein de Heidegger et a eu  ces mots : être là, non pas tant pour prendre position que mettre en situation. Je ne prétends pas « faire du Heidegger » en écrivant cet article mais je m’empare de cette expression, « mettre en situation » qui m’en rappelle d’autres du même acabit : par exemple celle de l’auteur d’un blog de réflexion sur le métier d’enseignant, qui parle « d’accompagner les élèves » et non de « faire classe », ou de tel autre qui dit qu’il faut laisser le paradigme « enseigner » au profit de « faire apprendre »(je crois qu’il s’agit de François Muller). Et me revient aussi cette antienne qui m’agace de la part de certains collègues devant toute nouveauté : « je n’ai pas été formée », la forme passive étant ô combien révélatrice.                                                          Carpeaux, La danse (1865-1869)

Ce jeu sur les mots est tout sauf creux, et constitue bien le coeur du réacteur dans le métier de professeur. Je crois que rester derrière mon bureau avec mes notes bien à plat a pu m’empêcher trop souvent de faire travailler mes élèves. Je me cantonnais à une impression : « le cours s’est bien passé », c’est-à-dire silence, participation (fût-elle minimale), longs discours. Mais les élèves ont-ils progressé ? En savoir, probablement, comme on lit un document. Mais en savoir-faire ? Le devoir le montrerait mais est-ce le rôle de l’évaluation des élèves d’évaluer le professeur ?

Utiliser les TICE, c’est donc, à mon sens, décider de perdre cette position assurée et souveraine et accepter de prendre le risque de se mettre en situation de pédagogue, qui pousse et propulse, et non qui tire dix mètres devant son troupeau (au sens le plus noble, virgilien, du berger qui n’a qu’attention pour ses brebis – je pense à cet excellent article de Monique Legrand sur l’étymologie du mot pédagogue gardien de troupeau). Se mettre dans une situation où je cherche à ne pas laisser certaines brebis plus faibles s’égarer pour ne penser qu’à la sauvegarde du troupeau mais faire avancer tout le monde, chacun à sa façon. 

Et maintenant ? J’ai perdu, laissé, délaissé, ma position (ou la position que j’ai cru devoir être la mienne, position trop élevée et éloignée), plus question de rester posée à m’ankyloser, et ankyloser, mais faire les pas de danse devant le TNI et dans la salle, et inventer des situations qui invitent les élèves dans cette chorégraphie. Le dire et y réfléchir est déjà un grand pas de côté, du côté des élèves.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *